Les gilets jaunes en colère à Toulouse

4

À Toulouse comme dans de nombreuses villes et villages, les Gilets Jaunes ont manifesté. Les raisons qui les ont poussés dans la rue sont multiples. Si le déclencheur de cette colère se cache dans l’augmentation du tarif des carburants ce n’est pas la seule raison.

À Toulouse, les gilets jaunes se sont retrouvés dès 7 h sur les parking des centres commerciaux en périphérie. Sur place, ils ont décidé des actions qu’ils allaient mener pour manifester.

Un automobiliste discute avec les manifestants. il soutient le mouvement des gilets jaunes
Un automobiliste discute avec les manifestants. il soutient le mouvement des gilets jaunes

À Balma Gramont blocage dès le réveil

Sur le parking d’Auchan les manifestant se préparent. Ils hésitent encore sur ce qu’ils vont faire

Il fallait être matinal pour manifester à Toulouse. Les regroupements sur les parkings des grandes surfaces toulousaines avaient lieu dès 7h du matin.

Sur le Parking d’Auchan à Balma Gramont les manifestants avaient dans l’idée d’organiser un cortège sur la rocade pour mener une opération escargot. Alors que le soleil commençait à apparaitre, certains ont expliqué vouloir mener une opération péage gratuit à L’Union. Ils ont rapidement filé moteurs hurlants vers l’un des péages les plus chers de France. Quelques rares manifestants se sont lancés sur la rocade pour ralentir le trafic routier.

D’autres ne souhaitaient pas prendre la voiture et ont préféré bloquer l’accès au supermarché. Ils ont commencé par bloquer le rond-point à l’entrée de la grande surface avant de s’installer au niveau de l’échangeur de la rocade.

Des manifestants bloquent un rond point qui permet d’acceder à Auchan
D’autres manifestants bloquent l’accès au rond point

Rapidement, le personnel de ASF, gestionnaire de cette partie de la rocade toulousaine, est venu poser des plots pour fermer les sorties de la voie rapide. Les manifestants ont été privés des quelques voitures qui auraient voulu se rendre à l’hypermarché.

Des sourires et un peu de violence du côté des automobilistes

Si certains automobilistes ont pris la présence des manifestants avec le sourire, d’autres ont été moins compréhensifs, se montrant parfois agressifs. Parmi les plus agressifs certains ont tenté de forcer le passage, bousculant parfois les manifestants. Un autre qui avait peur d’être en retard, en plus de forcer le passage, crachait sur les manifestants en s’enfuyant.

Un automobiliste en colère se dispute avec les manifestants. Il n’a que faire des revendications des manifestants

Une maman sortant de la rocade tentait de forcer le passage vers 8 h du matin. Elle revenait, soi-disant, avec le petit déjeuner de ses enfants et qu’ils étaient seuls à la maison. Plus tard, d’autres présentaient des arguments plus ou moins alambiqués pour tenter de passer.

Mais du côté des manifestants, certains aussi ont eu leur part de responsabilité dans l’escalade des tensions avec les automobilistes. Heureusement, certains d’entre eux ont fait en sorte de ramener les manifestants les plus virulents à la raison.

Une battle de break dance s’improvise avec une automobiliste qui se rend à son cours de Hip hop

De nombreuses raisons de manifester

La hausse des tarifs des carburants en faveur de l’écologie mais …

Les raisons qui ont poussées les Gilets Jaunes à manifester sont nombreuses. Si les tarifs des carburants ont mis le feu aux poudre cette grogne cristallise de nombreuses revendications. Pour le gouvernement de Macron, cette hausse doit financer la politique écologique, mais tout le monde s’interroge.

Où passe l’argent récolté ? Où sont les investissements qui permettent aux travailleurs et aux autres de se passer de la voiture. L’hiver dernier, le rapport Spinetta recommandait de supprimer les petites lignes de train pas suffisamment rentables. Par quoi vont elles être remplacées ?

La hausse des tarifs des carburants fait face à la mise en place des bus Macron qui concurrencent le train. Sur le plan écologique, les manifestants se posent des questions. Où est la cohérence entre tous ces projets ?

De la même manière, le Président de la République E.Macron indique vouloir diminuer les taxes sur le travail, mais semble oublier que pour aller travailler, il faut bien souvent utiliser la voiture. Si le travail est moins taxé ce qui peut apparaitre comme une bonne chose pour le pouvoir d’achat, ce sont désormais les travailleurs qui paient les taxes et qui subissent l’affaiblissement des services publics.

Un gilet jaune observe les automobilistes qui organisent une opération escargots sur le périphérique toulousain

Le pouvoir d’achat des français victime de l’écologie

Alors que le gouvernement demande aux français de faire un effort financier en faveur de l’écologie, les décideurs envoient d’autres signaux. Ainsi, des projets d’autoroutes sont dans les cartons. D’autres sont en cours. On compte actuellement 4 chantiers de créations ou transformations d’autoroutes (A16, A54, A88 et A355).

