Qu’est ce qui défini un Fauxtographe ?

45

C’est avec cette question simple que ce matin j’ai interpellé la communauté des photographes sur Twitter. Les réponses sont à lire ci dessous.

Le terme de « Fauxtographe » ou « Faux-Tographe » est régulièrement utilisé par des photographes (sous entendu les vrais). Ce terme qui permet de classer le fauxtographe ce révèle souvent à caractère péjoratif.

Ce néologisme n’a pas une définition unique et chacun (en générale photographe) l’enrichi de sa propre expérience lorsqu’il l’utilise.

 

Ce matin j’ai donc fait le choix de tenter de regrouper toutes les définitions de fauxtographe en interpelant les twittos qui ont bien voulu jouer le jeu en 140 caractères.

Qu'est ce qu'un fauxtographe ?
Qu’est ce qu’un fauxtographe ?

Définitions de fautographes :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour certains le Fauxtographe est un voleur :

 

Pour certains la différence est invisible :

 

 

Pour d’autre il n’existe pas de Fauxtographe :

 

A moins que l’on soit tous des fautographes:

 

De mon point de vu, le Fauxtographe est toujours celui d’un autre qui le regarde avec son filtre et sa propre expérience. Ce peut être à cause de son attitude, de sa manière de faire ou même sa manière d’être. Toutefois il y a quelques caractéristiques incontournables qui permettent de détecter des fauxtographes :

  • Utiliser la photo comme prétexte pour arriver à des fins par toujours avouables (par exemple les pervers qui piègent les modèles débutant-e-s)
  • Se prétendre photographe, ce n’est pas seulement un titre, il faut aussi montrer que l’on est photographe (ajouter plombier à coté d’un nom sur facebook ou un carte de visite ne fera pas de lui un plombier)
  • Posséder du matériel et ne pas l’utiliser (j’ai bien un tournevis d’électricien ce n’est pas autant que j’en suis un)
  • Manquer d’humilité face à son travail (ne pas accepter la critique et penser que ce que l’on fait est extraordinaire)
  • L’absence de respect (Ne pas respecter son sujet ou les autres photographes)

 

Et toi quelle est ta définition de « Fauxtographe » ? Partages tu les avis ci dessus ?

45 COMMENTAIRES

    • Sur mon vieux D40, c’est presque le cas… ça bruite tellement vite ! Enfin, ça n’en fait pas forcément de mauvaises photos, mais c’est toujours plus agréable de devoir monter en ISO sur un boitier qui gère ça bien 😉

    • @GT-Alex
      Il ne faut pas confondre celui qui impose 200iso telle une règle de fonctionnement et celui pour qui c’est une contrainte imposé par le matériel.

  1. en tout cas certain tweet m’ont bien fait sourire…
    bien que surement considéré par d’autres comme un fauxtographe moi aussi, il me semble que le coup d’avoir un appareil reflex haut de gamme utilise tout le temps en automatique sans même se poser la question des possibilités autres a explorer, rentrerai dans ma définition personnelle…

    • @ary
      le mode tout automatique n’est à mon sens valable que si on ne le comprend pas…
      Je connais de nombreux journalistes qui ne s’embêtent plus mais qui d’un simple coup d’œil peuvent te donner le réglage type de la scène qu’ils photographient.
      L’utilisation des modes créatifs (P.A.S.M.) dépend juste des besoins …

  2. Perso je suis passionné de photo, j’ai un petit appareil sympa, je shoote à tout va, mais jamais je n’aurais l’audace de déclamer que je suis un photographe, je fais la cuisine mais je ne suis pas un grand chef pour autant 😉
    Sympa en tout cas cette série de tweet, j’ai adoré le clin d’œil aux Inconnus avec le faux-tographe et le vrai-tographe 😀

  3. Kikou Loïc ! J’ai vu ton appel au twittage pour donner une définition à ce qu’est pour nous un « fauxtographe », mais sur le coup, je n’ai pas su quoi répondre, du coup, j’ai loupé le coche. Désolé ! ^^
    Les participations m’ont faite rire et je les comprends. Mais je crois que si je ne suis pas arrivée à donner ma propre définition, c’est que finalement, je pense un peu comme Franky et le mot de la fin par NSOphoto me parle énormément.
    Bref, pour moi, il n’y a pas vraiment de « fauxtograhe », seulement des passionnées avec plus ou moins de talent. Les seuls qu’on pourrait qualifier de ce « surnom », ce sont les gens à l’égo démesuré qui pensent être des pros et qui gâchent par exemple le mariage de leurs clients car ils n’ont pris que des photos abominables (comme c’est arrivé récemment en Angleterre il me semble). Mais dans ce cas-là, je parierai plutôt sur le thème « imposteurs » ou « arnaqueurs ».
    Je te souhaite une bonne journée 😉

