Photographes, que faire durant le confinement ?

En raison du coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère 2 (SRAS-CoV-2 en abrégé) qui provoque la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19). La France, La Belgique et de nombreux autres pays imposent à leurs habitants des mesures de confinement pour éviter la propagation du virus. Pour les photographes cette situation interdit de sortir faire des photos. Mais des solutions existent.

6

Le Covid-19 ou Coronavirus touche durement la France. Pour éviter la propagation du virus, le gouvernement a pris un certain nombre de mesures. La plus spectaculaire mesure consiste à imposer à tous un confinement. Si certaines professions sont « indispensables » et continuent de fonctionner pour les photographes professionnels il est presque impossible de continuer à sortir pour faire des photos. Pour les photographes amateurs sortir faire des photos se révèle impossible.

Les seuls photographes qui peuvent continuer à sortir sont les photojournalistes. On en vient donc à se demander comment faire pour ne pas perdre la main et continuer à faire des photos durant la période de confinement. Voici mes conseils et astuces :

Impossible de faire des photos à l’extérieur durant le confinement total contre le coronavirus mème avec une lourde combinaison
Comment faire des photos durant la période de confinement liée au COVID-19 ?

Faire des photos à la maison pendant le confinement

Photographier des textures de la maison

Nos maisons et autre appartements cachent de très nombreuses textures. Dans chaque pièce il est possible de se concentrer sur différentes textures. La salle de bain et la cuisine peuvent très facilement devenir des terrains de jeu très riches pour les photographes. Mais les autres pièces ne demandent qu’à être explorées. Cette période peut permettre à chacun de redécouvrir son logement.

Les water drop et autre fumées

Certains pourront être tentés de photographier des gouttes d’eau (water drop), de lait ou d’huile, le colorant alimentaire se trouve assez facilement dans les supermarchés. D’autres vont essayer de photographier la fumée qui s’échappe de bâtons d’encens.

Photographier des mises en scène durant le confinement

Nous possédons tous des objets divers et variés. Ceux ci nous permettent de faire des mises en scène. Certains utiliseront des jouets ou des figurines empruntés à leur(s) enfant(s). Certains vont peut être se lancer dans la réalisation de Timelapse.

Lors du prochain ravitaillement le photographe peut prévoir quelques achats pour réaliser des natures mortes.

Faire du Lightpainting

Certains photographes peuvent avoir envie de s’essayer au Lightpainting. Le plus difficile reste de trouver le bon endroit pour tenter ce genre d’exercice. Mais il ne fait aucun doute que les photographes vont trouver des solutions.

Photographier les personnes qui nous entourent ou nos animaux de compagnie

Lors de cette période de confinement il est possible de photographier les personnes qui nous entourent. Ce peut être l’occasion de leur tirer le portrait ou comme on l’a vu précédemment rien n’interdit de réaliser des mises en scène mais cette fois avec nos proches.

De la même manière le photographe peut utiliser son animal de compagnie comme modèle. Le temps d’isolement permet à l’animal de s’habituer à l’exercice et de le comprendre, il permet à son propriétaire de pratiquer chaque jour et d’aller un peu plus loin dans ses idées de prise de vue. d’autres pourront essayer de photographier leur aquarium et ses habitants.

Réaliser des autoportraits

A défaut d’être entourés durant ce confinement certains photographes vont sans doute s’essayer à l’autoportrait. C’est peut etre l’occasion de changer la photo de profil sur facebook ou instagram.

Photographier par la fenêtre durant la période de distanciation sociale imposée

Certains photographes ont la chance d’avoir une vue imprenable sur un paysage ou un bâtiment intéressant. Ils constituent un parfait sujet d’étude photographique. A chaque heure du jour et de la nuit les couleurs varient, l’occasion pour le photographe d’essayer de capter les moments les plus importants, les couleurs les plus belles et les belles lumières. Par contre confinement ou pas, un photographe doit respecter l’intimité de ses voisins.

Certains vont pouvoir profiter de l’occasion pour faire de l’astrophotographie.

Faire des photos dans le jardin durant le confinement

Il n’est pas interdit de sortir dans son propre jardin ou sur son balcon durant cette période de distanciation sociale. Le photographe peut donc y réaliser des photos. Au regard des 15 jours de confinement annoncés, le photographe peut aménager un ou plusieurs espace de prise de vue.

Les possesseurs de mangeoire pour les oiseaux auront un avantage. Mais le photographe peut aussi se tourner vers la végétation. Les premiers bourgeons ne devraient pas tarder à apparaitre et quelques fleurs commencent déjà à fleurir. De la même manière les premiers insectes sortent en même temps que le soleil.