Dans le même temps, d’autres projets polluants sont sur le point de voir le jour. On peut par exemple citer la Montagne d’Or en Guyane. Ce projet a pour vocation de chercher de l’or dans une immense carrière en Guyane. Si l’impact économique semble surévalué l’impact écologique semble lui sous-évalué par les porteurs de ce projet. Le gouvernement attend lui un rapport pour se prononcer, mais l’état d’avancement du projet est source d’inquiétudes à de nombreux niveaux.

Les grands groupes pétroliers de leurs côtés préparent des forages afin de trouver encore plus de pétrole. Ceci laisse penser à certains gilets jaunes que la transition écologique n’est pas pour demain. Si le gouvernement permet ce type de recherche, c’est que l’on souhaite encore que le pétrole soit un produit commercialisé et utilisé.

Un manifestant brandit un drapeau tricolore au dessu des automobilistes bloqués

L’écologie mal financée

Certains manifestants s’interrogent sur le devenir de l’argent récolté par cette hausse de taxe. Cela va-t-il favoriser la transition écologique ? Ou au contraire cela va-t-il financer d’autres projets ?

En fouillant un peu, ils se sont rendu compte qu’en 2019, 45 % des recettes de taxe intérieure de consommation pour les produits énergétiques (TICPE) vont gonfler le budget, contre 36 % en 2017.

En 2019, la taxe écologique doit collecter 3 milliards d’euros en plus par rapport aux précédentes années. Dans le même temps, la “mission écologie et développement durable” va voir son budget augmenter de seulement 240 millions d’euros. Les gilets jaunes qui manifestent à Toulouse s’interrogent sur le “en même temps” du président Macron.

Les Manifestants marquent un arrêt sous le pont qui surplombe la rocade

Des cadeaux aux plus riches, des impôts pour les moins fortunés

En arrivant au pouvoir, l’une de première mesure du Gouvernement fut de réduire l’Impôt Sur la Fortune (ISF). Soi-disant cela permettrait de faire revenir les grandes fortunes en France. Ensuite, par un “ingénieux système de ruissèlement” l’argent devrait favoriser l’emploi et soutenir le pouvoir d’achat des classes moyennes.

Mais force est de constater que cela ne semble pas être le cas pour le moment. Il faut toutefois financer cette perte de revenu pour l’État et donc ce sont les classes moyennes qui doivent payer l’addition.

Sur son gilet jaune, un manifestant a inscrit “ETAT = VOLEUR”.

Une impression d’être taxés en permanence

Les manifestants ont l’impression d’être pris pour des vaches à lait à qui l’on demande de payer toujours plus de taxes et impôts quand les plus riches cumulent les cadeaux fiscaux. L’écologie ne serait qu’un épouvantail pour prélever de nouvelles taxes.

Avec 1000 milliards de prélèvement, la France est l’un des pays les plus fiscalisés. Mais les effets ne sont pas visibles. Les français ont l’impression de ne payer que les petits fours de certains. Surtout quand les arguments sont faibles et soulignent certaines incohérences.

En face, les services publics diminuent. Les personnels sont de moins en moins nombreux et les moyens se réduisent chaque jour pour faire des économies.

Reste une question que tout le monde se pose : OU PASSE L’ARGENT ?

4 COMMENTAIRES

    • @Argenty Marcel
      Ce n’est pas moi qu’il faut convaincre. Mais c’est une bonne idée pour compenser les coupes qui s’attaquent régulièrement dans le pouvoir d’achat des plus petits revenus. Reste à trouver qui va payer …

  1. pourquoi, ne pas réintroduire le franc comme monnaie complémentaire à l’euro ? on payerait avec ,toutes les aides sociales + les 500 euros? En contre parti il ne produirait pas d’intérêt et ne serait pas exportable . l’etat gagnerait les euros de toutes les aides sociales !ce serait mieux que d’emmerder les gens .

    • @claret
      Ça ne me semble pas très clair.
      Je comprends le fonctionnement de ce franc qui repose sur un fonctionnement similaire à celui des monnaies locales.
      Cela peut pousser à la consommation plutôt qu’à l’épargne. Mais est ce que les aides sociales permettent d’épargner ?
      Le rendre non exportable pourquoi pas mais que se passe t il de ceux qui vont convertir d’une manière ou d’une autre ce Franc en Euro ?

      une dernière question : Pourquoi cibler les aides sociales et ne pas s’occuper sérieusement de l’exil fiscal ? Avant ensuite d’étudier les possibilités d’optimisations fiscales ?

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.