    • @Marie
      De nombreux tweet laissent apparaitre une imposture de la part des dit fauxtographes.
      Dommage que tu n’es pas pris le temps de participer … mais ce n’est que partie remise

  4. C’est comme partout faut toujours des pseudo-pro pour casser du sucre sur ceux qui veulent apprendre :p j’ai aimé le Tweet de Édouard qui ne se mouille pas ^^. Puis il n’y a pas de « Fauxtographe ». Du moment que tu prends la photo tu deviens le photographe de ton image. après la question est de savoir si t’es pro ou non !

  5. Y-a-t-il vraiment une définition, cela dépend de chacun, de son niveau, de son expérience, de son égo, de son talent, de sa générosité. Après tout, que sommes nous finalement? Des passionnés avec ou sans diplôme ? Des arrivistes? Des pro par un numéro de siret distribué à la chaine sans savoir si l’activité est viable? Je ne sais pas vraiment, c’est un débat sans fin en somme. Mais la question revient et revient, tout comme le post traitement « pour ou contre? ». Bref j’aime quand même l’idée d’un débat, et d’un point de vue différent. Quelque part cela nous enrichi, et si on repose la même question au même personnes dans 10 ans, je suis sure que le point de vue aura changé.

    • @ludiphoto
      je ne pense pas faire l’exercice tous les ans mais c’est une bonne idée de réévaluer la position de chacun dans le temps, puisqu’elle est teintée de l’expérience de chacun.

  6. Mail bourré d’animosité daté de juillet envers un faux-tographe qui se permet de me faire la leçon, car j’ai osé démarcher et envoyer un devis. Ouvrez Ze Guillemets :

    Le besoin de reconnaissance artistique de certains empêche les vrais photographes de manger. C’est un fait, et cela n’a rien à voir avec la photographie : Monsieur ; vous êtes un idiot prétentieux pour ne pas dire un « machin » de m’affirmer le contraire pour justifier vos frasques.

    Si vous voulez faire des photos gratuitement « pour la gloire », faites-en bénéficier les associations caritatives, les vraies.
    Donné pour la gloire, gratuitement, votre « travail » ne vaudra jamais plus que ce que vous l’estimez : Zéro argent, zéro reconnaissance. Dans n’importe quel domaine.

    La qualité de votre « production », je ne saurais trop vous conseiller de remettre en question cet aspect. De vous forcer à au moins regarder, puis tenter de contrôler la lumière.

    Je vais éviter d’évoquer pour vous les notions de services, de clientèle, d’entrepreneur car je ne pense pas que l’on puisse qualifier de valables les margoulins qui vous flattent afin d’avoir des photographies « professionnelles » à l’œil, avec quelqu’un incapable de fournir 2 photos de suite ayant le même rendu.
    Donner pour une cause est une chose, se laisser flatter pour travailler, se nomme esclavage.

    Je ne vous ai pas « piqué » un client en démarchant, j’ai fourni un devis sur une prestation que vous êtes incapable de réaliser, qui plus est, je ne travaille pas gratuitement pour ma part. Je vous invite par ailleurs à créer une entreprise afin de vous mettre en conformité vos statuts par rapport à la loi et surtout à votre suffisance … Avec cela, vous n’usurperez pas votre qualification de professionnel … Votre expérience actuelle suffira largement à vous disqualifier sur ce marché ensuite.

    Fermez Ze Guillemets

  7. @Pyrros

    Pas du tout. Faux-tographe pro.

    Je l’associe au fait que quelqu’un fasse gratuitement quelque chose qu’il pourrait vendre, et ce de manière régulière et répétitive en sachant qu’il détruit une zone de chalandise, pour satisfaire son égo. Je peux aussi parler de faux plaquistes, faux cuisiniers etc etc.

