7 conseils pour réussir vos photos de vacances par Christophe Gressin

34

A la veille pour beaucoup d’entre nous de prendre quelques jours de repos bien mérité se posera, peut-être, la question de la part que prendra la photographie dans cette période. Voici quelques conseils pour en profiter au mieux !

Cette semaine je suis en vacances, j’ai laissé ma place à Christophe Gressin, vous pouvez le retrouver sur son site internet et sur les réseaux sociaux :

Logo photo formation, comment faire ses photos de vacances

Pyrros sur twitter Page de Pyrros.fr sur Facebook Flux RSS de Pyrros.fr

Définissez vos objectifs avant de partir en vacances

Et oui, il faut commencer par se creuser un peu la tête ! Rassurez-vous, rien de bien méchant. Mais vous constaterez (ou avez déjà constaté !) qu’il faut parfois faire un choix entre la photo et la famille. En effet, faire de belles photos nécessite un minimum de repérage et de se déplacer à des moments bien particuliers de la journée ; si la photo est votre objectif, vous devrez vous en donner les moyens et organiser votre programme de vacances en conséquence et avec votre petite famille et/ou vos amis.

Plage de dunes à Boa Vista (Cap Vert) par Christophe Gressin
Plage de dunes à Boa Vista (Cap Vert) par Christophe Gressin

Considérant que si votre principal objectif est la photographie, vous préparerez spécifiquement votre voyage photo, les conseils qui suivent vous permettront de profiter au mieux de vacances en famille ou entre amis et de saisir les occasions de réaliser de beaux clichés.

Sélectionnez votre matériel

Pour voyager léger, votre boitier principal, un zoom « trans-standard » seront une excellente base. Ajoutez éventuellement un 35mm ou un 50mm ; généralement bien lumineux, il complètera à merveille le zoom. Si vous êtes un adepte de la photo de paysages ou que vous souhaitez commencer parce que la région de vos vacances s’y prête, prenez un filtre polarisant pour le zoom.

Pose longue sur la plage de Las Gatas (Boa Vista, Cap Vert)  par Christophe Gressin
Pose longue sur la plage de Las Gatas (Boa Vista, Cap Vert) par Christophe Gressin

Vous compléterez ensuite en fonction de vos objectifs et votre capacité de transport : téléobjectif pour les meetings ou l’animalier, trépied, télécommande pour le paysage, éventuellement des filtres gris, un objectif macro…

Selon la durée de votre séjour, vous pourrez avoir besoin d’autres accessoires : un PC portable avec un lecteur de cartes sur lequel vous aurez installé votre logiciel de développement préféré. Si vous n’avez pas la possibilité d’emporter un ordinateur, pensez à prendre de suffisamment de cartes mémoire ; vous pourrez également emporter un « videur de cartes » : un disque dur externe capable de lire et copier le contenu de vos cartes pour les sauvegarder.

Un dernier point : vous pouvez considérer que c’est un bon moment pour tester du nouveau matériel ; pourquoi pas, dans la mesure où les photos auront peut-être moins « d’importance » d’un point de vus photographique, mais d’un autre côté il vous faudra être « opportuniste » pour saisir les occasions qui se présenteront, donc vous prendrez le risque de manquer des occasions. JE vous conseillerai donc d’utiliser un nouveau matériel si vous allez dans un endroit que vous connaissez bien, où vous pourrez éventuellement retourner ; si vous faites un voyage à l’autre bout du monde, une destination unique, vous risqueriez de regretter de na pas bien avoir en main ce matériel, de rater des photos et d’être très déçus !

Préparez votre séjour

Quels que soient vos objectifs, renseignez-vous sur votre destination pour avoir une idée des photos que vous pourriez faire. Cela vous fera gagner du temps sur le terrain et vous permettra d’optimiser votre temps et vos trajets, vous en tiendrez bien sûr compte dans votre programme.

Pour cela, outre une carte, vous avez différents outils à votre disposition. D’abord, la plupart des régions / pays ont des sites d’informations riches et détaillées ; cela vous donnera des idées et facilitera votre recherche : les endroits incontournables, les évènements alentours, la faune et la flore locales, les « bons coins ».

Vous pouvez également vous appuyer sur des applications comme The Photographer’s Ephemeris, qui vous donneront de précieuses informations sur la lumière, les horaires de lever et coucher de soleil et de lune vous permettant d’être plus facilement « au bon endroit au bon moment ».

Photo-formations-Photographers-ephemeris

Préparez également votre entourage pour vous ménager un peu de temps pour la photo ; que ce soit du temps pour vous ou une organisation vous permettant de concilier les deux, chacun pourra ainsi y trouver son compte.

Pour ma part, je concilie les deux aspects :

  • Amateur de photos de paysages, je n’hésite pas à me lever tôt de temps en temps pour partir seul faire quelques photos ; je reviens au réveil de ma famille avec quelques croissants et profite du reste de la journée.
  • Je propose également des visites propices aux photos, sur des sites que j’ai envie de voir ; je prévois également parfois des dîner dans un restaurant proche d’un lieu que je souhaite photographier le soir.
Vue du vieux port de Sal Rei (Boa Vista, Cap Vert) par Christophe Gressin
Vue du vieux port de Sal Rei (Boa Vista, Cap Vert) par Christophe Gressin

Mais surtout, je sais quand je pars en famille que je risque de ne pas faire tout ce que je voudrais ; j’en prends mon parti en partant, je m’encombre peu de matériel mais il ne me quitte pas, et je saisis au mieux les occasions qui se présentent à moi ! En effet, se préparer, repérer les endroits intéressants est une chose, savoir se laisser surprendre peut également réserver de belles surprises en découvrant des sites dont on ne parle pas mais qui sont dignes d’intérêt.