D’autres activités en lien avec la photographie à faire durant le confinement

Lancement de Ma Plus Belle Photo spéciale Confinement
Ma Plus belle Photo durant le confinement du COVID-19

Participer à Ma Plus Belle Photo spéciale confinement

A occasion exceptionnelle opération exceptionnelle.

Afin de garder une trace de ces journées de confinement je vous propose de participer à une édition spéciale de Ma Plus Belle Photo spéciale confinement.

Entretenir son matériel durant la quarantaine

Être confiner signifie que l’on reste à la maison. C’est donc le bon moment pour faire le Grand Ménage de printemps. L’occasion se prête bien bien pour passer un coup d’aspirateur et trier son sac photo. Cette quarantaine permet de prendre le temps pour nettoyer son capteur et éviter les taches dans le ciel de printemps.

Probablement que pour certains photographes cette période constitue une occasion unique pour réaliser les sauvegardes des disques dur. Pour certains ce peut être le bon moment pour réfléchir comment organiser ou améliorer les sauvegardes des photos.

Lire et se former à la photographie durant la quarantaine

Au cours de cette période, les photographes peuvent se lancer dans la lecture de livres liés à la photographie. Certains peuvent commencer par lire le manuel de leur boitier. Nous avons tous des livres à la maison qui vont nous révéler de nouvelles astuces photographiques. Même des livres que l’on a déjà lu peuvent cacher quelques ressources « oubliées » ou ignorées lors de la première lecture. D’autres iront chercher de nouvelles inspiration dans les beaux livres de photographes de renom.

Il est aussi possible de découvrir les blogs qui traitent de la photographie et peuvent contribuer à la formation de chaque photographe.

Trier les photos, les post-traiter les partager

Pour les photographes qui ne prennent jamais le temps de tirer leurs photos cette quarantaine est une aubaine. Voici l’occasion rêvée pour trier les photos accumulées dans les nombreux disques durs. D’autres vont avoir l’envie de reprendre le post-traitement qu’ils jugent perfectibles.

Cette période de confinement présente aussi l’occasion pour les photographes de partager leurs photos, D’autres vont pouvoir alimenter leur feed instagram.

Ces différentes actions peuvent déboucher sur des projets personnels d’expositions, de publication de livre ou de tout autre support servant à partager les photos que l’on accumule tous dans nos disques durs.

Trouver de nouvelles idées

Enfin au cours de cette quarantaine imposée par le COVID-19 les photographes peuvent chercher et trouver de nouvelles idées à mettre en place à la fin du confinement. Ce peut être de nouvelles mises en scène, de nouveaux spots ou encore de nouveaux sujets. Ca peut prendre la forme d’un mood board ou planche de tendance.

Pour les entrepreneurs du monde la photographie

Il y a une chose incontournable pour les entrepreneurs de la photo j’ai nommé les taches administratives. Une fois ces taches réalisées il faut penser à l’avenir et préparer la reprise. Celle ci, il fait aucun doute va se révéler très particulière.

Nous marchons déjà sur des œufs pour survivre mais après cette quarantaine imposée par le COVID-19 certaines entreprises risquent de connaitre d’importantes difficultés. Cette distanciation sociale peut être l’occasion de penser stratégie, de développer des outils de communication ou de promotion de son activité. Il n’est pas interdit de travailler le SEO de son site et pourquoi pas de se former pour qu’il devienne une véritable porte d’entrée pour conquérir de nouveaux marchés.

Le confinement n’interdit pas de rester créatif

Si nous avons l’impression que le confinement imposé par la circulation du Coronavirus met tout le monde à l’arrêt cela reste une fausse impression. Les photographes peuvent réaliser mile et une choses durant cette période. Ces exercices en plus de demander au photographe d’être créatif permettent de garder l’esprit vif. Cela évitera de s’encrouter devant les téléfilms et autres émissions débilitantes que propose la télé durant cette période d’isolement social.

J’ai certainement oublié des idées, n’hésitez pas partager les vôtres dans les commentaires ci dessous.

6 COMMENTAIRES

  1. J’ai bien recherché, c’est la chasse photographique qui est interdite dans le décret. Si on fait sa marche limitée à une heure dans le rayon d’un km, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas prendre une photo. C’est un abus d’interprétation que d’interdire totalement les prises de vues. Quand je suis allé faire mes courses avec le papier, j’ai photographié certains rayons vides pour mettre sur la page FB de ma ville, ce n’est pas de la chasse photographique et nul texte interdit de la faire.

