Méthodes pour retrouver ses photos volées sur Internet

74

Le téléchargement illégale et la contrefaçon ont toujours existé sur le web depuis que celui-ci est devenu accessible au grand public. Pour les grosses entreprises, les majors du cinéma de la Tv et de la musique les méthodes s’organisent pour lutter contre les nouveaux pirates, même si cela se fait n’importe comment.

Pour le photographe isolé, il est bien plus difficile de lutter contre le piratage de ses photos, pourtant l’apparition de nouveaux outils permet au photographe de retrouver de plus en plus souvent ses photos utilisées n’importe où et surtout n’importe comment. Que ce soit un particulier indélicat, une association sans argent ou une entreprise cherchant à économiser ils sont nombreux à voler/pirater nos photos.

Art. L. 335-2. Toute édition d’écrits, de composition musicale, de dessin, de peinture ou de toute autre production imprimée ou gravée en entier ou en partie, au mépris des lois et règlements relatifs à la propriété des auteurs, est une contrefaçon ; et toute contrefaçon est un délit.
La contrefaçon en France d’ouvrages publiés en France ou à l’étranger est punie de trois ans d’emprisonnement et de 300 000 € d’amende (*).
Seront punis des mêmes peines le débit, l’exportation et l’importation des ouvrages contrefaits.
Lorsque les délits prévus par le présent article ont été commis en bande organisée, les peines sont portées à cinq ans d’emprisonnement et à 500 000 euros d’amende.
(*) L’aggravation des peines a été introduite par la loi n° 2004-204 du 9 mars 2004, JO 10 mars 2004.

Il peut être intéressant pour le photographe de retrouver ses voleurs pour facturer l’usage des photos, pour faire respecter ses droits ou tout simplement pour ne pas voir sa photo associée à des propos qu’il ne cautionne pas.

J’ai mis en place certains moyens pour rappeler à tous que les photos présentées sur le site ne peuvent être utiliser librement.

L’utilisation des photos présentes sur le site http://pyrros.fr est soumis à autorisation.
Pour une utilisation sur facebook : utilisez les boutons de partages

Mais cela ne rebute personne pensant que la sanction n’arrive qu’aux autres. Heureusement les méthodes se multiplient et il devient de plus en plus simple de retrouver les pirates.

L'utilisation de photos sans autorisation est sanctionnable par la loi.
L’utilisation de photos sans autorisation est sanctionnable par la loi.

Méthodes pour retrouver ses photos volées :

Le flair de l’enquêteur ou du photographe :

La première méthode ne nécessite aucun moyen à part un peu de flair pour aller dénicher les photos volées, je pense par exemple au site internet d’un événement que l’on vient de photographier. Il suffit donc de suivre les sites de ces événements aux organisateurs peu scrupuleux. Par exemple vous venez de photographier le carnaval à coté de chez vous il faut surveiller le site de ce carnaval.

Mais le site de cet événement doit aussi vous servir de tremplin pour retrouver vos photos sur les sites des partenaires. Toujours concernant le carnaval si le site n’a pas repris vos photos peut être que l’un des partenaires, sponsor d’un char, lui l’a fait … Il suffit donc de se rendre sur le site de ce partenaire pour constater.

Tineye :

Tineye est un moteur de recherche d’images et uniquement d’images. Il recherche les ressemblances entre la photo qu’on lui propose et les images qu’il a référencé. Ce site permet de retrouver parfois des photos mais il est très long à référencer les millions de photos qui sont publiées chaque jour. Je l’utilise pour les photos anciennes ou avec un intérêt fort pour le public par exemple les photos avec de personnalités célèbres.

retrouver ses photos volées avec TinEye
Retrouver ses photos volées avec TinEye

Google Image :

Google images propose le même service que Tineye mais avec l’avantage de référencer plus de photos et surtout plus rapidement donc les résultats peuvent être meilleurs. Il faut toutefois que la photo soit référencée, les algorithmes de Google suppriment parfois des images parmi celles référencées. Il faut aussi fouiller par taille car souvent la page des résultats n’affiche que le plus grand format disponible. Les photos ayant subit une modification trop importante peuvent aussi ne pas être prises en compte.

retrouver ses photos volées avec Google Image
Retrouver ses photos volées, avec Google Images

Très pratique ! Il est possible de soumettre sa photo via un simple glissé déposé, un jeu d’enfant qui réduit les manipulations afin de retrouver ses photos.

