Comment utiliser le mode manuel pour faire des photos ?

0

Certains photographes ne jurent que par lui d’autres ne l’utilisent jamais, le mode manuel divise souvent les photographes. Pourtant, dans de nombreuses situations, il peut faciliter le travail des photographes.

Pour maitriser ce mode de prise de vue il convient de maitriser le triangle d’exposition. C’est sans doute pour cela que certains photographes rejettent le mode manuel préférant des modes créatifs plus simples (priorité ouverture et priorité vitesse) voir des modes automatiques.

Comment utiliser le mode manuel en photographie ?

Pourquoi utiliser le mode manuel pour faire des photos ?

Le mode manuel permet au photographe de faire des choix sur ses paramètres de prise de vue. Il permet de choisir avec précision les 3 paramètres du trio de réglages. En mode automatique ce sont des algorithmes qui font ces choix. Cela peut donner des résultats très éloignés de ce que peut vouloir le photographe.

Le mode manuel donne la possibilité aux photographes de choisir avec précision les réglages de ses prises de vue. Cela permet au photographe de se montrer plus créatif en dépassant les algorithmes. Cela permet aussi de corriger les écarts d’exposition ou au contraire d’en introduire afin d’obtenir précisément la photo attendue.

Le mode manuel permet aussi d’avoir les même paramètres pour une série de photos.

Comment fonctionne le mode manuel ?

Pour utiliser le mode manuel, il faut comprendre le triangle d’exposition. Il suffit de comprendre le fonctionnement des 3 réglages qui composent le triangle d’exposition pour utiliser le mode manuel en photographie. La maitrise du fonctionnement de l’ouverture, de la vitesse d’obturation et de la sensibilité se révèle primordiale.

Par chance aujourd’hui les boitiers sont tous équipés d’une cellule qui permet de faire la mesure de lumière. Pas besoin de technique au doigt mouillé pour réussir les réglages, il suffit d’utiliser le barregraphe pour ajuster les réglages en fonction de la luminosité de la scène à photographier.

Les photographes les plus exigeants peuvent avoir envie d’utiliser une cellule externe (posemètre ou flashmètre) pour mesurer la lumière. Il faut alors reporter les valeurs indiquées par la cellule sur l’appareil photo.

Comment choisir les réglages pour le mode manuel ?

Les photographes qui utilisent le mode manuel ont tous une méthode différente. Mais le plus souvent on retrouve une forme de hiérarchie dans les réglages. Généralement le photographe sélectionne le paramètre le plus important en premier et le moins important en dernier.

Avec l’aide du mode de mesure de lumière et du barregraphe le photographe peut ajuster ses paramètres.

Le fonctionnement du barregraphe

Le barregraphe indique au photographe quelle valeur semble la meilleure. Pour assurer un parfait fonctionnement du barregraphe, il faut savoir mesurer la lumière. Pour cela il existe sur nos appareils 3 mesures de lumière différentes.

Le mode de mesure de la lumière (Mesure Matricielle, Mesure Spot Mesure Pondérée)
Le mode de mesure de la lumière (Mesure Matricielle, Mesure Spot Mesure Pondérée)

Chaque mode de mesure de la lumière influe sur les valeurs affichées par le barregraphe. Lorsque le barregraphe est au centre la valeur mesurée est celle attendue. Lorsque le repère du barregraphe est à gauche l’exposition est sous exposée sur la zone où est effectuée la mesure de lumière. À l’inverse lorsque le barregraphe se dirige à droite la zone mesurée est surexposée.

Bargraphe d'un appareil photo pour gaire les réglages manuels
Barregraphe indique la justesse de l’exposition. L’indication du barregraphe dépend du mode de mesure de lumière

Le mode manuel utile pour toutes les photos ?

Certains photographes n’apprécient pas ce mode de prise de vue, car ils le considèrent comme peu réactif. Selon eux il oblige le photographe à faire des mesures d’exposition régulièrement. Ils s’interdisent donc l’usage de ce mode d’exposition lorsque la situation peut rapidement changer.

D’autres photographes trouvent ce mode de fonctionnement fatigant. Il nécessite une importante concentration du photographe. Le gymnastique intellectuelle se révèle souvent permanente. Pour ces photographes cela demandent plus d’efforts pour soigner leur cadrage.

Personnellement j’utilise le mode manuel dans toutes les situations. C’est une affaire de prise en main et de pratique. Avec l’habitude, je sais quels réglages je souhaite utiliser. Je sais aussi quelle marge je vais avoir dans mes réglages. Le plus souvent je peux effectuer mes réglages sans regarder le barregraphe et tomber juste à 1/3 d’IL.

L’anticipation permet de gagner en réactivité. Pour cela il faut lire les variations lumineuses et ajuster les réglages au fur et mesure qu’ils ont lieu. La seule difficulté que je peux rencontrer se produit lorsqu’il y a dans le ciel de petits nuages qui masquent régulièrement le soleil. Dans ce cas, il m’arrive de rater des photos en mode manuel. Ces situations sont assez rares. Et peuvent être contournée en revenant à l’utilisation d’un mode créatif (priorité vitesse ou priorité ouverture).

Lorsque l’éclairage est contrôlé comme lorsque l’on utilise toujours la même source d’éclairage le mode manuel est tout indiqué. Que ce soit sur le bord d’un terrain de sport ou en studio, il permet d’avoir une série de photos avec toujours la même exposition et permet de gagner du temps lors du post-traitement en facilitant le traitement en lot des photos.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.