Quel materiel pour faire de la macro ?

3

Dans le monde de la photographie, la macro séduit et attire de nombreux photographes. C’est une discipline très accessible, elle ne soulève que peu de questions sur les notions de droit à l’image. De la même manière, il est possible de faire de la macrophotographie avec très peu de moyens. Mais pour faire de la macro, il faut choisir le bon matériel.

Sur le marché de la photo, il existe de nombreuses optiques estampillées “Macro”. Mais ceci est parfois mensonger. Mais au-delà des optiques dont le cout peut se montrer élevé, il existe des alternatives plus accessibles.

Quel matériel choisir pour faire de la macrophotographie ?
Quel matériel choisir pour faire de la macrophotographie ? Il existe autant de solutions que de photographes

Afin de profiter complétement de l’article, il est fortement recommandé de désactiver le bloqueur de publicité.

Qu’est ce que la Macrophotographie ?

La macrophotographie ou macrophoto ou encore macro désigne une technique photographique permettant de photographier de petits objets à un rapport de grandissement compris entre 1:1 et 10:1. Au rapport 1:1 la taille du sujet sur la surface sensible (le capteur ou la pellicule) est égale à la taille de l’objet. Avec un ratio de 10:1 la taille de l’objet est 10 fois supérieur sur le capteur par rapport à la taille réel de l’objet photographié.

Au-delà du rapport 10:1 on parle de photomicrographie.

Si certains photographes parlent de grossissement, il faut parler de grandissement. Le grandissement est une notion optique associée au rapport de grandeur d’un objet à son équivalent pour l’image qui se forme après avoir traversé un système optique.

Quel matériel pour faire de la macrophotographie ?

Pour la macrophotographie le matériel est particulièrement varié. Il y en a pour toutes les bourses. Faire un choix n’est pas toujours simple dans cette jungle.

Les bonnettes macro ou filtre close up

Ce dispositif optique se monte sur la lentille frontale d’un objectif et permet d’augmenter le grandissement de l’objectif. Cette lentille additionnelle se visse tel un filtre sur l’objectif.

Composée d’une seule lentille convergente la bonnette permet de réduire la distance de mise au point. Ceci permet de s’approcher du sujet et d’augmenter le grandissement (la taille du sujet photographié sur le capteur).

Le faible cout permet de s’initier à la macro photographie. Le poids relativement faible permet aux macro-photographes d’avoir toujours la possibilité de faire des photos macro. Toutefois, la qualité optique des bonnettes macro reste en recul par rapport à d’autres solutions.

Il est possible de monter une bonnette macro sur tous les objectifs, du grand angle au téléobjectif, sur une focale fixe comme sur un zoom. Il est même possible de monter une bonnette macro sur un bridge voir sur un compact. Elle permet d’utiliser l’autofocus. Il faut seulement prévoir une bonnette au diamètre du porte filtre de l’objectif.

Comment calculer le grandissement avec une bonnette macro ?

La formule mathématique pour calculer le grandissement avec une bonnette, peut rebuter certains photographes.

Le grandissement proposé par une bonnette dépend de l’objectif auquel elle se trouve associée. Il dépend aussi de la dioptrie qui permet de réduire la distance de mise au point. Plus le chiffre est grand plus on réduit la distance de mise au point. On peut se rapprocher du sujet et donc obtenir un plus fort grandissement.

F = focale de l’objectif en mm
D = distance minimale de mise au point en mm
B = nombre de dioptries de votre bonnette
G = Rapport de grandissement

Formule pour calculer le rapport de grandissement :

G = [ ( D . F ) / ( D – F ) ] : [ 1000 : ( B + 1000 / F ) ] – 1

Dans certaines situations, il peut être utile d’empiler des bonnettes. Pour connaitre leur grandissement, il suffit d’additionner leur dioptrie. Toutefois, on perd en qualité optique.

Quelques références de bonnettes recommandées

La Raynox DCR-150 (4.8 Dioptries) et la Raynox DCR-250 (8 Dioptries) séduisent les photographes, cependant leur diamètre ne permet pas une utilisation sur les optiques avec une grande lentille frontale. La Marumi DHG 200 77 mm Achromat Lens permet d’avoir 5 dioptries sur les objectifs de 77 mm. Elle existe avec des diamètres différents. Son traitement apochromatique améliore le rendu des photos.

