Grand froid ou neige, comment faire des photos ?

Bien couvert, on peut faire des photos.

27

Par grand froid, il peut être intéressant de réaliser des photos, tant de l‘ambiance hivernal que des activités qui se déroulent durant ses jours de plus en plus rares. A l’approche des vacances d’hivers je vous propose donc ces quelques conseils afin de préparer sereinement les prochains jours de grand froid ou enneigés à la maison ou au ski. Ne prenez toutefois pas de risques inutiles pour réaliser cette photo qui vous fait tant rêver, pensez à vous protéger correctement du froid mordant.

Photo par grand froid, quand les températures baissent
Photo par grand froid, quand les températures baissent

Parc du centre d'accueil de St Laurent de Neste sous la neige
Paysage sous la neige (à st Laurent de Neste)

L’équipement du photographe dans la neige et ou par grand froid

Faire des photos par grand froid n’est jamais très agréable, surtout lorsqu’on subit le froid. Il faut donc se couvrir suffisamment pour ne pas à avoir froid. Il est préférable d’adopter la technique de l’oignon (porter plusieurs vêtements les uns sur les autres) afin de pouvoir adapter sa tenue à l’évolution de la météo. L’utilisation de vêtements techniques, c’est à dire à prévus pour le froid et adapté à la pratique de sport en hiver, constitue un très net avantage en terme de poids et d’aisance de mouvement.

Au niveau des mains il est important de se protéger, en fonction des températures une simple paire de gants de soie peut suffire, mais parfois il faut les doubler d’une paire plus adaptées.

La bonne idée d’un photographe professionnel est sans doute d’additionner des gants de soie avec des moufles dont le bout permet de libérer le bout des doigts lorsque cela est nécessaire pour effectuer des réglages sur l’appareil photo.

Il ne faut pas oublier de bien se chausser pour éviter d’avoir froid aux pieds mais aussi pour ne pas glisser. Rien que cette année, et malgré une certaine habitude de la neige, j’ai glissé  à plusieurs reprises sur des plaques de verglas, sans gravité bien heureusement.

Bien se chausser our se deplacer dans la neige
Bien se chausser pour se déplacer dans la neige ou par grand froid

Personnellement en plus d’une bonne paire de chaussures de marche, j’utilise des guêtres afin de préserver le bas de mon pantalon de l’humidité. Si la hauteur de neige se révèle importante l’emploie de raquettes (à neige) ne sera que plus confortable.

Le cas du refroidissement Eolien

Ou Facteur vent désigne la sensation de froid induite par le vent qui s’ajoute à la température réelle.

Ceux qui pratiquent l’affut lors de grand froid y sont particulièrement sujets. Pour eux et tous ceux qui doivent rester longtemps au même endroit sans bouger il est recommandé de se créer un espace à l’abri du vent, qu’il soit en neige ou avec d’autres moyens il doit être assez haut pour que le photographe soit correctement protégé et ne subisse pas la sensation de froid produite par le vent.

Par grand froid pense à protéger votre matériel.

Par grand froid, pour le matériel plusieurs risques existent, outre ceux liés à une chute du photographe.

La condensions est celui qui risque de causer le plus de dommages au matériel, elle se forme suite à un important changement de température.

Condensation sur une vitre
Condensation sur une vitre

Cela touche autant les parties externes du matériel que les parties internes (l’électronique).

Pour éviter cela il faut que le changement de température se fasse de manière progressive, on recommande aussi d’enfermer son matériel dans un sac en plastic pour éviter que l’humidité d’un lieu ne vienne, lors du changement de température, se fixer sur le matériel.

Bien sur si il s’agit d’effectuer une brève pause il est préférable, dans la mesure du possible, de garder son matériel à l’extérieur.

