L’ouverture du diaphragme et la profondeur de champ

13

Sur les forum ou sur les groupes Facebook, on peut souvent lire des demandes du types : “quel réglage pour …” et je réponds toujours : “celui qui va bien”.

Aujourd’hui donc on va s’intéresser à la Profondeur de champ (PDC) à quoi ça sert et comment ça marche ?

La profondeur de champs est la zone où l’image passe du flou au net puis du net au flou, c’est ce qui détermine le plan de netteté d’une image.

La profondeur de champ c'est quoi
La profondeur de champ en gif

La Profondeur De Champ ou PDC à quoi ça sert ?

La profondeur de champ permet d’isoler un sujet dans son environnement (pour mettre le sujet en valeur ou limiter l’impact de l’environnement), ou au contraire d’avoir une large zone de netteté sur plusieurs plans (paysage).

Pour un appareil photo, la profondeur de champs dépend de 2 paramètres :

  • L’ouverture de l’objectif
  • La distance focale ou la taille de l’objectif exprimée en millimètres

La taille du capteur ou de la surface sensible influe aussi sur la profondeur de champs. Ainsi, plus le capteur est grand, plus la profondeur de champs sera réduite.

Qu’est-ce que l’ouverture d’un objectif ?

Lorsque l’on parle de matériels photos et plus particulièrement des objectifs, 2 données reviennent à chaque fois :

  • La distance focale exprimée en millimètre
  • L’ouverture de l’objectif que l’on écrit f/x

Flares : taches lumineuses qui apparaissent quand on photographie en direction d’une puissante source lumineuse. La lumière se reflète alors sur les lentilles et dans le tube de l’objectif.

Aigrette : forme étoilée donnée aux sources lumineuses. Le nombre de branches dépend du nombre de lamelles qui composent le diaphragme.

Le f/x exprime la valeur d’ouverture de l’objectif, c’est-à-dire la quantité de lumière qu’il laisse arriver jusqu’à la surface sensible ou le capteur de l’appareil photo. Pour faire varier l’ouverture, nous disposons de différentes valeurs, des pas entiers et suivant le matériel de demi pas ou de tiers de pas. Entre 2 pas entiers, par exemple lorsque l’on passe d’une ouverture de f/2.8 à une ouverture de f/4, la quantité de lumière qui arrive jusqu’à la surface sensible est divisée par 2.

On parle souvent des valeurs extrêmes et avec le numérique on parle le plus souvent de la valeur extrême la plus petite qui désigne non sans subtilité l’ouverture la plus grande et laisse donc passer le plus de lumière.

Ainsi, lorsque l’on parle d’un ouverture à f/2.8, on parle d’une plus grande ouverture que si on parle d’un ouverture à f/16. A f/2.8 on laisse passer plus de lumière jusqu’au capteur qu’à f/16.

Faire varier l’ouverture permet de faire varier les 2 autres paramètres qui composent le triangle d’exposition, la vitesse d’obturation et la sensibilité ISO.

Ouverture du diaphragme (pas entiers)

Le diaphragme, composé de lamelles mobiles, laisse passer plus ou moins de lumière. La forme et le nombre de lamelles qui composent le diaphragme ne joue pas un rôle dans la quantité de lumière qui arrive jusqu’au capteur. Mais la forme et le nombre de lamelles modifient le flou, la forme de flares, ou les aigrettes.

Comment marche la Profondeur De Champ ou PDC ?

Plus on ferme le diaphragme d’un objectif, plus sa profondeur de champ (zone de netteté) est importante.

Ainsi dans l’exemple ci-dessus, seul un personnage (avec un bonnet) est net à une ouverture de f/2.8 et les autres sont flous, tandis qu’à f/16 on distingue les personnages sur les 2 premiers rangs et 3 suivants.

Pour gérer l’ouverture, il faut être en mode AV (ou A). La vitesse est calculée automatiquement ou en mode manuel (M) où il faudra choisir l’ouverture, la vitesse et la sensibilité.

En fonction des objectifs, à partir d’une certaine distance, la zone de netteté sera tellement importante qu’elle ira jusqu’à l’infini. Suivant l’ouverture utilisée, la distance entre l’appareil photo et le sujet va varier pour obtenir la zone de netteté la plus grande.

À grande ouverture, du fait de la faible profondeur de champ, un sujet mème très légèrement de biais vis-à-vis de la zone de netteté risque d’avoir une zone plus nette que l’autre.

