Photographier du Surf avec Mickaël Bonnami

13

Aujourd’hui je laisse ma place à Mickaël Bonnami photographe de sports en Aquitaine. Il a photographier à de nombreuses reprises des compétitions de surf il est donc bien mieux placé que moi pour vous donner des conseils sur la photo de surf.

Avez-vous déjà tenté de photographier du surf ? Si ce n’est pas le cas, qu’attendez-vous ???
A la lecture de cet article, mon but c’est de vous donner envie de courir vers la plage la plus proche pour y photographier du surf. . 😉
En tant que photographe de sport, j’ai la chance de pouvoir photographier chaque année du surf. Qui plus est, lors de compétitions de niveau mondial. Et je suis plus particulièrement l’élite féminine. Quand j’explique aux gens que je photographie une compétition de surf féminin, de suite les clichés pleuvent (ce qui est pas mal pour un photographe non ?)… « Ha tu photographies les surfeuses, c’est la bonne planque ça, pas vrai » ? « Tu es tranquille au soleil sur la plage avec ton appareil photo et tu mates des jolies filles en maillot, franchement j’en rêve ».

Photographe de surf, un métier difficile...
Photographe de surf, un métier difficile…

Photographe de surf, un métier difficile…
Alors je préfère vous le dire tout de suite, cette vision péjorative du photographe de surf est totalement… vraie. Non je déconne ! Quoiqu’il y a tout de même une part de vérité. Sur une compétition féminine, 100% des photographes ne viennent pas que pour la beauté du sport. Mais heureusement, dans le lot, il y a quelques gars comme moi qui s’intéressent avant tout au sport. 😆
Avec cet article, je vais essayer de faire de vous des gars comme moi. De même pour les filles, je vais faire de vous des gars comme moi… vous vous démerdez !!! :mrgreen:

On peut tout à fait photographier les surfeuses en action, si si c'est possible et même souhaitable pour obtenir de belles images
On peut tout à fait photographier les surfeuses en action, si si c’est possible et même souhaitable pour obtenir de belles images

On peut tout à fait photographier les surfeuses en action, si si c’est possible et même souhaitable pour obtenir de belles images
Trêve de plaisanterie, le surf c’est un super sport à suivre et une véritable aubaine pour tout photographe. En premier lieu, le surf est un sport très accessible : nul besoin de payer une entrée ou d’acquérir une accréditation pour le photographier. Et ce, même lors d’une compétition. C’est un privilège rare et il serait dommage de passer à côté.
C’est un sport qui se pratique toute l’année sur la plupart des plages françaises, du moins celles où il y a des vagues. Vous trouverez moins de compétitions et moins de courageux en hiver, mais les surfeurs qui seront dans l’eau sauront combler vos attentes. Il y a de grandes chance que ce ne soit pas un de ces « Brice de Nice » qui pullulent l’été. A choisir, autant choisir de photographier des gens qui tiennent sur leurs planches. Sinon autant faire directement de la photo sous-marine. 😉
Si la photographie de surf est accessible, elle n’est pas pour autant simple. Il y a de nombreuses contraintes, à commencer par celles liées à l’environnement. L’électronique des appareils photo numériques et des objectifs n’apprécie guère l’eau. Manque de bol, quand on veut photographier le surf, l’eau est omniprésente… Mais ce n’est pas le seul danger, le sable et le sel sont moins visibles, mais tout aussi vicieux pour celui qui n’y prête pas attention.

