La Garonne en crue sous le regard des toulousains

4

La Garonne est en crue à Toulouse. La Garonne et ses affluents en amont de la Ville Rose ont reçu d’impressionnantes quantités d’eau. Les ruisseaux et les rivières ont gonflé tout au long du week-end atteignant dans l’après midi de lundi le pic de crue.

À Toulouse, il faut toujours attendre que l’eau descende des Pyrénées jusque sur les quais de la Garonne. Mardi matin les toulousains viennent sur les quais constater le niveau de la Garonne, nombre d’entre eux se pressent pour faire des photos.

A 7h le pic de crue est à 4,31 m d’après la sonde placée au pied du Pont Neuf à Toulouse

Des inondations en amont de Toulouse

Après un épisode neigeux, l’isobare 0 prend de l’altitude. La neige cède sa place à la pluie. Les quantités de précipitations sont importantes sur les Pyrénées.

À l’ouest des Pyrénées, après les inondations de fin 2021 ce nouvel épisode pluvieux inquiète les habitants. Dans les Hautes-Pyrénées, en Haute-Garonne, les prévisions de précipitations se montrent moins inquiétantes. Cependant, comme souvent depuis 2013 les occupants des logements qui bordent la Garonne regardent la météo avec attention.

En Ariège dans la journée de dimanche de nombreuses personnes tentent d’aller en Andorre. Mais la neige rend la circulation difficile. Lundi matin la pluie remplace la neige, les affluents de l’Ariège prennent du volume.

Avec les précipitation s’ajoute la fonte nivale, ce qui fait gonfler les ruisseaux et les rivières qui se jettent dans la Garonne ou qui traversent le Gers. Dans l’après midi de lundi à Saint Béat, à Barbazan, à Loures-Barousse la Garonne sort de son lit, en Ariège à Saint-Girons, le Salat déborde. À Montréjeau où la Neste se jette dans la Garonne, le pic de crue est atteint dans la soirée où la Garonne inonde quelques rues.

À Chaum (31) la Garonne est montée jusqu’à 2.31 m lors de la crue du 10 et 11 janvier 2022 (capture écran : site Vigicrue)

Un niveau de crue exceptionnel à Toulouse

À Toulouse on annonce un pic de crue pour mardi matin. Le niveau de la Garonne pourrait dépasser le niveau de la crue de 2000 soit 4.38 m.

Dans la nuit, je surveille le site www.vigicrues.gouv.fr. On peut voir le niveau des rivières et des fleuves équipés de sonde. À Toulouse, le site affiche des données relevées sous le Pont Neuf. Je calcule mon départ pour être sur les bords de Garonne en même temps que le lever du soleil. Au même moment doit se produire le pic de crue.

Quand j’arrive à proximité du Bazacle, un bruit sourd se fait entendre, pas de doute la Garonne est en furie. Depuis la digue, on peut voir les embâcles que la Garonne charrie. De nombreux passants, s’arrêtent pour faire une photos. Ils observent la Garonne. Le soleil tente de percer les nuages.

Sur les quais de nombreux curieux observent la Garonne. L’odeur n’est pas la plus agréable. L’eau boueuse, chargée de limon dégage une odeur désagréable. Habituellement sur les bords de Garonne les passants ont droit à des effluves qui sentent l’urine et la bière, ce n’est guère mieux.

Le 23 juin 1875 la Garonne sort de son lit et inonde le quartier Saint Cyprien, sur la rive droite. Pour se souvenir des victimes de cette crue, une fontaine, place Olivier, rappelle cet tragédie.

Le site Vigicrue indique que la Garonne est à 4.25 m au pont Neuf. Une heure plus tôt la sonde affichait 4.31 m de hauteur d’eau. La Garonne ne dépasse pas le niveau de la crue du 10 juin 2000 (4.38 m). La lente décrue s’amorce en même temps que le soleil se lève.

L’écluse du Pont Saint Michel a presque disparu. Quelques mouettes jouent dans les remous. On devine le guidon d’un scooter stationné sur les bords de cette écluse. L’été les toulousains viennent partager un moment dans une guinguette. Sur le pont les automobilistes essayent de regarder la Garonne.

À Toulouse (31) la Garonne est montée jusqu’à 4.31 m lors de la crue du 10 et 11 janvier 2022
En 2019 elle avait atteint 3.49 m (ligne bleu foncé), en 2000 le pic de crue atteignait 4.38 m (ligne bleu clair), (capture écran : site Vigicrue)

De nombreuses fermetures et évacuations à cause de la Garonne

Les marginaux qui habitent dans des campements de fortunes sur la rive droite de la Garonne ont, été évacués.

À cause de la crue de la Garonne à Toulouse de nombreuses évacuations ont eu lieu. C’est le cas des étudiants de la résidence Daniel Faucher sur l’ile du Ramier. Le Casino lui aussi n’accueille personne. L’ile est fermée à la circulation des barrières sont installées aux entrées de l’ile. Certains automobilistes surpris par ces fermetures perturbent la circulation en cherchant une alternative, une autre route.

En raison du risque d’inondation le match TFC Nancy a été annulé, il sera reporté à une date ultérieure. À partir de 3,60 m les accès de l’ile du ramier sont inondés. Ce niveau a été atteint tard dans la soirée. Plus proche du centre-ville, des portes étanchent ferment les accès aux quais le long de la Garonne.

Le pic de crue se déplace vers l’estuaire de la Gironde. Il ne pleut plus dans les Pyrénées, le niveau des rivières devrait rapidement revenir à la normale. Il sera alors temps de réparer les dégâts provoqués par la crue.

4 COMMENTAIRES

  1. J’ai vu sur certaines photos que la ville a laissé les poches aux poubelles sur les quais, avez vous plus d’informations ?
    Je trouve cela stupide et dangereux pour l’environnement alors que la cru était annoncée. Des techniciens auraient pu les retirer avant que l’eau ne monte .

    • @Val Mary
      Effectivement, les poubelles n’ont pas été déséquipées avant le début de la crue. C’est dommage de voir de telles pratiques. Quand on sait que les ordures vont finir dans la Garonne, échouer sur les berges plus loin ou aller jusque dans l’océan, on ne peut qu’être en colère.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.