Avoir des contacts vigilants :

Cette méthode et sans doute la moins pratiquée mais est certainement la plus efficace, avoir un ou plusieurs contact(s) vigilant(s) et connaissant vos travaux, c’est ainsi qu’un de mes contacts sur Facebook à pu me signaler l’utilisation d’une mes photos d’orages, introuvable avec les méthodes précédentes.

Une extension qui simplifie la vie pour retrouver ses photos volées :

Avec Firefox il existe une extension qui permet en un clic de rechercher ses photos sur Google Images, Tineye et d’autres moteurs de recherches. Cette extension se nomme : Who stole my pictures ?

Il suffit de l’installer. En faisant un clic droit sur une photo elle apparait dans le menu et il suffit de lancer la recherche.

Exemple d'utilisation de l'extension Who stole my pictures ?
Exemple d’utilisation de l’extension Who stole my pictures ?

Vol de photos et après ?

Après avoir constaté le vol d’une photo il ne faut pas laisser la situation en l’état.

Selon les situations je demande :

  • La correction des crédits avec explications des risques. (rare)
  • La suppression de la photo toujours en présentant les risques. (avec les particuliers)
  • Je facture avec majoration l’usage de la photo. (avec les entreprises ou les opérations commerciales)

Vous pouvez lire comment faire supprimer vos photos diffusées sans votre accord

Les réactions des « voleurs » sont tristement drôles c’est à lire dans les excuses bidons.

Pour aller plus loin sur les méthodes pour retrouver ses photos :

N’hésitez pas à proposer vos méthodes et/ou remarques pour lutter contre le piratage de photos, dans les commentaires ci dessous.


Recherches qui ont permis de trouver cet article :
photos volees, photo volée, photos volee, photo volé, photo volée sur internet, photo volees, photo voler, les photos volées, photos volées sur internet, photos volées facebook
PARTAGER
Article précédentRevue de web de la photo septembre 2012
Article suivantPerturbations à prévoir
Photographe depuis son plus jeune age, Loïc est l'administrateur, rédacteur et photographe du site. Il exerce principalement son regard sur Toulouse et sa région. Loïc photographie régulièrement le sport ou les feux d'artifice.

74 COMMENTAIRES

  1. Belle synthèse.
    La limite de ces outils (en dehors du fait qu’ils ne « voient pas » en dehors du Net) reste quand même l’impossibilité de traiter une liste de photos « en masse ». Sur mon site photo, j’en ai presque 500… Je me sens pas de passer 500 clics droits à « who stole my picture » 😉
    Je m’acharne à créer un petit script vba/excel qui pourrait contourner le problème.
    J’espère pouvoir en parler bientôt sur mon site 😉

    • @Seb F.

      Effectivement impossible de faire un recherche globale sur toutes ses photos. C’est pourquoi il faut avoir du flair pour cibler les bonnes photos mais il y a parfois des surprises.
      La photo du thermomètre par exemple est une surprise.

      Je sais que plusieurs personnes ont essayé ou essayent de créer un système qui « surveille les photos » mais hélas ça n’existe pas encore …

  2. Très bon article, bravo pour ta recherche, j’apprends des trucs… et c’est vraiment dure de se fire voler des images, c’est pourtant pas compliqué de demander l’autorisation, surtout que en général, une demande est souvent accepté… 😉 merci des tuyaux

    • @nathou

      Effectivement il est toujours difficile d’accepter l’injustice, le vol et le manque de respect, c’est aussi à cela que sert cet article.
      Personnellement je n’accepte pas toutes les demandes, cela dépend du projet et du retour qu’il exister en ma faveur, il n’y pas que l’argent. Les photos que je ne donne pas sont celles qui vont être utilisées gratuitement dans une opération commerciale.