Parfois, on se concentre sur un surfeur et une grosse vague vous prend par surprise...
Parfois, on se concentre sur un surfeur et une grosse vague vous prend par surprise…

Parfois, on se concentre sur un surfeur et une grosse vague vous prend pas surprise…
La première chose à faire quand on veut photographier du surf, c’est de protéger correctement l’ensemble du matériel. Il existe différents moyens d’arriver à ses fins, il y a des housses anti-pluie, des manchons néoprène, du gaffer, etc… En réalité, si on fait attention à ne pas entrer dans l’eau plus que de raison et que l’on ne change pas d’objectif au milieu du sable, on limite déjà une bonne partie des risques.
N’ayez pas peur de prendre votre matériel à la plage, mais soyez particulièrement vigilant, surtout si c’est votre première fois. A la fin de votre séance photo, pensez à nettoyer votre matériel, histoire d’éliminer la pellicule de sel et d’embruns qui recouvre tout le matos. Et quand je dis tout le matériel, c’est TOUT le matériel, monopode compris. J’en possède un à moitié gangréné par le sable et le sel, donc je sais de quoi je parle. Mais c’est ma faute, j’ai lésiné sur le nettoyage, alors qu’un petit coup d’eau claire lui aurait fait un grand bien. Cela dit, il a de bons états de service et il est toujours en vie, bien que mal en point.

On peut tout à fait être au cœur de l'action depuis la plage avec un simple 300mm
On peut tout à fait être au cœur de l’action depuis la plage avec un simple 300mm

On peut tout à fait être au cœur de l’action depuis la plage avec un simple 300mm
Pour photographier du surf, on peut utiliser toute sorte de matériel . Du grand angle au plus long des téléobjectifs. C’est l’avantage de la discipline, on peut vraiment varier les points de vue. Pour l’action de surf lointaine, un téléobjectif de type 300mm ou plus sera nécessaire. L’ouverture n’est pas primordiale, sauf si les conditions lumineuses font défaut. Donc si vous avez un 300mm f2,8 c’est super, mais si vous possédé un 300mm f4 ou même un 70-300mm f4,5-f5,6 ça ira très bien. Ne vous laissez pas influencer par des « photographes » qui vantent la nécessité absolue d’avoir le top du top pour pouvoir faire des photos. J’ai longtemps utilisé des objectifs d’entrée de gamme ou de milieu de gamme pour photographier le surf et je n’ai pas de séquelles. Ça se passait très bien. 😉
La photo de surf ne se cantonne pas aux longs objectifs qui sur-peuplent les spots de compétition. On peut aussi se contenter d’une focale plus courte pour photographier les surfeurs. Cela permet de faire des plans plus larges au moment de leur entrée dans l’eau. En compétition, c’est souvent le moment de saisir des moments de concentration intenses et intéressants. Le fait de cadrer plus large peut être utilisé pour mettre en valeur l’environnement du surfeur. Sur le célèbre spot de Biarritz, par exemple, il est possible de faire entrer la courbe des montagnes dans la composition de l’image et c’est forcément un plus pour la photo.

Dès que je peux incorporer l'environnement dans la photo, je ne m'en prive pas
Dès que je peux incorporer l’environnement dans la photo, je ne m’en prive pas

Dès que je peux incorporer l’environnement dans la photo, je ne m’en prive pas
Photographier tout en étant dans l’eau est aussi une solution, mais cette pratique est tout à fait différente et nécessite du matériel en conséquence (caisson étanche notamment). De plus, en compétition, l’accréditation est obligatoire et les places limitées pour avoir la possibilité de suivre les compétiteurs au cœur des vagues.
Le monopode est ton ami ! C’est l’accessoire qui me paraît indispensable pour pouvoir photographier le surf. Il vous évite une fatigue certaine. Je vous déconseille de négliger ce point. Une compétition de surf ça peut durer longtemps. Porter un appareil et un objectif peut se révéler rapidement très éprouvant, même si le matériel n’est pas spécialement lourd. Le monopode vous permettra aussi de bien vous stabiliser, pour un meilleur confort de prise de vue. Même dans le sable mouillé ou les vagues du bord, il sera un fidèle allié.

