Le dernier A380 complet sur la route de l’usine d’assemblage

En 2019 Airbus a annoncé mettre fin à la production de l'A380. Ce soir les curieux assistent au dernier convoi transportant les éléments du Super Jumbo.

2

Lancé au milieu des année 90 l’A3XX devient l’380. Il effectue son premier vol en 2005 et la première livraison se déroule en octobre 2007. En mars 2013 le 100eme exemplaire d’un A380 est livré. Malheureusement faute de commandes en nombre suffisant Airbus annonce en 2019 la fin de la production de l’A380 après 2021.

Ce soir sur les routes du Gers et de la Hautes Garonne les passionnés d’Aéronautique se retrouvent une dernière fois sur le bord de la route pour assister au passage du dernier convoi complet de l’Airbus A380. Par le passé j’ai déjà eu la chance de voir passer le convoi routier de l’A380 notamment à Lévignac mais ce soir ce dernier passage complet semble différent.

Le troncon de fuselage avant de l'A380 sort du parking de l'Isle Jourdain (32) tracté par un puissant camion
Le dernier convoi de pièces de l’A380 sort du Parking de L’Isle Jourdain

L’Airbus A380 un mécano géant

Tout à coté du musée Aéroscopia se trouve l’usine d’assemblage de l’A380 sur le site de Lagardère à Blagnac. Les tronçons de l’A380 arrivent jusqu’à l’usine par la route depuis Langon (33). D’imposantes barges ont la charge d’acheminer les différents éléments jusqu’à Langon.

Chaque tronçon vient d’un endroit différent en Europe. Ainsi l’Allemagne fournit le fuselage et l’empennage verticale. Au Royaume Uni sont fabriquées les ailes. Les usines en Espagne fabriquent et assemblent l’empennage horizontal, la pointe arrière de fuselage et le carénage ventral de l’A380. En Belgique les usines fabriquent les bords d’attaque et la partie supérieur avant. 3 usines en France préparent des pièces pour l’A380.

L’assemblage se déroule à Blagnac, pour cela il faut transporter toutes les pièces jusqu’à l’usine.

Un long trajet avant l’assemblage final de l’A380

Si pour les avions plus petits par rapport à l’A380, Airbus utilise ses Bélugas et Belega XL, pour les imposantes pièces du Super Jumbo cela était parfaitement impossible. Afin d’acheminer les différents éléments du géant d’Airbus, l’industriel a mis en place tout un système associant transport aérien, maritime par bateaux, barges et terrestre par camions.

C’est à Saint Nazaire en France que les pièces sont pré-assemblées. Les tronçons avant, central et arrière de l’appareil, les deux ailes et l’empennage arrière sont acheminés jusqu’à Langon pour y être chargés sur d’imposantes remorques tractées par de puissants camions qui conduisent lors de convois spéciaux les différentes éléments. Au delà de Langon il est impossible de poursuivre la circulation fluviale ni sur la Garonne, ni sur sur le Canal.

Afin de ne pas bloquer la circulation et ne pas déranger les autres usagers de la route le transport des pièces s’organise en convoi jusqu’à l’Usine Lagardère de Blagnac. Il emprunte l’Itinéraire Grand Gabarit.

Après l’assemblage l’appareil capable de volé, rejoint les usine de Hambourg en Allemagne pour y recevoir l’aménagement des cabines.

L’Itinéraire Grand Gabarit 226km d’aménagements routiers indispensables

L’Itinéraire Grand Gabarit, un aménagement routier mis en service en 2004 permet le transport des éléments les plus imposants de l’A380. Il permet de relier Langon à Blagnac en plusieurs étapes. Les routes ont été dimensionnées pour accueillir des éléments de 14 mètres de haut, 8 mètres de large et 50 mètres de long.

Si une grande partie de itinéraire grand gabarit repose sur le réseaux routier existant certains aménagements ont été nécessaires. Ainsi dans les agglomération où ne pouvait passer le convoi des itinéraires de contournement ont été mis en place. Il existe des rampes qui permettent de ne passer sous certains ponts. Enfin des aménagements d’embellissements compatibles avec la circulation des convois de l’A380 ont pu être réalisés. Ainsi certains ronds points permettent le passage de chaque élément, les camions peuvent monter sur une partie du rond point spécialement aménagée.