    • En même temps c’est normal et je suis bien d’accord avec toi, en ce qui me concerne je suis assez remonté contre le vol d’image que je traque grace à google image (c’est plutôt efficace) mais il omet dfe traiter les sites tel
      s que flickR et facebook pr exemple… :/ enfin moi il n’a pas retrouver celle qui y sont présentent!

  3. Bon article !
    Perso, j’ai complètement abandonné Tineye, que je trouve à la ramasse ! J’utilise beaucoup PhotoUsage pour faire un scan complet assez facilement avec un fichier texte. Dommage qu’il soit parfois un peu lent.
    Compétence Photo publie d’ailleurs un article sur le vol de photos ce mois-ci /autopromo

    Hâte de lire ton billet sur la réaction des voleurs : c’est parfois tellement drôle et/ou consternant 😉

  4. Ah je ne connais pas certains des outils cités. Il m’est en effet arrivé de tomber sur certaines de mes photos utilisées sans mon autorisation.
    Ce qui est difficile à maîtriser ce sont les images qui partent sur les réseaux sociaux (facebook, pinterest,tumblr…) car beaucoup de gens se servent dessus j’ai l’impression.

    • @Micka

      On retrouve parfois les photos utilisées sur les réseaux sociaux avec l’aide de la « méthode google ».
      J’ai ainsi retrouvé des photos sur Instagram avec recadrage filtres etc …
      Sur Facebook aussi il est aussi possible de retrouver des photos par cette méthode. Je ne vais pas dire preciser le type de profil pour continuer à retrouver des photos 😉

      Mais après il faut identifier l’auteur du vol et faire retirer la photo, là aussi j’envisage un article sur comment faire retirer la photo dans lequel je pourrais distribuer des pouces verts, jaunes et rouges selon les sites.

  5. Très intéressant! Mais faut déjà avoir une certaine notoriété pour s’interroger sur la question 🙂

    Et est-ce ces outils d’aide à la détection scanne les banques à images ? Là ça deviendrait pratique.

    • @Thomas

      je ne parlerai pas de notoriété, il suffit que la photo soit facilement accessible et réponde aux attentes du voleur, l’idée étant de faire des économie.
      Les méthodes que je propose scannent les banques d’images et l’inverse est aussi vrai 😉

  6. Merci pour cet article fort intéressant !
    C’est vrai qu’aujourd’hui les gens n’ont aucun scrupule à faire s’approprier les images sans meme demander l’autorisation.
    Il faudrait créer un sorte de métadonnée associée à l’image qu’on en pourrait pas effacer. C’est vrai que les moteur de recherche d’image comme google sont une avancée mais ce n’est pas encore tout à fait au point. Espérons que ça s’améliore dans les années à venir.
    Photographe de mariage j’offre aux invités qui visitent mes galeries d’utiliser les photos en basse def à condition de me citer… autant dire que je n’ai jamais rien reçu comme demande de leurs part , mais je sais que les photos sont utilisées.
    Alex

    • @Alex

      Il y a surtout un manque d’éducation. On sait que pirater un film un morceau de musique peut déclencher une procédure HADOPI. Mais pour la photos les risques semblent pour les voleurs très faibles, moindre que pour HADOPI et la sanction n’est pas dissuasive pour les grands groupes.

      Il est alors de notre rôle de sensibiliser nos usagers et clients pour que certaines conditions soient respectées. Le crédit en fait partie doit en être une.

