Qu’est ce que le format RAW ?

0

Lorsque l’on débute la photographie on se retrouve avec de très nombreuses questions et parfois avec des très nombreux conseils. Celui qui revient le plus souvent recommande l’utilisation du Format Raw.

Ce format de fichier permet d’obtenir de plus grandes possibilités en matière de post-traitement. Le fichier JPEG ou JPG ne donne pas autant de liberté. Aujourd’hui seuls les appareils bas de gamme ne permettent pas d’enregistrer une photo au format Raw.

A quoi sert le format RAW ?

Qu’est ce que le format RAW ?

Le format Raw enregistre les données brutes Toutefois une compression dite sans perte est appliquée. Parfois un léger traitement logiciel est appliqué au fichier, toutefois celui ci est non destructeur et le photographe peut choisir de le modifier lors du post-traitement. Mais l’idée reste que le format Raw contient énormément de données qu’il faut interpréter. Pour cela il faut passer par un logiciel de traitement. Pour ensuite partager une photo issue d’un fichier RAW il faut la convertir dans un format de fichier compatible.

Le format Raw contient bien plus d’informations qu’un fichier JPEG. La compression des données sur un format Raw est réduite ce qui donne la possibilité au photographes de passer par une étape de post-traitement afin d’obtenir un résultat qui correspond plus à ses attentes.

Si les fabricants de boitiers photographiques fournissent leur propre logiciel de nombreux photographes utilisent d’autres logiciels plus simples et plus complets. (voir plus bas)

Quelles données trouve-t-on dans un fichiers Raw ?

Le fichier RAW contient :

  • Les données permettant de produire l’image.
  • Les métadonnées de la prise de vu, les réglages d’exposition, les numéros de séries du boitier et l’optique, la date, parfois les coordonnées GPS. Le plus souvent on retrouve ces données dans les données EXIFs
  • Une vignette de l’image
  • (Dans certains fichiers Raw une image JPEG qui sert d’aperçu)

Un fichier RAW est codé en 12 bits mais certains boitiers permettent d’enregistrer le fichier en 14 bits. La différence entre les 2 se révèle presque invisible toutefois il apparait qu’un RAW codé en 14 bits donnent plus de possibilité de récupération des zones sur-exposées ou sous-exposées. Cependant au regard des problème de poids des fichiers de très nombreux photographes préfèrent desRaw xodé en 12 bits. Attention les fichiers en 14 bits demandent un stockage encore plus important. Les fichiers Raws en 14 bits peuvent ralentir les prises de vue en rafales en replissant plus rapidement la mémoire tampon (buffer).

  • Un fichier RAW en 12 bits enregistre 4’096 valeurs tonales pour chaque couleur primaire (rouge vert et bleu ou RVB) qui forme un pixel
  • Un fichier RAW en 14 bits enregistre 16,384 valeurs tonales pour chaque couleur primaire (RVB) qui forme un pixel
  • Un fichier JPEG codé en 8bits, enregistre seulement 256 valeurs tonales par couleur primaire (RVB) qui forme un pixel. Pour réduire un peu plus le poids du fichier une compression peut être appliquée faisant perdre un peu plus d’informations.

Un format différent selon les constructeur

Suivant le constructeur de l’appareil photo le format RAW dispose d’une extension différente. Pour certaines marques il existe même différentes extensions.

  • Canon .crw .cr2 .cr3
  • Nikon : .nef .nrw
  • Fuji : .raf
  • Hasselblad : .3fr
  • Sony : .arw
  • Kodak : .kdc
  • Minolta .mrw

  • Olympus : .orf
  • Pentax : .ptx .pef
  • RED : .R3D
  • Panasonic : .rw2
  • Samsung : .srw
  • Sigma : .x3f

Adobe l’éditeur de logiciels tel que Lightroom ou Photoshop a proposé en septembre 2004 son propre format RAW : le DNG (Digital Negative). Quelques constructeurs l’ont intégré mais beaucoup d’autres constructeurs continuent d’utiliser leur propre format. Le plus souvent il faut donc passer par un logiciel pour transformer le RAW issu d’un boitier au format DNG.

Malgré une même extension il arrive que les fichiers au format RAW de 2 modèles différents de boitiers photographiques n’aient pas les mêmes caractéristiques. Il arrive ainsi très régulièrement que des photographes soient obligé d’attendre une mise à jour de leur logiciel de post-traitement afin de pouvoir décoder les fichiers RAWs de leur dernier boitier tout juste sorti. En effet les éditeurs de logiciels doivent mettre à jour leurs algorithmes pour décoder les fichiers RAW des nouveaux appareils photo ce qui parfois prend un peu de temps.

Dématricer un fichier RAW

Avant l’apparition du numérique la lumière qui constitue une photographie était captée par une surface sensible. Au départ les photographes utilisaient une plaque de verre puis avec les évolutions technologiques une pellicule photographique. Sur les appareils numérique la pellicule a été remplacée par le capteur numérique sensible à la lumière. A noter qu’il existe plusieurs tailles de capteurs.

Si il existe plusieurs types de capteurs, les appareils photos de type reflex ou hybrides sont désormais tous équipés d’un capteur CMOS (« complementary metal-oxide-semiconductor »). Le principal avantage de ce type de capteur réside dans son faible cout de production. Pour l’utilisateur il se révèle rapide et peu gourmand en énergie.