    Dans le cas précis de ce mail, je me suis retrouvé face à quelqu’un qui faisait du gratuit, et qui était ulcéré que le client, après un essai avec lui, ai préféré se tourner vers quelqu’un et capable de garantir un résultat dans un temps donné, et capable de fournir une facture pour sa comptabilité. Cette personne ne sait même pas s’estimer face au travail des autres, et voulait faire la leçon à une personne aguerrie ^^.

    Il a été assez démontré que faire une simple nature morte d’objet ne permet de dire de quelqu’un qu’il sait faire du pack-shot, par exemple ici, dans cette histoire.

    Je diffuse cette lettre précisément pour expliquer que la photographie a toujours été accessible au grand public : on est photographe sans problème, à mes yeux.
    L’usurpation du terme professionnelle par contre, ne le sera jamais. (Et pas que dans ce domaine). Tout simplement parce qu’une activité comme celle-ci est chronophage, s’appuie sur l’expérience et nécessite une fibre d’entrepreneur, qui ajoute des notions de productivité/rentabilité/commercial.

    • A ma connaissance il n’existe rien entre les deux en France.
      Soit tu es déclaré, soit tu ne l’es pas. Pour le premier cas aucun soucis pour ma part, tu es un concurrent ou mieux, un confrère. Dans le second,tu es un faux-tographe, qui au minimum reçoit de ma part ce genre de courrier dès que tu empiètes sur le domaine professionnel. C’est au minimum qualifié de travail au noir 🙂
      C’est valable pour toutes les professions d’ailleurs. Et ça n’a rien à voir avec le pseudo-corporatisme souvent colporté … par ces gens qui se disent entre les deux ^^.

    • Il n’existe que 4 statuts légaux en France : auteur-photographe, « artisan » et assimilé (mon cas), photo-journaliste et salarié.

      Tout le reste, à caractère pécuniaire ou non, c’est du travail au noir dès lors qu’il y a assimilation à une prestation. Voir avec le législateur pour le futur afin de trouver du « entre les deux » 🙂
      artiste photographe, industriel, indépendant etc etc sont des dénominations commerciales.
      Ref : code du travail, direccte.

      Je ne fais partie d’aucun syndicat ni rien ^^, si c’est ce que tu imagines à propos de confrêres. Et je suis plus pour une fusion des trois premiers statuts en un seul. Qui serait plus adapté à l’air du temps 🙂

  8. Bonjour, je découvre ce site grace au partage de Franky Darth et je pense que je fais suivre régulièrement maintenant 🙂

    J’ai adoré le second tweet de @critidos « quelqu’un qui dit qu’en photo, il n’y a pas de règles. », on se retrouve facilement devant ce genre de réponse et l’autre tweet de la meme personne « quelqu’un qui considère comme bonne/trouve des excuses à une photo manifestement ratée. » dont j’ai déjà eu à faire et eu les deux en meme temps, à la limite du « c’est de l’art.. »

    Si j’avais a rajouté ma contribution, en retard, « un faux-tographe : c’est une personne qui pense etre bon parce qu’il a un reflex. »
    Et je suis moi-meme mon propre faux-tographe ^^

    • Merci 😀

      A part pour certain cas, ces personnes énervante, mais qui nous font rêver avec leur taleur, là nous auront surement de l’art, sans que les codes aient été appris..mais le reste de la populace (moi y compris) et surtout le peuple français, à besoin de ligne directrice pour faire ce qu’il faut.. sinon ça devient comme actuellement « j’ai un reflex qui remplace mon compact car je suis fan de photo ».. dans ma disicipline favorite (l’automobile) où il n’est pas simple de bien composer par moment, regorge de « faux-tographe », les spotters, et beaucoup dépense 1000€ de matos pour du bokeh sur de banale photo, il manque juste un peu de bon sens, de technique et d’imagination pour qu’une photo banale de spotting puissent etre jolie et intéressante, sans avoir à passer par photoshop et le HDR à tout vas, comme j’ai pu bien le voir sur ces nouveaux personnage adepte de la photo depuis le boom HDR, comme certain qui passe d’un COI au gros reflex haut de gamme.. et qui envahisse les beaux paysage en les sur-exploitant..
      Par moment, je me dis que je devrais revendre tout mon matériel et arreter d’essayer d’apprendre tout les jours la photo, car nous vivons dans un monde où ça ne sert plus à rien, chacun est artiste du moment qu’il a quelque chose qui lui permet de montré son « art ».