  7. Alors là les mecs, c’est la meilleur !!

    J’aimerai voir le contenu de vos ordinateurs pour savoir si vous avez la facture de tout ce que je peux y trouver !!

    « Retrouver ces photos volées »… C’est un monde bizarre où vous vivez !
    Avec des méthodes et surtout des mentalités dignes des Mormons ou des maccarthistes, votre égo passe avant tout.
    Vous ne parlez pas de vol, loin de là, vous parlez de vos nombrils !

    Vous me faites penser à ces sales gosses qui, dans les films en noir et blanc, muets (et pour lesquels, si vous les avez vu, vous n’avez pas payés non plus le ticket d’entrée) ces gamins donc mettent bien en évidence un portefeuille relié à une longue ficelle.
    Et vlan, on tire un grand coup sur la ficelle quand une personne vient le ramasser. On rigole en coulisse en attendant le prochain pigeon.

    Ne me dites pas que ce n’est pas vous ça, non ?
    Il y a des moyens techniques pour afficher sur le web des images très basse def que personne ne prendra.

    Vous vous croyez où ? vous vivez où ?
    Les mecs, le mythe du gentil sauvage, du naïf, du primitif n’existe plus dans nos contrées non plus.

    Moi, nous, vous aussi, sommes le produit culturel de notre famille, société, environnement.
    Une pub disait : « si vous l’avez, un camion l’a apporté ».
    Pareil pour notre savoir, nos rêves, nos envies.
    Vous fabriquez ce que tout le monde fabrique avant, pendant et après vous !

    Oh, bien sûr, il y a des génies, des artistes, des montreurs de voies.
    Vous pensez être de ceux-ci ?
    Et les Légos sur la photo, ont les a consultés avant de déclencher ?
    Et vous avez bien sûr toutes les autorisations des gens sur les photos avant de les balancer en ligne avec Votre Signature d’Artiste. Vous avez bien spécifié que c’était pour un usage professionnel et qu’ils allaient être mis en ligne et peut être vu par « xxx » visiteurs ?

    Un peu de sérieux, car avec vos « exigences » vous participez à la fin d’un monde, sans proposer d’en créer un nouveau !

    Alors, voici mon accord de publication pour mon texte. Sans restriction.

    • Quel superbe commentaire de anonym…heu… De ce gars!

      Bien écris, très bien argumenter ! On ne se pas du tout la frustration et le besoin de justification qu’il l’on pousser à écrire ces ligne afin de se sentir moins « coupable » de ses pratiques.

      Moi je dis bravo! Encore!

    • Mais bien sûr!!
      Fallait y penser !!

      Suffit de ne plus rien diffuser, ne plus rien montrer, ne plus rien faire!
      Protégeons nous! Et mettons nos photos sous clef! Plus personne ne doit les voir!

      C’est vrai ça sert à quoi tout ça ?

    • @Thomas

      Ce n’est clairement pas la solution Esperons que notre cher troll propose quelques chose de concret qui apporte autant à l’utilisateur qu’au photographe

  8. Alors, pas de commentaire sur vos propres piratages 😉 ??

    C’est plus facile de condamner l’anonyme que de dire qu’il a un peu raison.

    … Et non, pas de frustration, juste du bon sens.
    Mais prouvez-moi que vous avez raison. Je suis bon joueur et reconnaîtrais mes torts.

    Darth, je lis souvent vos articles que j’apprécie, ici où sur d’autres blogs photos.
    Ne croyez pas qu’il y a une barrière invisible avec d’un côté les gentils indiens qu’on pille, vole et détrousse, et de l’autre les cowboys sans foi ni loi.

    Imaginez plutôt un nouveau type de partage, changez le monde non pas par la loi, mais par la morale et l’exemple.

    Et merci d’avoir laissé mon message à la lecture de tous.

    • @Anonymous

      Cela fait longtemps que j’ai cessé de télécharger illégalement du contenu à la « base payant ».