Certains photographes utilisent des adaptateurs pour associer des bonnettes avec un diamètre plus grand que celui de l’objectif. Cette opération n’est pas recommandée. Il reste préférable de choisir une bonnette adaptée à la taille de son objectif.

Les bagues allonges pour faire de macro avec des optiques non macro

Les bagues allonges augmentent le tirage. C’est-à-dire que la distance entre l’objectif et le capteur augmente. Ce dispositif ne peut fonctionner qu’avec des boitiers qui permettent de changer d’objectif.

Contrairement à la bonnette, il n’y a pas de lentille supplémentaire. Certaines bagues allonges permettent de garder un autofocus fonctionnel. On peut additionner les bagues allonges, cela permet d’augmenter le tirage. Ceci peut être nécessaire pour faire varier le grandissement du sujet.

En augmentant le tirage, les bagues allonges permettent de réduire la distance de mise au point et augmentent le grandissement. Malheureusement elles réduisent la lumière qui accède jusqu’à la surface sensible.

Comment calculer le grandissement avec une ou plusieurs bagues allonges

Avec les calculs ci-dessous le mal de tête vous gagne rapidement.



l = Longueur en millimètres de la ou des bague(s)
F = Focale de l’optique
D = Distance de mise au point
G = Rapport de grandissement

Formule pour calculer le rapport de grandissement :

Avec une mise au point sur l’infini : G = l / F
Lorsque l’on souhaite connaitre le grandissement avec une mise au point différente de l’infini : T = l + (Distance mise au point x F) / (Distance mise au point – F)
qui permet de calculer G = (T-F) / F
Calcul de la distance minimal de mise au point : D = F x (1 + 1/G)

Quelques références de bagues allonges recommandées

Il existe 2 grandes familles de bagues allonges. Les manuels et les automatiques. La seconde famille coute généralement plus cher que la première, mais permet de garder les automatismes de l’objectif. Le plus souvent elles sont vendues en lot, par 2 ou par 3. Cela permet de les additionner.

Il convient de garder à l’esprit que les bagues allonges doivent disposer de la même monture que le boitier et que l’objectif.

Les objectifs pour la macrophotographie

Les objectifs macro

On parle d’objectif macro lorsqu’il permet de photographier au ratio 1/1 ou plus grand. C’est la solution grand public la plus couteuse, mais aussi la plus pratique. A de très rares exceptions les objectifs macro permettent de réaliser des prises de vue non-macro.

Il existe des objectifs macro avec différents angles de champs. En général les photographes préfèrent les optiques à 100 mm qui permettent de na pas trop effrayer les petites bêtes qu’ils photographient.

De même certaines optiques macro disposent d’une grande ouverture. Mais le plus souvent les photographes utilisent des petites ouvertures pour avoir le plus de profondeur de champ.

Chez Canon les photographes apprécient le Canon 100 mm macro dans sa seconde version il dispose de la stabilisation et compense les mouvements du photographe aux vitesses d’obturation les plus basses. Chez les Nikon les photographes apprécient le Micro-NIKKOR 105 mm F/2.8.

Les Canonistes connaissent le Canon EF MP-E Macro-objectif 65 mm f/2.8. Cet objectif, sans aucun automatisme, offre un grandissement au ratio 5:1.

Pour un plus grand confort les photographes qui possèdent cette optique l’utilisent sur un trépied avec un rail micrométrique.

Pour palier au manque de lumière, ils utilisent des flashs déportés ou des ring-flash.

Les objectifs inversés

Certains photographes utilisent la technique de l’objectif inversé. Au lieu de visser l’optique dans le bon sens, ils plaquent la lentille frontale de l’objectif devant la surface sensible. Cela permet de faire de la macrophotographie à moindre cout.

Certains photographes réalisent cette technique sans accessoires. Ils bloquent le diaphragme en déconnectant l’objectif alors qu’ils le font fonctionner via la commande de test de profondeur de champs.