    • @Katroxp
      Comme pour la photo de concert la photo de sport automobile est un prétexte pour beaucoup. Le prétexte pour prendre de bonnes places de photographes pour faire de la m****.
      Ces personnes viennent prendre la place des vrais photographes, ceux qui savent donner une âme à leurs photos.

  9. Bonjours à tous

    Je suis un peu nouveau dans la photo, enfin une grosse année. C’est la passion pour la musique quii ma fait acheter un petit reflex, pour commencer par la photo de concerts. Maintenant c’est devenue un veritable plaisir, une réele passion le live, mais aussi le paysage, pouvoir saisir l’instant présent.

    Mais pour moi il n’y a pas de fauxtographe comme vous dites. Comme dans tous les milieux, il y a des gens, qui pensent tout savoir, qui n’acceptent pas la critique et à qui le respect n’appartient pas au vocabulaire, pour moi ça s’appelle juste un con.

    Ma page facebook, Mogri, avec photographie dans le descriptif, certes. Je suis pas un pro, ne le revendique pas non plus, j’utilise le post traitement qui me permet d’analyser mes erreurs et de les corriger lors du prochains shoot, cela fait de moi un fauxtographe ?

    Pour ma la photo c’est un partage, celui d’une passion, d’experiences et de savoir, j’apprends des autres. Pour ma la porte est ouverts à tous, les con arrogants, certes on s’en passerait.

    A bientôt 😉

  10. Doisneau utilisait ce terme déjà…
    D’ailleurs je le donnerai plus pour ceux qui n’ont aucune culture de l’image, et qui se prennent pour des nouveaux génies.
    Et pour ceux qui base la qualité d’une image que sur son côté technique.

  11. Pour moi le Fauxtographe c’est un peu moi…je ne gagne pas ma vie dans la photo (bien que ça me botterai).
    Du coup je ne mérite pas le titre de « Photographe »….à moins que, le faite que ça soit une passion, me permette de l’obtenir. Je serai tenté de définir le fauxtographe comme une personne perverse…(manipulation) comme tu le dit plus haut afin d’obtenir des avantages sur les plus faibles volontés…
    Apres c’est une vision de la photo: les technicien (qui connait les règles, qui connais le matos etc) dira que l’artiste (il n’y a pas de règles, seulement une projection de ma créativité)que c’est un fauxtographe…et vice versa…

    • @Sébastien Demaison
      Je ne suis pas certain que le statut permette à lui seul de définir si on est photographe ou faux-tographe, comme dit plus haut je pense surtout que la notion de respect dans toutes ces dimensions et à prendre en compte.

      Mieux que semi pro je préfère le terme de photographe à temps partiel…

  12. J’avais déjà lu cet article, comme les autres, au moment de sa publication. Je ne commente jamais mais là, il faut que je vous raconte une petite histoire, vraie de vraie, promis ! Là, je pense avoir trouvé ma définition du Faux-tographe…

    « – Salut ! Devine quoi ! Je viens de m’acheter le dernier Canon D1x et quelques objectifs qui vont bien (c’est ce qui se dit sur les forums et les testeurs qui les notent, j’ai pas bien compris mais ils ont l’air bien… ) parce que ma femme/mère/voisine disaient que mes photos à l’IPhone étaient trop chouettes et que c’était dommage de gâcher un tel talent. Je viens donc de me monter auto-entrepreneur et je cherche des clients pour faire des photos de mariage d’art pour cet été. Je peux « emprunter » tes photos et mettre ma signature dessus (et puis si tu peux rajouter quelques retouches comme garder qu’une couleur par exemple, c’est plus chouette) pour ma page Facebook ‘Pseudo – Photographies de mariage d’Art’ en attendant d’avoir mes photos à moi ?

    – Euh… Glurp… Il y a 3 mois, tu me disais que la photo, c’était sans intérêt, que ce n’était pas de l’art… Et… Tiens, juste comme ça, tu peux me rappeler comment fonctionne le trio d’exposition ? Ce qu’est une profondeur de champ ? Ce que désigne le f/3.5-5.6 inscrit sur ton 18-200 de compétition ? (ah… Il a aussi acheté des objectifs EF-S donc réservés à l’APS-C…)