Je vous présente mon meilleur ami sur la plage, le monopode Manfrotto 694CX
Je vous présente mon meilleur ami sur la plage, le monopode Manfrotto 694CX

Je vous présente mon meilleur ami sur la plage, le monopode Manfrotto 694CX
Vous pouvez aussi utiliser un trépied, mais je ne vois pas trop l’intérêt de s’alourdir inutilement. Le trépied peut aussi s’avérer très encombrant s’il y a du monde sur la plage. A force de le plier et de le déplier, vous allez faire entrer un maximum de sable et de sel dans le trépied. Et vous aurez même de la chance si vous ne rayez pas les éléments de votre trépied. Et puis tout ceci est une vraie perte de temps si vous comptez vous déplacer régulièrement sur la plage.
Le plus gros danger pour le photographe, en plus de se noyer avec son couteux matériel photo : c’est le soleil. Ne prenez pas cette info à la légère !!! Même par temps couvert les rayons UV se font sentir et vous pouvez vite le regretter. Mettez un tube de crème solaire dans votre sac photo, c’est un élément essentiel du photographe de surf ! Pensez aussi à boire, une petite bouteille d’eau peut vous être d’un grand secours si vous comptez passer quelques heures ou même dizaines de minutes en plein soleil.

Si vous réussissez à vous lever tôt, privilégiez la lumière matinale pour prendre vos photos et aussi éviter les coups de soleil...
Si vous réussissez à vous lever tôt, privilégiez la lumière matinale pour prendre vos photos et aussi éviter les coups de soleil…

Si vous réussissez à vous lever tôt, privilégiez la lumière matinale pour prendre vos photos et aussi éviter les coups de soleil…
En ce qui concerne la technique photo à aborder pour le surf, l’avantage c’est qu’il n’y en a pas à proprement parlé. S’il y a bien un sport où vous pouvez tout vous permettre, c’est bien celui-ci. Vous pouvez figer l’action ou au contraire décider de lui donner du mouvement en baissant la vitesse d’obturation. Vous pouvez même tenter des choses plus graphiques en utilisant des poses plus longues encore. Vous pouvez faire des gros plans en action de surf ou encore laisser 1% de la photo à votre sujet pour montrer l’immense espace dans lequel il évolue. Pour les photos d’action, le mode de suivi du mouvement (AF-C chez Nikon) vous aidera à suivre les surfeurs dans les vagues. Mais attention aux gouttes d’eau qui peuvent aisément tromper l’autofocus de votre boîtier.

Parfois l'environnement est particulièrement chargé, rien de tel qu'une prise de vue au grand angle pour le montrer
Parfois l’environnement est particulièrement chargé, rien de tel qu’une prise de vue au grand angle pour le montrer

Sache-le, en photo de surf tu peux tout tenter !!! Maintenant c’est dit de façon définitive, on ne revient plus là-dessus, vous êtes d’accord ? 😉

En baissant un peu la vitesse, on peut obtenir des photos bien plus dynamiques
En baissant un peu la vitesse, on peut obtenir des photos bien plus dynamiques

Retrouvez Mickaël Bonnami sur son Site Internet et sur les réseaux sociaux. N’hésitez pas à réagir dans les commentaires ci dessous Mickaël y répondra avec plaisir pour vous orienter dans votre pratique de la photo de Surf.

13 COMMENTAIRES

  1. Comme d’habitude avec Mickaël Bonnami conseil très pratiques (on sent le vécu) et photos géniales… merci !
    Pas vraiment de spot de surf par chez moi, la mer est bien trop calme, mais ça donne envie !

    • @ary
      Quand j’ai commencé a penser au contenu des articles de l’été j’ai cherché des photographes capables de faire reposer leur article sur un vécu.
      Tu le sais je ne supporte pas ceux qui écrivent des articles sans en avoir fait l’experience et qui donc ne font que synthétiser les articles qu’ils ont pompé ailleurs.
      Avec Mickaël Bonnami je savais que je visais le bon photographe pour nous parler de Surf.

    • Merci pour le compliment. 😉
      J’essaye de passer mon vécu avec un peu d’humour, tant qu’à faire, et tant mieux si je réussis au moins en partie ma mission. 😉
      Merci de m’avoir lu et merci à Loïc de m’avoir invité sur son blog. 😉

LAISSER UNE RÉPONSE