    • @Kaluzko Jean-Luc

      Le décret concernant le confinement a été écrit de manière rapide et sujet à de très nombreuses interprétations. Dans tous les cas il faut savoir se montrer responsable. Depuis le début du confinement on peut voir une quantité monstre de personnes qui cherchent à contourner d’une manière ou d’une autre le confinement. La photographie n’étant pas une activité physique il est plus responsable de dire qu’elle est interdite.

      Un policier ou un gendarme constatant qu’une personne réalise des photos pourraient dire que la sortie ne concerne pas le besoin de se rendre sur son lieu de travail, le besoin de se ravitailler, un déplacement lié à la santé, un déplacement pour un motif familial impérieux ou pour aider une personne vulnérable, ou pour l’activité physique.

      Le lien vers le décret du 23 mars : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000041746694&categorieLien=id

  2. @Loïc Tripier: Je suis un photographe professionnel qui est spécialisé zur l’architecture et la nature. Je ne fais pas des photos qui contiennent des gens. Quand je peux pas me déplacer par ces règles « imparfaits » du confinement, ça me déprime de ma liberté de profession même si je ne sera le moindre risque pour le reste de la société. J’ai bien sur besoin un tripod et mon équipement est trop lourde pour le transporter sans véhicule, je fais mes photos analogue en format 6×8 cm. Il me fait beaucoup de temps pour préparer et faire chaque seule photo, j’ai toujours préfère d’être Sul avec sa, pas des assistants, pas des spectateurs. Tout cela est interdit maintenant par des raison pas logiques. C’est une expression de panique et rien d’autre.

    • @uli wolff
      Je comprends que les consignes aient pu être difficiles à vivre pour nombre de personnes et notamment les entrepreneurs. Mais si on regarde les chiffres en détails on se rend compte qu’en France le confinement a été nécessaire pour lutter contre le covid-19.

      Le covid-19 a fait en seulement 3 mois : + de 25’000 décès. Ce qui représenterait un chiffre totalement théorique de 100’000 décès sur un an (en considérant que le confinement n’a servi à rien sur le ralentissement de la propagation du coronavirus)
      Actuellement en France on compte chaque année 500 décès (en 2017 on peut imaginer que la diminution se poursuit) à cause du sida … Il est possible de vivre avec le VIH en suivant un traitement adapté.
      La méningite c’est 80 à 90 décès par an les autres cas sont traités
      Ebola en France doit faire 0 décès en France … Tout comme la fièvre jaune pour laquelle il existe un vaccin.
      Je termine avec la grippe pour laquelle il existe un vaccin n’a fait que 8100 morts à l’hiver 2018-2019 …
      On pourrait penser que je mets de coté les AVC … qui font 30’000 morts par an en France … Ces 30’000 victimes se répartissent sur une année et non pas 3 mois comme avec le covid-19.
      Les accidents de la route représentent 2500 morts par an actuellement…
      Effectivement les cancers font beaucoup plus de victimes que le COVID-19 … 147’000 décès par an.
      (source : wikipédia)

      Le confinement a permis d’éviter que le virus ne se propage trop rapidement sans quoi aujourd’hui le nombre de morts serait bien supérieur. Il a permis aux médecins de se former et de s’équiper pour faire face à ce qui sera une seconde vague.
      Il a permis que des personnes « fragiles » vis à vis de ce virus continuent leur vie qui sera j’en suis sur bien plus longue que si ils avaient rencontré une personne infectée par le COVID et partageant avec tout le monde le virus mortel.

      A coté de cela on a des conséquences économiques indéniables pour de nombreuses entreprises notamment pour nos petites entreprises quand nous sommes photographes. Ici cela pose problème, mais nous avons la chance en France d’avoir des aides qui permettent de vivre pendant le confinement. Nous pouvons rester chez nous a attendre la fin du confinement, attendre que le coronavirus chinois soit moins présent pour limiter sa propagation.

      Il ne faut pas avoir peur du confinement mais de l’après confinement. Comment il sera géré par les pouvoirs publics dont certains ont en 2 mois changé leur avis sur certaines choses comme les masques et par le grand public qui risque de s’empresser de relancer une seconde vague par bêtise et égoïsme.

      Alors oui comme tu le dis tes activités ne présentent aucun risque selon toi. Mais as tu pris le temps de penser au nombre de personnes qui sont tous les jours dans la rue avec une raison aussi légitime que la tienne et qui ne présente tout comme pour toi aucun risque ?
      As tu pensé que sans le confinement imposé certains se seraient promenés durant des heures dans les rues auraient continué à partager malgré eux le virus en prétextant que leurs activités, leurs promenades diverses ne présentent aucun risque ?

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.