      Le partage existe dans un contexte que j’ai choisi il se nomme Pyrros.fr et m’offre certaines ressources, ces même ressources issues de la pub rapportent des milliards à d’autres sites, ils rapportent (de l’argent ou de la notoriété) aussi à des anonymes qui viennent piller mon travail pourquoi ne devrais je pas le défendre et profiter de ma production.

      Quand une personne prend votre voiture à votre insu c’est un vol mais quand c’est un bien culturel (par exemple une photo) je suis curieux de savoir comment on appelle cela ?
      Et si une personne vient à réaliser l’exploit de décrocher la Joconde pour la raccrocher chez lui comment s’appellera son acte ??

      Il y a sans doute des solutions mais qui n’ont pas leur place ici où je présente à de très nombreux internautes une solution pour lutter contre ce que l’on appelle vol ou contrefaçon.
      Si vous avez la solution les commentaires sont ouverts (dans le respect et avec une argumentation construite) voir même un article mais à ce moment là, il faudra tomber le masque.

    • En premier lieu, je tiens à dire que je respecte toujours tous les points de vue, mais je n’apprécie jamais ceux qui n’assume pas leur pensées.

      Un débat à visage découvert peut-être intéressant, un débat caché derrière un pseudo me fait penser à quelqu’un qui n’assume pas ce qu’il dit.

      Ensuite, pourquoi juger de ce que font les autres?

      Tu dis:

      Alors, pas de commentaire sur vos propres piratages 😉 ??

      Mais d’où juges-tu que nous piratons?

      Si je prends au hasard les programme que j’utilise pour la photo, tel que Photoshop…etc. Ils sont intégralement payé par ma boite, donc tout à fait légale.

      Je suis un amoureux du cinéma et je regarde mes films sur grand-écran avec l’ambiance qui va avec.

      Je paye 10€/Mois pour voir mes séries US préféré le lendemain de leur diffusion au USA…etc.

      Là, je me justifie (je ne sais pas trop pourquoi en fait) mais au final je n’ai rien à prouver.

      Et si des gens volent des choses, ça n’autorisent pas d’autres personnes à faire de même sou prétexte que « eux le font aussi » Car avec cette logique, je peux tout aussi bien tuer des gens car d’autres le font…

      Je te laisse imaginer jusqu’où peut aller cette pensée!

      … Au passage, content que tu lises mon blog, tu peux y laisser un commentaire quand tu veux ^^

  9. Merci pour cet articles très interréssant! il m’arrive souvent de poster des images, et notamment des dessins sur des plateformes blogs ou forum, et un clic droit, ça va vite.

  10. Bonjour

    Si je demande une indemnisation à une personne qui m’a volée une photo suite à un usage commercial, n’est ce pas associé à une extorsion de fond ?
    J’imagine qu’il faut obligatoirement faire une constatation d’huissier au préalable non ?

    Merci

  11. Bonjour, nous avons retrouvé plusieurs de nos images sur Google EXP une photo de charcuterie certainement volée sur le site d’un client par capture d’écran. J’ai retrouvé cette photo sur 8 sites après avoir réclamé le paiement de la photo une seule personne a réglé que dois je faire ?
    En plus publicité mensongère la charcuterie n’est pas la leur. Merci de me répondre nous vivons de la photo

    • @BOISSIERE
      Le plus simple est de passer par un avocat spécialiste du droit d’auteur.
      Il recommandera probablement de passer par un huissier pour constater l’utilisation de la photo. Avant de continuer la procédure.

  12. Bonjour,
    Des photos de mon flickr sont sur un site internet et un blog d’une société pour faire de la pub SANS mon accord, sans même m’avoir prévenu. Je suis un particulier, et les associations ne s’occupent que des professionnels. Mes photos sont tout de même utilisées 5 fois entre le site et le blog. Le must ? Le clic qui permet d’agrandir les photso !
    Bref à part sauvegarder tout ce que je trouve, et l’imprimer, je ne sais pas quoi faire, les associations que j’ai contactées ne s’occupent que des professionnels.
    Je suis peut-être un particulier, mais ce n’est pas pour cela que j’accepte que l’on fasse de la pub avec mes photos sans me rémunérer.
    Merci en tous les cas pour cet article !