Sur le trajet de l’Itinéraire Grand Gabarit ont été disposés des panneaux lumineux et des barrières pour interdire la circulation routière lors du passage d’un convoi. Les autres usagers de la route peuvent emprunter des itinéraires de substitution.

Les convois ne circulent que la nuit entre 22h et 6h à une vitesse comprise entre 5 et 30km/h. Lors des étapes les différents éléments du convoi sont accueillis dans des parcs fermés et sécurisés.

Le premier convoi circule en avril 2004. Le trajet dure 3 nuits mais en 2014 la durée du trajet est réduite à 2 nuits. La première étape s’effectue entre Langon (33) et Eauze (32), la seconde entre Eauze et L’Isle Jourdain (32), la dernière étape se déroule entre L’Isle Jourdain et l’usine d’assemblage à Blagnac (31). Quelques convois ont passé plus de temps sur la route le plus souvent à cause de week end ou jours fériés.

Un convoi imposant de l’Airbus A380 sur l’itinéraire grand gabarit

Le plus souvent les convois transportent l’équivalent d’un avion. Certains convois avaient plusieurs tronçons d’avions différents notamment au plus fort des assemblages. Aujourd’hui les convois accueillent aussi quelques éléments du Béluga XL.

Chaque élément permet aux curieux de se rendre compte du gigantisme du super Jumbo d’Airbus. Sur la parking de L’Isle Jourdain il est possible de voir les ailes mises à plat. Les camions chargés de les transporter disposent de vérins pour les mettre à la verticale lors du transport. Les ailes représentent les modules les plus longs avec une longueur de presque 40m. Les autres modules se révèlent moins long mais se montrent particulièrement haut.

Autour du parking de L’Isle Jourdain de nombreux curieux viennent assister au dernier passage des pièces de l’A380. Certains ont assisté à d’autres passage. Les spotters plus habitués à photographier les avions en vol qu’en kit s’affairent pour capter l’image de la soirée.

Tous parlent d’aéronautique, ils évoquent leurs souvenirs de l’A380, parlent de la politique commerciale d’Airbus, évoquent les difficultés de Boeing etc. Il y a des personnes invitées par le transporteur. Ils assistent à un long briefing, l’occasion sans doute de se souvenir des nombreux convois précédents. Ils font quelques photos devant les modules de l’A380, certains font des selfies. Puis les conducteurs se mettent place.

Comme lors d’une étape du Tour de France, les gendarmes ouvrent la route au convoi. Des techniciens précèdent le convoi pour déplacer les voitures en stationnement gênant et le mobilier urbain notamment les panneaux indicatifs. Après le passage du convoi d’autres techniciens remettent le mobilier urbain en place.

Le dernier passage d’un convoi complet de l’A380 à Levignac (31)

Lévignac est une petite ville traversée par l’Itinéraire Grand Gabarit. C’est l’un des « passages techniques » pour le convoi qui circule à faible vitesse. Les curieux s’y retrouvent nombreux lors de chaque passage d’un convoi. Ce soir il y a encore plus de curieux. Certains ont participé au programme initiale dans les années 90.

Par chance pour ce dernier convoi transportant des élément de l’A380 celui ci se déroule en 3 étapes. La traversé de Levignac se déroule donc un peu avant minuit. Pour les habitants, c’est l’occasion de voir une dernière fois les éléments du Géant des Air passer devant leurs fenêtres. En attendant ils regardent la télévision. L’un d’eux regardent un reportage sur la conquête spatiale. Il sort la tête lorsqu’il entend les techniciens déplacer une voiture mal stationnée. Une habitante de Lévignac fend la foule avec ses trois lévriers inquiets de voir tant de monde.

