Comment trouver des spots photographiques ?

Tu ne veux pas que je fasse la photo à ta place ?

4

Depuis le début de l’été j’ai reçu des messages me demandant de partager mes spots pour photographier la comète neowise, pour chasser l’orage, pour photographier tel endroit ou tel autre, j’ai répondu de la même manière :  » je ne partage pas mes spots photos, c’est à chacun de choisir son spot en fonction de ses besoins ». Un bon spot photo c’est comme un coin à champignon !

Cela me donne l’impression que les photographes (pas tous) souhaitent se faire téléguider dans leur recherche de la photo. Ils ne veulent plus se fatiguer à chercher, à recommencer, à trouver le bon moment, le bon endroit. Ils veulent que tout soit déjà prêt et demandent parfois quels réglages ils doivent choisir pour leur appareil photo.

Je ne comprends pas comment certains photographes peuvent imaginer que l’on va leur donner une carte toute faite alors que constituer une telle carte demande du temps et qu’eux arrivent la fleur au fusil et veulent tout tout prêt.

Heureusement pour les plus débrouillards existent des solutions et celles ci je les partagent sans problème.

Comment trouver des spots pour faire des photos ?
Trouver un spot permet de créer une photo originale au lieu de bêtement copier les photos des autres

Les points sur les I

Je ne comprends pas comment on peut se prétendre photographe et être incapable de trouver un spot photographique. Ce phénomène concerne toutes les disciplines de la photo hormis le studio.

Trouver un spot demande du temps, de l’investigation et de la recherche sur une carte, sur l’ordinateur et/ou sur le terrain. Chaque photographe est différent et à des besoins différents suivant ses habitudes. Un spot qui me convient ne conviendra pas à tout le monde et inversement.

Cela ne veut pas dire qu’il faut s’interdire d’utiliser le spot qu’utilise un autre photographe mais au lieu de copier un photographes il faut savoir pourquoi on se place à cet endroit pour faire des photos. Copier un autre photographe risque de vous faire passer à coté de l’essentiel, du moment important.

Le risque de partager ses coins photos

Mais partager ses spots c’est prendre le risque qu’un jour ils deviennent inexploitables du fait de la pression des photographes qui viendraient à connaitre ce spot. Imaginez un petit espace où les photographes doivent faire la queue pour pouvoir faire des photos. Cela aurait aussi pour conséquence d’avoir tous la même photo.

Certains spots sans être privés se trouvent dans des zones de calmes. Est ce que ces spots resteront ouverts si on y trouve 20 photographes à chaque fois ? Le cas de la rue crémieux à Paris est un de ces endroits ou se pressent les instagrameurs de tout bord pour quelques photos sans penser au confort des habitants de cette petites rues aux maisons colorées.

Dans le monde de l’Urbex ce sujet fait régulièrement débat et les spécialistes expliquent que partager un spot revient à le condamner à moyen cours terme. Certains de ces spécialistes ne veulent pas que ces endroits soient dégradés, d’autres ne voulant pas qu’il soit fermé ou pire détruit.

Évidemment donner la carte de ses spots à de parfaits inconnus fait prendre des risques au photographe. Pour des personnes mal intentionnées il devient beaucoup plus facile d’identifier des endroits où rencontrer des proies équipées de matériel couteux.

Je ne parle pas ici des spots qui se trouvent dans un espace privé. Que va t il se passer si à force d’être sollicité par de nombreux photographes celui-ci se retrouve fermé ? Certains propriétaires le disent ils en ont ras le bol des sollicitations. Mais ils préfèrent recevoir des demandes motivées que de découvrir des intrus sur leur terrain.

Un photographe est un créateur pas un copieur

Pour prétendre au statut de photographe il ne faut pas seulement du matériel photo. Il faut aussi être un créateur. Dès lors une personne incapable de trouver un spot pour faire des photos peut elle être encore considérée comme un créateur ? Ses photos pourront elles obtenir un statut de créations originales ?

Trouver ou obtenir de spots photo ne fait pas d’une personne un photographe. Si il apparait comme évident qu’à certains endroits les photographes sont très nombreux ce doit être le fruit du hasard. Chaque photographe va s’approprier le spot pour l’exploiter à sa manière, avec sa vision des choses.

Il existe plusieurs moyens de trouver un bon spots

Le repérage à des fins photographiques

Tous les jours nous nous déplaçons, tous les jours nous pouvons mener une action de repérages passifs. Cela signifie que partout ou nous passons nous pouvons en tant que photographe imaginer des photos. Pour faire des photographies il n’est pas indispensable d’avoir son boitier en bandoulière. On peut aisément imaginer des photos. Libre ensuite de réaliser ou pas les photos, sans oublier que pour certaines réalisation il faut du temps.