    • @Goutte de Soleil
      Pas simple effectivement.
      Il faut envoyer un mail à l’entreprise et taper fort… Ou faire le choix de prendre un avocat qui s’occupe de tout.

    • Après m’être renseignée sur les tarifs et autres joyeusetés, je viens de faire une note d’auteur majorée pour utilisation des photos sans autorisation, que je vais envoyer en courrier simple pour commencer. Si dans un mois pas de réponse la même avec AR. J’ai fini de réunir toutes les preuves. Si toujours rien après le courrier avec AR j’aviserai. Encore heureux que je ne mette mes photos « que » en 800×533 sur le net !

    • @goutte de soleil
      Comme l’explique si bien Seb F. il faut faire attention à la validité des preuves et seules celles relevées par un huissier sont valides. C’est un peu absurde car à cause du cout cela limite fortement l’envie d’entreprendre ce type de démarches, mais cela protège aussi les personnes de ce genre d’abus.

    • Attention au niveau des preuves, car en cas d’action devant la justice, seul un constat d’huissier pourra faire foi.
      Bon courage dans vos démarches !

  13. Merci de vos conseils ! Oui je ferai constater par huissier si besoin.
    @Pyrros on se connait de virusphoto, tu m’avais répondu sur une histoire de vente de photos au patron de mon mari (d’ailleurs çà ne s’est finalement pas fait comme quoi…)
    Bonne soirée, à bientôt ici ou sur virus 😉

    • @goutte de soleil
      Le constat d’huissier doit etre fait avant que l’entreprise ne retire la photo sinon cela ne sert à rien.
      Certains éditeurs web retirent la photo des le premier échanges de courrier.

      Pour VP c’est possible 😉

  14. Bon pour cette fois-ci donc c’est mort (à moins qu’elle ne soit kamikaze). C’est quoi les tarifs d’un huissier pour constater une contrefaçon de photo ? Je n’ose pas appeler pour demander…

  15. Rien n’empêchera jamais personne de voler vos photos une fois quelles sont sur internet. Il suffit de faire une impression écran de bien couper les bords sur paint et le tour est joué. Et encore, je suis sûr qu’il existe des moyens beaucoup plus rapide pour voler une photo sur un site sans « laisser de traces » jusqu’au jour ou vous tomberez sur vos photos par hasard en couverture de site ou mieux d’un livre ou d’une affiche publicitaire. Internet ne peut pas protéger l’ensemble des données que chaque utilisateurs partage. C’est impossible.

    • @Matthieu
      effectivement les moyens de lutte contre le vol sont facilement détournés. Mais cela ne doit pas faire baisser les bras des photographes car c’est leur produit, leur richesse. Ils doivent donc se battre et ne pas tout laisser passer au risque un jour de ne plus pouvoir survivre.
      Aujourd’hui je me bagarre avec des sites web, des journaux de PQR, des associations parfois des particuliers c’est avant tout une question de respect, le respect de mes photos, de mon travail, mais aussi celui des autres photographes.

  16. Simple question d’un véritable amateur en photographie. Pour un photographe le fait d’exercer IRL avec des photos physiques n’est-il pas plus rentable que sur internet ? N’aurait-il pas un intérêt à partager des photos gratuitement sur internet dans le but de se faire connaître et de vendre de réels produits (qui j’en suis convaincu sont très difficile à dérober contrairement aux photos postés sur Facebook par exemple)?

    • @Matthieu
      Les tirages sont plus difficile à dérober mais cela n’empêche personne de les reproduire, en utilisant un smartphone dans un lieu d’exposition …
      Aujourd’hui tout le monde s’accorde pour dire qu’Internet c’est l’avenir, laisser les photos sur un support dématérialisé c’est prendre le risque de les voir perdre de leur valeur sur ce support.

