Enfin la première chasse à l’orage de 2020

2

Jusqu’à présent 2020 a été relativement pauvre en orage sur Toulouse. Il y a bien eu un orage à Labège durant le confinement et depuis les chasseurs rongent leur frein ou partent dans des expéditions lointaines pour observer quelques impacts de foudre.

Depuis une petite semaine à Toulouse on reçoit des alertes sur de possible orages. Mais les orages n’apportent que de la pluie. A chaque fois l’activité électrique semble snober la Ville Rose. Cela fait certainement le bonheur des astraphobes mais pour la chasseurs d’orages il faut trouver d’autres occupations.

Un SDF a installé sa tente au pied de l’Obélisque de Jolimont. L’orage ne l’inquiète pas.

A pied pour la première chasse de 2020

Pour cet orage je n’ai pas la voiture. Je dois avouer que je n’y croyais plus. Les alertes se sont succédé et à force on ne fait plus attention aux prévisions. On ne regarde plus les radars de foudre. A quoi cela peut il servir de se faire du mal ?

Il est environ 22h15 je disserte alors avec d’autres photographes de sujets complétements différents. Les débats sont vifs, passionnés et passionnants. Je ne pense vraiment pas à partir chasser.

Chasser l’orage comporte des risques !

Heureusement je suis abonné à de nombreuses page Facebook et l’une d’elles a attiré mon attention en parlant d’un orage sur Tarbes. En ouvrant le radar j’ai découvert qu’il y avait bien un orage sur Tarbes mais surtout que dans le Gers l’orage semblait prendre la direction de Toulouse.

En 2 clics je passe en mode chasseur. Je regarde les cartes. J’évalue les scenarios possibles. L’appareil et tout le matériel indispensable pour une chasse à l’orage attend dans le sac. A 22h30 je prends la direction du spot le plus proche. Même si nous sommes vendredi je préfère jouer la carte de la sécurité pour cette première chasse à l’orage de 2020. J’aurais pu aller en centre ville d’un coup de métro mais je préfère éviter de prendre le risque de devoir rentrer à pied surtout que sur les cartes de prévisions on a un risque de pluie. Sur les cartes en temps réelle les précipitations semblent importantes.

Une grosse activité électrique durant l’orage

En arrivant au pied de l’obélisque de Jolimont je vois au loin une activité électrique assez soutenu, les flashs se suivent caché par les nuages. En quelques secondes le boitier se retrouve fixé sur le trépied. Je déclenche pour la première photo. Je cherche dans mon sac ma Pluto Trigger. Il fait nuit, pas besoin d’un déclencheur spécifique mais elle fait aussi intervalomètre.

J’adore le coté multifonction de ce déclencheur. A la fin de la première pose je raccorde ma commande au boitier. Les déclenchements s’enchainent au rythme d’un toutes les 30 secondes. Les photos sont relativement nombreuses. Entre certains déclenchements j’ajuste mon cadrage, mes réglages etc. L’entretien du parc Felix Tisserand laisse à désirer, les haies bouchent la vue vers la ville. Il faut réussir à passer entre d’imposants massif.

Si au loin on peut voir les éclairs noyés dans les nuages au dessus de nous on aperçoit les étoiles qui veille sur Toulouse. En journée on aurait presque pu parler de tempête de ciel bleu avant que l’orage n’arrive.

Certains toulousains venus prendre l’air s’échappent, ils ne semblent pas rassurer de voir un orage approcher. Mais je suis rapidement rejoint par un autre chasseur d’orage qui doit se battre avec ses batteries avant de commencer à faire des photos. Lui aussi a été surpris par l’orage. Devant nous un SDF termine le montage de sa tente, il ne semble pas inquiet de voir arriver l’orage.

Mon smartphone se réveille enfin. Il m’alerte, la foudre est à 25 km de ma position. Pas besoin de regarder la carte en détails. Je sais que l’orage se bloque sur la colline de Pujaudran à l’ouest de Toulouse. Avec l’habitude nous avons nos petits repères. Ceux qui lisent régulièrement les récits de mes chasses à l’orage savent que de nombreux orages viennent mourir à Pujaudran.

Impact ramifié au dessus de Toulouse

Des bonnes conditions pour photographier l’orage au dessus de Toulouse

Des curieux nous rejoignent, on discute sur la chasse à l’orage, on échange sur les prévisions. On parle un peu de la sécurité lors de l’observation des orages. L’un d’eux tente de faire des photos ou des vidéos avec son smartphone. A coté mon appareil commandé par la Pluto Trigger enchaine les prises de vue. Je croise les doigts pour capter une bel impact. Je croise les doigts pour que ma mise au point soit juste.

Conseils et astuces pour chasser l’orage

Ce soir après quelques longues minutes à surveiller le radar, à regarder les flash lumineux l’orage se laisse finalement glisser en direction de Colomiers. En quelques minutes il parcoure 10km. Les nuages cachent les impacts qui se suivent. La pluie, peut être la grêle, diffuse la lumière des impacts. Par chance quelques impacts sortent des nuages et du rideau de pluie.

J’ai toujours l’impression lorsque les orages arrivent sur Colomiers qu’ils se renforcent. Est ce une impression ou y a t il d’autres raisons qui permettent aux orages de retrouver de la vigueur en arrivant à ce point ?

Au loin on devine l’aéroport de Toulouse-Blagnac. Les flash lumineux formés par l’activité électrique se teintent de bleu. Cela permet de dire que de la grêle tombe sur Blagnac.

La grèle donne cette couleur bleu aux impacts qui la traverse

L’heure de rentrer, poussé par la pluie

Depuis la colline du Calvinet on observe le rideau de pluie qui avance lentement. Petit à petit il grignote la ville de Toulouse. Le vent discret jusqu’à présent, se lève soudainement. Un peu avant minuit, la pluie commence à tomber. Il ne fait aucun doute que dans quelques minutes la pluie sera plus intense.

Je plie le trépied, range mon boitier dans mon sac et prend rapidement la direction de la maison. Pour une fois je rentre presque sec. Sur le chemin du retour l’odeur de pétrichor m’accompagne. L’orage est sur Toulouse, il prend la direction du Nord Est.

Le site Keraunos recense moins de 20 impacts sur la commune de Toulouse, de nombreux impacts sont tombés hors de Toulouse. Sur Infoclimat la stations météo indique qu’au cours de cet épisode orageux 14mm de précipitation sont tombés. On sait toutefois que dans d’autres quartier les précipitations ont été plus importantes.

2 COMMENTAIRES

    • @Anne Ca dépend de la distance des impacts de foudre. Perso je n’ai pas que quelques impacts proches mais je me demande parfois si la ville n’atténue pas un peu le bruit de la foudre.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.