Fonctionnement d’un capteur photo

Les capteurs sont composés de photodiodes (ou photosites) qui transforment la lumière reçue en énergie électrique. Les photodiodes ne captent pas les couleurs ils ne sont sensibles qu’à l’intensité lumineuse.

Pour enregistrer les couleurs on place donc un filtre coloré devant chaque photodiode. Chaque filtre ne laisse passer qu’un seul composant de la lumière, le Rouge, le Vert ou le Bleu. Le plus souvent on parle de filtre RVB pour Rouge Vert Bleu. L’ensemble de ces filtres forment le filtre de Bayer que l’on nomme aussi matrice de Bayer ou mosaïque de Bayer. Sans ce filtre les informations sont donc en noir et blanc.

La matrice de bayer élément indispensable pour dé-matricer un fichier raw
La matrice de Bayer permet de le dématriçage des fichiers RAWs

Afin de s’approcher le plus possible de la vision humaine la matrice de Bayer se répartie ainsi :

  • 50% de filtre Vert
  • 25% de filtre Rouge
  • 25% de filtre Bleu

Les données acquises sont ensuite transformées pour être enregistrées. Dans le cas d’un fichier JPEG les algorithmes compressent les données avant l’enregistrement. Cela limite fortement les possibilités de post-traitements. Dans le cas d’un fichier RAW les données subissent une faible compression dite sans perte pour permettre au photographe d’ajuster notamment la colorimétrie de son image lors du post-traitement.

On parle parfois de données brutes de capteur toutefois les algorithmes appliquent toujours un traitement au format RAW. Ces modifications ne sont pas destructrices et le photographe peut aisément choisir d’appliquer d’autre réglages avant de transformer son fichier en un format lisible par tous le format JPG ou plus rarement en format TIFF.

Dématricage d’un fichier RAW

Certains systèmes d’exploitations peuvent lire certains fichiers RAWs. La lectures des RAWs créés par des boitiers récents peuvent ne pas s’afficher correctement. Ainsi de nombreux photographes se font piéger en achetant le dernier modèle d’appareil photo sans penser à vérifier la compatibilité entre les Raws de ce dernier et les logiciels qu’ils utilisent. Ils se retrouvent donc à devoir attendre une mise à jour de leurs logiciels. Les moins patients doivent utiliser le logiciel founi par le constructeur de l’appareil photo.

Pour lire et transformer un Raw il faut un logiciel. Sur le marché ils sont nombreux. Canon fourni DPP avec ses boitiers. Nikon fourni Capture Nx-D. Mais le logiciel plus documenté et le plus utilisé par les photographes est Lightroom.

Aujourd’hui certains photographes s’orientent vers Capture Digital qu’il faut acheter et non pas louer comme c’est le cas pour Lightroom. Il semble que Capture Digital soit aussi plus précis dans le dématriçage des fichiers Raws. D’autres s’orientent vers DXO Photolab dont le traitement semble légèrement meilleur que celui de Lightroom.

Du coté de logiciel libre et des gratuits on parle souvent de Darktable. Toutefois les photographes qui ont besoin d’une flux de production rapide passent souvent sur un des logiciels payants.

Avantages et Inconvénients du format RAW

Avantages du format RAW

Le format RAW permet au photographe de passer par l’étape du post-traitement. Cela signifie que le photographe peut corriger les petits défauts d’exposition de ses photos. Il peut décider de mettre en avant les hautes lumières ou au contraire les basses lumières. Il peut choisir la balance de blanc de la photo avec beaucoup plus latitude que pour un fichier JPEG. De la même manière il peut ajuster les couleurs des photos.

La plage dynamique d’un fichier RAW est plus importante que celle d’un fichier JPEG.

Le format RAW est non destructeur. Ainsi il est possible que la boitier applique un traitement sans que celui ci interdise de faire d’autres choix lors du post-traitement. Par exemple il est possible de faire des photos en Noir et Blanc puis de décider lors du post-traitement de sortir la photo en couleur.

Inconvénients du format RAW

Les fichiers RAW se révèlent beaucoup plus encombrants que des fichiers JPEG. Cela demande au photographe d’avoir de bonnes capacités en carte(s) mémoire et en sauvegarde.

On l’a vu le fichier RAW ne peut être utilisé en l’état et nécessite l’utilisation d’un logiciel de dématriçage. L’étape du post-traitement demande un peu plus de temps et de connaissances au photographe qui souhaite utiliser cette option. Afin de tirer parti du format RAW il faut que le photographe se forme au post-traitement et à l’utilisation de son logiciel.

Enfin les fichiers de plus en plus en lourds demandent à un PC de faire des calculs de plus en plus difficiles et multiples. Cela signifie que le photographe doit utiliser un ordinateur suffisamment puissant pour traiter ses fichiers.

Comment choisir le RAW ou JPEG ?

Si l’idée est de prendre des photos pour ensuite les post-traiter il faut privilégier le format RAW. Si au contraire on ne souhaite pas post-traiter les photos, ajuster la luminosité ou les couleurs dans ce cas le format JPEG sera plus pratique. De la même manière si il faut livrer les photos très rapidement le format JPEG sera plus adapté.

Il est aussi possible d’enregistrer les photos au format RAW et au format JPEG le plus souvent nommée : RAW + JPEG. Cela permet au photographe d’avoir des fichiers exploitables grâce au format JPEG tout en conservant la possibilité d’effectuer du post-traitement ultérieurement avec les fichiers RAW. Toutefois cette opération peut ralentir l’enregistrement des fichiers sur le boitier et donc ralentir la prise de vue en rafale.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.