  17. Salut Loïc,
    Ces méthodes sont-elles vraiment efficaces ?
    Je les utilise depuis quelques temps, je viens de faire une recherche un peu aléatoire par curiosité : systématiquement aucun résultat trouvé. Cela parait rassurant, mais en fait, participant à plusieurs forums et publiant sur plusieurs sites, il me semble que je devrait retrouver des copies « normales » de ces photos, non ?
    Cela me donne de sérieux doutes sur l’efficacité des algorithmes de recherche (et a fortiori quand on voit ce que google images appelle « images similaires !!!).

    • @Christophe
      Tineye est nul ! car le référencement des images est long, plus long que la production de nouvelles images.

      Par contre google est bien meilleur, toutefois pour fonctionner il doit référencer les images et donc pouvoir accéder aux images republiées, ainsi certains forums qui ont une partie « réservée » ne sont pas complétement référencés. Il y aussi des paramètres des serveurs qui évitent que toutes les images soient référencées…
      Les petits sites avec un mauvais référencement sont difficiles à trouver.
      Et parfois il n’y a pas de raison pour que Google ne référence pas une image, ce matin j’ai fait retirer une photo publiés sur FB en mars 2013, c’est la photo la plus volée sur Pyrros.fr, c’est aussi la plus surveillée.

    • Merci pour ton retour.
      En l’occurrence, j’ai posté des images sur des sites qui je pense sont pas trop mal référencées, comme 500px, mais aucun n’a su les retrouver.
      De même les partages sur FB devraient, me semble-t-il, apparaitre, du moins c’est ce que j’en attendrais.

    • @Christophe
      Je ne me suis jamais penché sur 500px mais je n’ai jamais vu passer des photos dans les résultats de mes recherches et celles publiées sur flickr ont presque totalement disparu.
      Pour FB cela dépend des règles de confidentialité du diffuseur.

  18. Bonjour,

    j’ai lu plusieurs de vos articles, ce qui m’a permis de constater que plusieurs de mes images avaient été piratées. J’ai été vraiment très étonné, car pratiquant la photo en amateur, que mes images puissent être reprises. D’abord plutôt agréablement, j’ai maintenant un sentiment mitigé, car personne (à part pariszigzag.fr) ne m’a jamais demandé mon autorisation et je ne suis jamais cité.

    En ce sens, votre méthode de recherche à été très utile et je vous en remercie.

    Mais j’aurai aimé savoir quel sont vos recours pour les sites situés à l’étranger? leur faites vous également des requêtes? avez vous un bon taux de retour?

    • @Côme
      Sur les réseaux sociaux tel que Flickr le public n’est pas forcément francophone. Il se crée aussi selon moi un amalgame dans la tête du visiteur à cause de la multiplication des licences sur ces sites. Certaines photos sont publiées en Créative Commons quand d’autres sont publiées sous licence. Ainsi certains ne lisent pas les indications se disant qu’ils ont déjà trouvé du « libre de droit » et que tout le reste l’est forcement.
      Il y a aussi des API qui volent légalementles photos et permettent l’affichage des photos à l’extérieur de FLickR. C’est notamment à cause de cela que je n’utilise plus ce site.

      Ne diffusant mes photos que sur Pyrros.fr, je m’adresse à un public principalement francophone, les pirates sont donc en majorité des francophones.
      Les quelques vols à l’étranger se sont généralement bien terminés. Il faut prendre en compte la culture du voleur et son rapport au droit d’auteur.
      Avec les américains la procédure DMCA facilite énormément les choses.
      Avec les Russes (2 fois) et les Chinois (4 fois) par contre le dialogue est très compliqué et il est presque impossible de se faire entendre.

LAISSER UNE RÉPONSE