Les effets de la condensation peuvent nuire à la qualité de la photo
Les effets de la condensation peuvent nuire à la qualité de la photo

Les effets de la météo ne sont pas non plus à négliger. La pluie, la neige sont autant d’apports aqueux qui peuvent perturber, endommager le matériel, il est donc préférable de protéger son matériel lors de ces situations. Le changement d’optique est quand à lui à proscrire à moins de disposer d’un abris.

Il existe tout une gamme de protections permettant de protéger son matériel, certaines protections sont des bricolages : poches plastiques, toile de tente modifiée avec des velcros etc. d’autres sont des solutions commerciales. Toutes ces protections ont le même but : éviter que l’eau ou la neige ne se dépose sur le matériel

Le vent en plus d’augmenter l’effet cinglant de la pluie ou de la neige peut aussi être à l’origine de flou de bouger avec les longues focale, ce phénomène est à prendre en compte pour choisir sa vitesse d’obturation, l’utilisation d’une stabilisation et ou sa position pour réaliser une photo tout en restant à l’abri du vent.

Le brouillard qui peut créer de magnifiques paysages peut se révéler particulièrement embêtant si il se révèle givrant, peu de solutions existent en dehors des mêmes que pour protéger son matériel de la pluie ou de la neige.

Le cas de batteries et accus

Les batteries et accus supportent très mal le froid pour éviter de tomber en panne en cours de séance photo, il faut avoir chargé correctement ses batteries, mais aussi disposer de plusieurs batteries pour pouvoir toujours en garder une au chaud (dans son manteau par exemple) prêt à remplacer celle qui serait saisie par le froid. L’addition de plusieurs batteries dans un grip (par exemple) peut aussi permettre de prolonger une séance photo dans le grand froid. Ils existent des système pour déporter les batteries reliant le matériel aux batteries via un fil, peu pratique, cette solution n’existe pas pour tous les boitiers ni toutes les marques mais surtout se révèle fort couteux à l’achat.

Faire du ski avec son matériel.

Faire du ski avec son matériel photo
Faire du ski avec son matériel photo

Faire du ski avec son matériel peut permettre d’accéder à de magnifiques paysages ou de réaliser des photos de ski, snowboard et autres objets glissant, mais cela comporte des risques.

 Les chutes sont sans doute les plus dangereuses à la fois pour le photographe et pour le matériel, en effet  la solution de portage la plus adaptée est le sac à dos mais c’est aussi celui qui réserve le plus de danger.

Une chute sur le dos risque de briser le matériel mais aussi de blesser le photographe à la colonne vertébrale en créant une sorte de zone de levier.

Pour éviter d’abimer le matériel il faut un sac à dos solide qui protège parfaitement le matériel et qui propose une protection pour la pluie, afin de ne pas mouiller le matériel (en cas de changement météo ou de neige très poudreuse).

Pour d’éviter de fragiliser la liaison entre le boitier et l’objectif lors d’une chute, je les range non couplés dans mon sac.

Sur les pistes, pour éviter les collisions, il faut toujours penser à se signaler et à se placer de manière à ne pas déranger les skieurs, il faut faire particulièrement attention dans les snowpark pour ne pas se positionner dans une aire de dégagement ou de réception.  L’utilisation d’une chasuble de signalisation (la même que dans la voiture) est fortement recommandé, tant pis pour le style. Selon les snowpark il est possible de demander des conseils de positionnement aux animateurs de celui-ci.

Ne pas perturber le rider et se signaler font parties des règles de sécurité.

Lors d’une session de hors piste il ne faudra pas oublier les règles de sécurités élémentaires, et le matériel de secours (ARVA, pelles, sonde, etc)

Dans l’article Un peu de Neige… Darth fait référence à ce sujet

27 COMMENTAIRES

  1. Merci!

    Je trouve, et sans que l’on ait fait exprès, que nos du sujet sont bien complémentaire.

    La lecture de l’un ne doit pas empêcher celle de l’autre, bien au contraire !