Il existe des bagues qui permettent d’assurer un tel montage. Les optiques anciennes qui permettent de choisir l’ouverture sans passer par le boitier sont les plus utilisées dans ce genre de montage. On trouve facilement ces optiques sur le marché de l’occasion parfois pour une bouchée de pain.

Pour choisir une bague pour un objectif inversé il convient de choisir une bague compatible avec la monture du boitier. De l’autre côté, il faut que la bague corresponde au diamètre externe de l’objectif coté lentille frontale.

Attention aux faux objectifs macro !

Certaines optiques portent la mention macro, mais ne permettent pas de faire de la macrophotographie au ratio 1/1. Ces optiques permettent tout juste de faire de la proxyphoto. Lorsque l’on souhaite faire de la macrophoto il faut faire attention à ce qui ressemble fortement à une arnaque commerciale pratiquée par de nombreux fabricants d’objectifs.

Dans ce cas certains semblent oublier que le ratio de grandissement de 1:1 considère la surface sensible et non la taille du tirage. Au début de l’argentique les tirages avaient la même taille que celle de la surface sensible. Mais aujourd’hui les capteurs peuvent être ridiculement petits et les tirages immensément grands.

Pour aller plus loin

Certains photographes vont plus loin dans leur montage. Aujourd’hui Sébastien Malo utilise du matériel permettant d’impressionnants rapports de grandissements. Pour certaines de ses images, il utilise des optiques de microscope.

Les flashs et autres accessoires pour faire de la macrophotographie

On va voir un peu plus loin que pour faire une macro-photo il faut de la lumière. Il existe sur le marché des flashs qui peuvent se monter sur les côtés de l’optique. Il est aussi parfaitement envisageable d’utiliser des flashs déportés.

Pour ceux qui font de la macro-photo en studio un éclairage continue peu faire l’affaire. Il est alors plus simple d’utiliser des modeleurs de lumière (diffuseurs, boites à lumières etc). Pour ceux qui photographient des sujets inertes toutes les possibilités d’éclairages existent.

S’il est possible d’acheter des modeleurs de lumière, dans le monde de la macrophotographie Les photographes n’hésitent pas à fabriquer leurs modeleurs de lumière.

Sur les sujets immobiles ou inertes lors des prises de vue avec un très fort grandissement les photographes utilisent un rail micrométrique qui permet de faire une mise au point particulièrement précise.

Quels réglages pour faire de la macrophotographie ?

Du fait de la distance entre l’objectif et le sujet, il est fréquent que le photographe soit obligé d’utiliser une ouverture très faible. Ceci permet d’accroitre la profondeur de champ. Mais il faut compenser le peu de lumière qui parvient jusqu’au capteur (ou la surface sensible). La vitesse doit être diminuée et parfois la sensibilité doit être augmentée.

Il est possible d’apporter de la lumière via une source lumineuse externe pour compenser la petite ouverture.

Pour obtenir une plus grande profondeur de champ, certains utilisent la technique du focus stacking. Elle permet d’assembler via un logiciel plusieurs photos avec une mise au point différente pour obtenir une zone de netteté plus importante. Cette technique est plus facile à mettre en place en studio qu’en pleine nature.

Quels sujets prendre en macro ?

Une fois équipé il reste au photographe à choisir son ou ses sujets. Et dans le domaine de la macro tout est possible. Certains photographient des détails d’objets du quotidien. D’autres photographies des fleurs ou des insectes. Certains réalisent des photos en studio, d’autres les réalisent en pleine nature. Comme souvent en macrophotographie il existe autant de sujets et de techniques qu’il existe de photographes. Il n’y pas de limite sauf la créativité du photographe.

3 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,

    Je vous remercie pour cet article qui est très intéressant. Depuis quelques années je fais de la macro et notamment de la Legography. Pour moi un objectif que je trouve très intéressant et qui donne de très bonnes performances. C’est le Tamron SP 90mm f/2.8 di vc usd macro..

    • @Rone
      Cool un autre legographe !!
      Les 100 macro (de 90 à 105 suivant les marques et modèles) par leur polyvalence séduisent de très nombreux legographes. Ces optiques sont le compromis parfais pour la macro en milieu naturel.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.