Cela peut demander au photographe qui effectue chaque jour un trajet pendulaire de varier son itinéraire afin d’élargir les chances de trouver différents lieux, différentes scènes pour ses photos. De la même manière il est tout à fait possible de changer certaines habitudes pour élargir la zone du repérage passif. Il peut s’agir de changer de parc pour aller se promener, de changer de supermarché etc.

Il est tout fait possible de réaliser un repérage actif, c’est à dire de se déplacer spécifiquement sur une zone pour préparer des séances photos à venir. Le but reste le même qu’un repérage passif mais ici l’action est spécifique.

L’utilisation de carte(s) pour les photographes

On oublie trop souvent qu’il existe des cartes sur tous les sujets disponible gratuitement. Pourtant on peut trouver les plans cadastraux comme les carte de randonnées. On peut trouver des carte qui répertorient les points hauts, les points de vu. Il existe même des cartes du ciel interactives qui donnent la position des étoiles, des planètes etc.

Pour certaines photos il faut une météo très précise et la aussi nous disposons de cartes particulièrement précises. Il existe des cartes en temps réel et des carte de prévision. Cela permet de prévoir les différents phénomènes météos et de se placer au bon endroit et au bon moment.

Pour le photographes il peut être nécessaire de savoir où sera le soleil lors de sa séance photo. Cela permet de mieux choisir l’heure pour faire des photos. Il existe pour cela des sites internets et des applications pour smartphones pour accompagner le photographe. On peut par exemple citer le site photo ephemeris.

L’étude des photos qui vous inspirent

Aujourd’hui on croise des photos partout et dans certains cas les lieux photographiés donnent des idées. Parfois des photos nous inspirent. Il arrive que le photographe indique la localisation de la photo. Ici on a droit à la version facile de l’enquête.

Un photographe devrait commencer par regarder dans les métadonnées si il n’est pas possible de trouver des indices au sujet de l’endroit. Un mot clé, parfois des coordonnées GPS peuvent se cacher des ces données précieuses. Ici aussi l’enquête se termine rapidement.

A défaut de trouver une réponse précise facilement un petit repérage sur le terrain peut permettre de trouver le même spot voir de trouver mieux.

Garder les bons spots pour faire des photos

Les bons spots sont très nombreux, à vrai dire il n’existe pas de mauvais spot mais seulement de mauvais photographes. Cela demande donc un peu d’organisation pour se souvenir de chacun. Par chance nous avons dans la poche un smartphone. Désormais nous avons tous un GPS dans la poche. Il suffit de noter ses « meilleurs » spots dedans.

Lorsque la situation l’exige il devient alors très facile d’identifier un spot et d’y accéder. Comme pour le tri des photos un travail méthodique est indispensable mais rien d’impossible pour un photographe, un vrai qui veut se donner les moyens de réussir la photos qu’il veut.

Il existe toutefois un danger dans cette pratique. Le monde bouge, il évolue parfois bien plus qu’on ne le voudrait et certains spots peuvent radicalement changer en quelques mois. Les spots les plus importants devraient donc être visités régulièrement. Lorsque cela est impossible il reste possible de les surveiller à distance avec l’aide des réseaux sociaux, des médias etc qui peuvent être de précieuses sources d’informations.

4 COMMENTAIRES

  1. Salut Loic
    Totalement d’accord avec toi ! C’est pareil en macro où en plus un nombre important de photographes pourrait causer une gêne sur les espèces présentes.
    En plus, quel plaisir de découvrir un nouvel endroit !
    Bonne journée
    Seb

  2. Bonjour Loic,

    Merci pour cet article trés intéressant (et d’ailleurs pour tout le site en général).
    Petit témoignage de mes habitudes sur le sujet: je fais pas mal de photos astro et de pyrotechnie, dans les deux cas le repérage du lieu est important. Je préfère généralement repérer les lieux de jour, quitte parfois à arriver trés tôt.
    Pour les outils, outre les cartes habituelles, j’utilise quand c’est possible street view et google earth (photos prise sur le lieu). Ça permet de « visiter » le spot, repérer les obstacles (végétation, mur…) et les dangers qu’on ne voit pas toujours sur les vu aériennes. Même si parfois ça rate… (ça m’est arrivé lundi avec Neowise…)
    Dans certains endroits, il peut être important de repérer les risques (au bord de l’eau, en montagne), et des fois renoncer à un spot si on a pas l’équipement ou les « qualification » pour y accéder. Il vaut mieux trouver un point de vue différent que de se mettre en danger, surtout pour reproduire une image déjà vue.
    Bonne journée!

    Benjamin B

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.