    Au passage, j’inaugure l’abonnement au commentaire ! 😉

  2. Il fonctionne très bien, je te le confirme.

    Pour les citations, l’avantage, c’est que les commentaire en cascade (très difficile à gérer) ne sont plus obligatoire.

    Quelqu’un peut en un clique cité le message d’un autre, très bon pour motiver la communication !

  3. très bon sujet pour l’hiver, bichonner le matériel avec la température et les intempéries, Accessoires qui gravitent autour et surtout la sécurité .Pourrais-tu faire un sujet sur la grosse chaleur aussi 😉 . c’est vrai ce n’est pas de saison (pour vous Lol) ce week-end 36° moyens ( Réunion) et le matériel est aussi mis a l’épreuve…vent,sable,soleil,poussière. Salut Pyrros
    Belle photo au passage .Thierry

  4. Bonjour et merci pour ce blog!
    A propos de grand froid il m’arrive assez souvent de faire des photos (avec un 5d premier du nom sans grip)par – 15/ -20 degrés (j’habite en montagne). J’ai eu une fois le cas où même la carte mémoire était défaillante! (fichier jpeg enregistré mais pas le raw, carte cf de bonne qualité). Je devais aussi changer la batterie toutes les 4/5 photos car j’effectuais des photos de nuit avec des poses de 30 secondes en moyenne. Je souhaite acquérir un nouveau boîtier et comme je vois que tu utilises le 5dmk3 et le 1dx, pourrais tu me dire si il y a une nette différence de résistance au froid/d’autotomie entre les deux? Entre le mk3 et le mk1? Merci! 🙂

    • Re bonjour, pour les questions concernant le 5dmk3 et le 1dx j’ai oublié de préciser que c’était destiné à Darth qui utilise ces deux boitiers! je lui poserai la question directement sur son blog…Je n’avais pas vu que l’article était plus ancien! Bonne photos Pyros!

    • @Sylvain
      J’ai vu le premier message ce matin …
      J’étais en train de me demander ce que je devais y répondre et hop un nouveau massage.

      Effectivement je n’utilise aucun des 2 boitiers cités 5DIII et 1Dx, mais j’ai eu l’occasion de les prendre en main rapidement
      Concernant la résistance et l’autonomie je pencherai en faveur du 1Dx mais la différence sera infime concernant l’autonomie des batteries par très grand froid.

      Mais Darth pourra certainement apporter une réponse plus complète …

    • Merci pour ta réponse Pyrros!
      Il semblerait que pour de longues séances de prises de vues par grand froid (en bivouac par exemple), la batterie déportée soit effectivement une bonne solution… Et avoir en plus plusieurs cartes mémoire au chaud au cas où…
      Encore merci 🙂

    • @Sylvain
      je connais et utilise parfois un système similaire pour le flash qui gagne en vitesse de rechargement … je ne savais pas que cela existait pour les boitiers

  5. Photo d’hiver par basse température, moi je suis du Québec et j’aime bien les photos d’hiver.
    J’utilise un canon 6D et je suis très bien servi par cette appareil. J’ai fais de prises de vu à des températures aussi basse que des -30 à -35c. Par basse températures je dois me garder des batterie à la chaleur, car l’énergie baisse rapidement. Il y a aussi l’humidité qui est l’enemie no1 de l’appareil, J’ai remarqué que par très basse température quelques petits problèmes avec la vitesse d’obturation, disons qu’à moins 35c l’appareil subit des contraintes due au froid. Il faut éviter de transporter la caméra d’un androit trop chaud vers l’extérieur, je l’ai appris à mes dépends. 🙁
    Michel

    • @Tissières
      Les boitiers sont de plus en plus nombreux, impossible pour moi de connaitre les caractéristiques de chaque boitier.
      Il faut alors fouiller dans la notice voir les spécifications techniques du boitier pour le savoir. Elles sont souvent disponible avec une simple recherche sur le web.

LAISSER UNE RÉPONSE