    – Ouais… Non… Mais ça je m’en fous ! Je ne veux pas connaître les règles ! Je veux créer les miennes ! C’est ça de l’art ! Et puis photographe, c’est la bonne planque pour faire de l’argent facile juste en appuyant sur un bouton puisque maintenant c’est tout automatique ! J’ai déjà ma première cliente : je fais le mariage de ma soeur dans un mois pour 400 € ! Tu imagines ? 400€ + champagne + dîner + pièce montée juste pour faire « clic-clic » de temps en temps dans la journée ! C’est top comme « métier » ! »…

    VÉRIDIQUE !
    PROMIS ! J’en suis restée scotchée à ma chaise pendant les 3h qu’a duré ce rendez-vous pour des « conseils pour que tu me montres comment il marche l’appareil parce que je trouve même pas les modes portrait /paysage/etc… Incroyable qu’un truc aussi cher ait même pas ça quand même ! »

    Ça, c’était il y a 2 semaines. Depuis, tout le matériel est parti au SAV parce que « à ce prix, il est même pas foutu de faire une photo nette ou pas trop sombre ou pas trop claire, c’est vraiment de la m**** !  »

    Si j’avais su, j’aurai enregistré ces 3h ,je n’en reviens encore pas moi-même… Ah… Et près de 12 000€ de matériel mais pas de carte mémoire… » Ah parce qu’à ce prix-là, il y a même pas de mémoire dedans ? Alors que mon IPhone lui, il en a ? Pff… « 

    • @Katty
      Cette histoire est extraordinaire. Presque irréelle tant la notion de temps et de progrès à totalement disparu. Malheureusement ce n’est pas un cas isolé. Et il y a de nombreux faux-tographes qui sont dans cette situation… Souvent ils disparaissent aussi vite qu’ils sont apparus mais parfois certains persistent et tentent de résister.

    • @Frédéric
      Pourtant c’est une histoire triste, celle d’une personne qui pense qu’il suffit d’appuyer sur un bouton pour faire une photo

    • Suite de l’histoire : il a décidé qu’il revendrait le tout au retour du SAV pour prendre un appareil « qui sait faire des photos, lui ! »… Probablement un bridge. Et quand je lui ai dit : c’est au photographe de savoir faire des photos, pas à l’appareil : ce ne sont pas les ciseaux qui savent faire une coupe de cheveux ni une poêle qui sait faire un bon petit plat, ni une guitare qui sait faire des tubes…, je n’ai eu comme réponse qu’un : « Ouais mais c’est pas pareil, ça, ce sont des VRAIS métiers ! »…

      J’ai eu 3 + 2h pour essayer de lui montrer une façon de voir différente… sans succès ! Une histoire triste, je l’ai pensé aussi. Et en même temps, il n’est ni ouvert à l’apprentissage ni prêt à voir qu’il pourrait peut-être se tromper, je n’irai donc pas le plaindre…

      Mais la mariée qui recevra ses photos fin mai, peut-être plus… Et ses prochains clients également. Il reste convaincu qu’avec un appareil au top, sans aucune connaissance théorique, aucune notion de composition, aucune idée du rôle de la lumière et sans même s’exercer… il va « tout exploser !! » . De son propre aveu, il veut « révolutionner la photo en montrant que non, on n’a pas besoin de savoir quoi que ce soit pour berner le premier crétin venu ! » …

    • @Katty
      C’est juste affligeant de lire que certains pensent encore révolutionner la photographie. Pour faire de bonnes photos le matériel ne fait aps tout mais connaitre les règles qui font la photo est un minimum. Même avec un boitier automatique quand on se retrouve en difficulté à cause d’une lumière difficile par exemple si on ne sait pas comment fonctionne un boitier on restera en difficulté et il sera impossible de faire quoi que soit…

      Pour les pauvres couples qui font appel à ce faux-tographe je suis désolé… Il était économiquement le meilleur mais c’est seulement sur ce point qu’il a pu faire la différence. La photo ce n’est pas de la magie en un claquement de doigts on ne devient pas photographe…

  13. La discussion tourne plus entre « vrais pros »et « faux pro » que ce qui pour moi est dramatique : l’utilisation de la photographie pour de mauvaises raisons… Et n’a pas été cité, sauf dans l’anecdote (qui m’a fait beaucoup rire), et encore, il s’agissait d’un emprunt, les voleurs de photos qui utilisent le travail des autres pour se faire passer pour ce qu’ils ne sont pas… Faux books, faux sites… Pratiques de plus en plus répandues malheureusement 🙁

LAISSER UNE RÉPONSE