Comment photographier les fantômes ?

Un tutoriel effrayant...

12

Depuis toujours l’homme est à la recherche de preuve pour démontrer l‘existence des fantômes. Depuis l’apparition de l’appareil photo puis de la vidéo certaines personnes ne cessent de chasser les images de fantômes.

Il est possible de faire des photos de faux fantômes très simplement avec plus ou moins de moyens et plus ou moins de technique. Explications à quelques heures d’Halloween !

D’une culture à une autre la manifestation et la représentation des fantômes peu être différente. Dans le tutoriel qui suit nous nous accorderons pour dire qu’un fantômes est un être translucide. Sur les photos que l’on va réaliser on s’attachera donc à donner cet effet de transparence aux modèles que l’on va photographier.

Les photos de fantômes que l’on a tous pu voir un jour dans un magazine ou sur internet sont ou le fruit d’un canular (voir les photos de William Hope) ou un dysfonctionnement du matériel qui fait apparaitre un « fantôme », il y a donc une raison technique à l’existence de fantômes sur les photos.

Selon les légendes, les fantômes apparaissent au crépuscule ou dans la nuit, dans un souffle froid, pour rendre compte de cette sensation on choisira une balance des blancs froide. Mais c’est n’est pas obligatoire. De même les ectoplasmes ne se trouvent pas partout et il est, selon les croyances, plus probables d’en rencontrer sur certains sites tels en foret ou au bord des routes (référence à la Dame Blanche) dans des manoirs, des cimetières et des ruines. Libre à vous de trouver le meilleur cadre.
Enfin les fantômes sont généralement représentés dans une tenue blanche référence au linceul qui enveloppe les défunts. Ici aussi c’est une question de choix.

Surprendre un fantome en le photographiant
Surprendre un fantôme en le photographiant (4 secondes d’exposition) (Modèle : Judikaël T)

Quel matériel pour photographier les fantômes ?

Pour photographier les fantômes il existe 3 techniques qui chacune demande plus ou moins de matériel.

Il est préférable d’avoir un appareil photo, c’est la base.  Si on crée des spectres via un logiciel, l’appareil photo importe peu. Par contre si on choisi de photographier les fantômes sans passer par un logiciel il faut que le boitier permette un temps d’exposition long ou de faire des expositions multiples.

Il est utile de prévoir un trépied non pas à cause de la peur qui pourrait faire trembler le photographe mais pour pouvoir utiliser des temps d’exposition plus longs ou faciliter le travail d’assemblage.

Un (ou plusieurs) flash externe peut aussi avoir son utilité.

Une pose longue pour photographier un fantôme
Une pose longue pour photographier un fantôme (5 secondes + flash bleu en contre plongée)

Dans les photos de « sujets effrayants » tels que les fantômes, loups garou, vampires etc… la lumière est généralement en contre plongée, c’est à dire qu’elle éclaire le sujet depuis le bas vers le haut. La projection de la lumière fait perdre au lecteur le sens habituel de la lumière en créant des ombres inhabituelles et crée un inconfort. Cette sensation s’explique parce que la lumière du soleil n’éclaire jamais un sujet par dessous et la perte de ces repères suscite la peur ou tout du moins un inconfort, un sentiment d’angoisse.

Quels réglages pour prendre en photo des fantômes ?

Il existe principalement 2 techniques : l’exposition longue et l’exposition multiple.

Des fantômes en exposition longue

Pour faire apparaitre un fantômes lors d’une exposition longue il faut un arrière plan lumineux, car sur fond noir on ne devinera pas la transparence de notre fantôme.

Personnellement je demande à mon modèle de n’entrer dans le plan qu’un tiers du temps d’exposition. Ainsi pour 30 secondes de pose, il ne prendra la pose que 10 secondes. Ses déplacements pour entrer et sortir du cadre ajouteront une sensation de mouvement au fantôme.

Je renforce parfois la présence de mon fantôme avec un léger coup de flash, cela permet aussi de figer les traits de son visage et de sa silhouette, le modèle peut ainsi à nouveau bouger légèrement afin de laisser apparaitre un léger flou.

Photographier un fantôme en réalisant une pose longue
Photographier un fantôme en réalisant une pose longue (10 secondes d’exposition)

Pour faire des photos de fantômes avec cette technique de jour, il faut utiliser un filtre gris qui va permettre d’augmenter le temps d’exposition.