Plus on ferme le diaphragme, plus il faut compenser la perte de luminosité. Il faut donc faire varier la vitesse et/ou la sensibilité.

Plus on ferme le diaphragme plus la diffraction apparait, cela dépend en partie du boitier que l’on utilise, mais aussi de l’objectif.

Comment connaitre la profondeur de champ ?

Il faut savoir que le profondeur de champ n’est pas la même sur tous les objectifs. À distance équivalente, la zone de netteté ne sera pas la même si l’on photographie à 10 mm (avec le ) que si l’on réalise la photo à 400 mm (avec le ,), en effet à 10 mm la zone de netteté commence à 24 cm et PDC infinie est à 1 m tandis qu’à 400 mm la zone de netteté commence à 1.8 m et PDC infinie est à plus de 20 m.

Il est donc plus simple d’isoler un sujet avec une longue focale tandis qu’il est plus simple d’avoir plusieurs plans nets avec une focale courte.

Sur les objectifs de bonne qualité, il y a une échelle de profondeur de champ qui permet de connaitre la zone de netteté pour une mise au point donnée.

En argentique, sur les boitiers, il y avait un test de profondeur de champ. Aujourd’hui, sur les réflexes numériques, celui-ci ne se montre plus aussi fiable que par le passé.

Avec l’habitude, on arrive à se passer de ces outils pour connaitre la Profondeur De Champ, il suffit de s’exercer un peu. Pour ceux qui pratiquent une photographie technique et éprouve le besoin de maitriser parfaitement leur profondeur de champ, il existe des applications sur smartphone et des sites internet qui permettent de faire les calculs.

Attention à la mise au point avec une grande ouverture !

Une grande ouverture implique une grande responsabilité. En effet, il faut faire attention à la zone de netteté. On a vu précédemment qu’une grande ouverture réduit la zone de netteté. Cela peut donc rapidement problématique si la zone de netteté n’est pas choisie avec précision.

Par exemple, dans le cas d’un portrait, il faut réussir à faire sa mise au point sur l’œil. Cela permet dans la majorité des cas de limiter le floue sur le nez et les oreilles.

Qu’est-ce que l’hyperfocale ?

Quand on parle de profondeur de champ, on parle parfois de l’hyperfocale. Cette notion semble souvent compliquée pour les débutants, pourtant derrière ce nom quelque peu barbare se cache une notion relativement simple. En effet, l’hyperfocale désigne la distance la plus courte à partir de laquelle une image est nette lorsque l’objectif est réglée sur l’infini.

Choisir un objectif, l’ouverture ça compte !

Certaines marques proposent des objectifs qui couvrent les mêmes angles de champ, mais avec des ouvertures différentes. Chez Canon on peut par exemple citer les Canon EF 50 mm f/1.2, 50 mm f/1.4 et 50 mm f/1.8 pour les focales fixes. On peut aussi citer le 70-200 mm dont l’un ouvre à f/2.8 et l’autre à f/4.

Il faut alors se poser la question de ses envies ou de ses besoins en matière de matériel. Une plus grande ouverture permet d’utiliser une vitesse plus importante et donc dans des conditions de lumière assez faible de photographier des sujets en mouvement. Cela se révèle souvent difficile avec une ouverture plus faible.

Mais on l’a vu, l’ouverture ne permet pas seulement de jouer avec la vitesse d’obturation, cela permet aussi de jouer avec la profondeur de champ. Les fans d’arrière-plan flou doivent choisir une optique avec une très grande ouverture.

Bien sûr, dans le choix des optiques entre bien souvent en jeu le prix. Plus l’ouverture est grande, plus le prix augmente. Le poids augmente aussi sur ces optique à cause de la lentille frontale qui est, elle aussi, plus grande. La photographie reste à tous les niveaux une question de concessions.

Avec les compacts et les smartphone, c’est possible ?

Dès l’instant qu’un l’appareil photo possède un objectif à grande ouverture et des réglages manuels, il devient possible de jouer sur la PDC de ses photos. Cependant, la taille des capteurs particulièrement petite sur les compacts ne permet pas de jouer avec la profondeur de champ par rapport à la taille du capteur d’un reflex.

Sur smartphone, la profondeur de champ et le flou d’arrière-plan sont souvent simulés via des algorithmes.

La réponse à : “Quelle ouverture ?”

Celle que tu veux en fonction du message que tu souhaites faire passer dans ta photo.

13 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.