Une habitante de Lévignac qui habite à 2 rues de la grande rue où passe les modules de l’A380 avoue qu’elle assiste pour la première fois au passage du convoi. Par le passé le convoi passait bien trop tard pour elle. De chaque coté de la route au niveau de la Halle les observateurs se montrent relativement bruyants jusqu’à l’arriver de la première aile. Certains applaudissent le conducteur de l’imposant camion chargé d’une aile de pres de 40m. Puis le silence se fait. Les curieux, les habitués tous ont leur téléphone à la main pour capter ce moment.

Dernier passage d'un convoi transportant des pièces de l'A380 dans la petite ville de Lévignac
Un assistant guide le conducteur d’un camion chargé d’une aile de presque 40m. Cette aile est la dernière produite dans les usines du Pays de Galle. Sur la bache de protection on peut lire « We made it fly » que l’on peut traduire par « On l’a fait voler »
De nombreuses personnes photographie le passage du dernier convoi de l'A380 dans la ville de Lévignac, lepassage le plus étroit de l'itinéraire grand gabarit
Les curieux présent dans la petite ville de Lévignac immortalise le dernier convoi de l’A380
Les morceaux de fuselage de l'A380 se succèdent dans les rues de Lévignac
Une observatrice prend quelques photos souvenir du passage de l’A380 dans Lévignac

A l’usine Jean Luc Lagardère l’arrivée du dernier convoi complet de l’A380

A l’entrée de l’usine Jean Luc Lagardère il n’y presque plus personne pour saluer le convoi. Il y a bien quelques curieux au niveau du rond point qui précède l’accès jusqu’à l’usine. Quelques journalistes attendent devant le portail. Au loin on devine les gyrophares des véhicules qui bloquent la circulation. Une sirène s’approche lentement, il s’agit de l’un des chef du convoi.

Et soudain on voit apparaitre la silhouette de l’aile qui ouvre le convoi. Le camion semble tout juste ralentir pour passer le rond point. Les klaxons des camions retentissent au fur et à mesure qu’ils s’approchent du portail de l’usine d’assemblage.

En quelques minutes les imposants camions se parquent dans l’enceinte de l’usine de Blagnac. Les camions avaient 30 minutes de retard au départ ils ont une heure d’avance sur le programme annoncé lorsque le dernier coupe son moteur.

Sur le parking de l'usine Lagardère les différents éléments de l'airbus A380 sont disposés sur le parking
Chaque camion se stationne dans l’usine Lagardère, un gardien du site ne manque pas de prendre une dernière photo.

D’autres convois sont annoncés sur l’itinéraire grand gabarit mais ils seront composés d’éléments du fuselage de l’A380 et d’éléments nécessaire à l’assemblage du Béluga XL. Ils attireront très certainement moins de curieux, beaucoup moins que pour ce dernier convoi complet des pièces de l’Airbus A380.

La fin annoncé de l’Airbus A380

Faute de commande et face au désintérêt des compagnies aériennes pour le super jumbo Airbus a décider en 2019 de stopper la production d’A380. Le dernier A380 sera livré en 2021 à la compagnie Emirates qui possède le plus d’A380. La compagnie aérienne de Dubaï recevra alors sont 123eme Super Jumbo.

Certains observateurs rêvent de voir un jour un nouveau Géant des Airs prendre son envol. Il faudra qu’il ait de solides arguments pour convaincre les compagnies. Au regard de l’augmentation du trafic aérien il ne serait pas surprenant que Airbus et Boeing se posent des questions dans les années à venir.

2 COMMENTAIRES

  1. Merci pour toutes ses explications, dommage pour moi je suis au nord de Montauban je m’étais toujours dit que j’irai faire le curieux un jour.
    Quel temps passe vite !
    Trop tard maintenant.

    • @fran6t
      Nous sommes tous pareil. A voir pour la suite ce que nous réserve l’avenir 😉 Ca ne sera plus l’A380, mais au regard de l’engorgement de certains aéroports il faudra sans doute de très gros appareils pour le transport de passagers. Reste à trouver la bonne formule pour convaincre les compagnies aériennes. A moins que la pollution produite par les avions, et la honte de polluer en utilisant l’avion ne limite l’expansion du trafic.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.