Des fantômes en exposition multiple

L’exposition multiple, est le résultat d’une erreur qui est arrivée au moins une fois à tous les photographes qui devaient faire avancer leur pellicule manuellement.

Certains utilisent aujourd’hui cette technique dans d’autres circonstances afin d’obtenir des effets de surimpression et ajouter par exemple des textures à leurs photos. Le principe est simple pour superposer 2 photos avec un boitier argentique on ne fait pas avancer sa pellicule, mais en numérique seuls quelques boitiers permettent cette manipulation. Il faut fouiller dans les menus pour trouver l’option qui permet de réaliser des photos en surimpressions.

Pour cette technique je réalise le portrait de mon fantômes sur un fond sombre sans éclairage venant de l’arrière puis je réalise ma surimpression avec un paysage lumineux qui sera l’arrière plan.

Il est aussi possible lorsque l’on utilise un trépied de réaliser les 2 photos avec le même cadre.

Photographier un fantôme en réalisant une exposition multiple
Photographier un fantôme en réalisant une exposition multiple ( 1/100 pour le portrait 1/4 pour l’arrière plan)

Cette technique permet aussi de faire des photos de fantômes en plein jour et est particulièrement adaptée lorsque l’on souhaite figer des sujets mobiles.

Quels logiciels et applications pour prendre en photo des fantômes ?

Comme souvent avec les logiciel de retouches d’images il est possible de reproduire ces effets. Il suffit pour cela d’assembler 2 photos (ou plus). Cela n’est en rien compliqué, notamment avec Photoshop qui permet de réaliser des surimpressions en quelques clics. Le plus compliqué étant de trouver le bon compromis pour faire apparaitre le fantôme en jouant sur l’opacité du calque.

Assembler 2 photos via un logiciel pour faire apparaitre un fantome
Assembler 2 photos via un logiciel pour faire apparaitre un fantôme (opacité du calque à 40%)

Vous êtes désormais un vrai Ghost-Buster, n’hésitez pas a laisser dans les commentaires le fruit de vos expérimentations.

12 COMMENTAIRES

    • @Oscar
      Nous avons tous notre technique favorite. Mais il est toujours utile de connaitre les autres cela peut donner des idées qui peuvent dépanner dans certaines situations.

  1. Arf, effectivement, on était loin du compte quand on pensait à un article de saison sur les couleurs d’Automne 😉
    Jamais essayé ce genre de photo, mais je note l’idée : ça risque fort d’amuser les enfants de jouer aux fantômes 😉

    • @Seb
      Vous vous êtes mis tout seuls sur la mauvaises pistes 😉
      Attention avec certains enfants sensibles cela peut vite les mettre mal à l’aise.

  2. À la lecture du titre je me suis dis « pinaise, il est déréglé du ciboulot Pyrros ou quoi ?! », puis quand j’ai compris que ce n’était pas un tuto pour les insensés qui croient aux fantômes, je me suis dit ouf ^^ Au final, très sympathique tuto !

    • @Thomas Benezeth
      Lol, non je ne prends pas encore de drogue ni ne sombre dans la folie, je prends le contre pied de ceux qui pensent un jour pouvoir photographier ce qui n’existe pas en expliquant pourquoi il n’y arrivent pas et comment depuis de nombreuses années certains « charlatants » tentent de nous vendre du vent. Cela permet ainsi à ceux qui ont su garder les pieds sur terre de comprendre comment faire ce genre de choses et pourquoi de passer un moment en famille ou entre amis à jouer à se faire peur.

  3. Excellent !! C’est vrai qu’on y pense assez peu, tant on est occupé à recréer ce qui existe ou ce que nos yeux voient. Cet article vient de me rappeler qu’il existe une infinité de possibilités et que ça vaut vraiment la peine de se montrer innovant. Merci pour les idées.

    creativeview

    • @Seb
      Il faut toujours se poser des questions et remettre en questions ses acquis techniques pour essayer de nouvelles choses créatives, parfois cela fonctionne et parfois c’est un véritable échec… Mais c’est ainsi que l’on progresse.

LAISSER UNE RÉPONSE