Evitez autant que possible les aléas, surtout durant les vancances

En vacances, en particulier en voyage, vous pourrez rencontrer, ce que je ne vous souhaite bien sûr pas, divers désagréments ; les connaitre permet d’anticiper pour les éviter au maximum.

Les plus classiques sont la batterie déchargée et la carte mémoire pleine ou oubliée ; cela se prévient assez facilement en ayant toujours une batterie de secours et au moins une seconde carte mémoire, et d’autant plus de cartes que votre séjour est long, selon que vous ayez le « déclenchement facile » ou pas, que vous disposiez de moyens de vider vos cartes ou pas.

Pour ma part, mon dernier « petit pépin » était la perte d’un bouchon d’objectif ; pas grand-chose en soit, pas de valeur, mais c’est toujours ennuyeux de devoir ranger un objectif sans bouchon, parce que la lentille n’est plus protégée. J’ai donc monté en permanence un filtre ; bien sûr, il n’était pas protégé, mais je me suis dit que, dans le pire des cas, je préférais remplacer un filtre que l’objectif !

A mon avis, outre une dégradation du matériel contre laquelle on ne peut pas grand-chose, même si cela peut signifier la fin totale des photos (chute de l’objectif ou pire, du boitier…), ce à quoi vous devrez être le plus attentif en vacances est le vol. Malheureusement, certains sont à l’affut des sacs des touristes qui se promènent avec un gros appareil autour du cou. Il est donc indispensable de prendre quelques précautions simples :

  • Ne laissez jamais votre matériel / sac photo sans surveillance ; au restaurant ou dans un café, passez une sangle autour de la jambe pour ne pas avoir en permanence les yeux rivés sous la table
  • Choisissez un sac le plus neutre possible ; certains sacs cachent bien leur jeu et il faut être connaisseur pour deviner qu’il renferme un appareil photo
  • Dans les endroits publics où vous ne comptez pas faire de photos, par exemple en rentrant à votre hôtel, rangez votre appareil dans le sac avant d’entrée ; vous attirerez ainsi moins l’attention que si vous avez l’appareil en bandoulière. Sans particulièrement vous cacher, vos voisins de chambre n’ont pas besoin de savoir que vous transporter un tel matériel

Si vous partez à l’étranger, je vous recommande d’emporter les factures correspondant au matériel transporté, a minima une copie ; en passant la douane, vous serez ainsi en mesure de justifier du paiement de la TVA, surtout à votre retour.

Cherchez le cimetière !

Vous ne connaissez pas l’endroit où vous êtes et ne vous êtes pas beaucoup documenté ? Alors commencez par chercher le cimetière le plus proche.

Vue du cimetière de Raquil (Boa Vista, Cap Vert) par Christophe Gressin
Vue du cimetière de Raquil (Boa Vista, Cap Vert) par Christophe Gressin

Ils sont placés à des endroits où l’âme trouvera repos et quiétude : souvent un bel endroit pour faire des photos de paysages !

Mais vous pourrez également y trouver des monuments (souvent des églises) et pourquoi pas aller à la rencontre de la population. Et le lieu en lui-même peut également faire l’objet de photos sympa.

Autre endroit souvent incontournable lorsque vous visitez un lieu que vous ne connaissez pas : le marché. Selon les pays, les cultures, il peut être un lieu haut en couleurs et un excellent moyen d’aller à la rencontre de la population.

Au marché, les enfants se rassemblent autour du puits par Christophe Gressin
Au marché, les enfants se rassemblent autour du puits par Christophe Gressin

Respectez la population

Si ce chapitre ne concerne que peu de monde, on trouve malheureusement des touristes peu scrupuleux à travers le monde ; certains pensent malheureusement que, parce qu’ils ont une formule « tout compris » dans un beau village vacances, tout est permis !

Alors, je me permets de rappeler que non, les maisons ne sont pas des lieux touristiques que quiconque a le droit de visiter.

Non, les habitants de vos contrées de villégiature de sont pas animaux de foire, ils ont bel et bien les mêmes droits que vous, tant concernant leur vie privée que sur leur image.

Non, vous n’avez pas le droit d’écrire votre nom sur tous les murs de monuments que vous croisez pour lui donner un souvenir de votre présence.

Non, ce n’est pas parce que vous ne trouvez pas de poubelle à l’endroit exacte où vous voulez jeter quelque chose que vous avez le droit de jeter vos déchets n’importe où.

Non, la population locale n’est pas à votre service et peut vous guider pour rien ou quelques pièces jaunes, quel que soit le niveau de vie de la population.

Non, ce n’est pas parce que la population n’as pas les mêmes us que vous que ce sont des barbares.

Cela vous parait évident ? Tant mieux !! Respectez la population et ses mœurs par principe, cela peut également vous ouvrir des portes. Vous avez le droit, avec respect et courtoisie, de vous renseigner sur ces mœurs, pourquoi pas d’adopter ponctuellement ces coutumes en contact avec la population locale ; vous verrez que vous serez la plupart du temps très bien accueillis et établirez un contact qui vous procurera beaucoup de plaisirs, une qualité d’échanges qui vous fera découvrir de nouvelles choses et, peut-être, vous ouvrira en plus des horizons photographiques insoupçonnés !

Enfant descendant une dune de la plage de Chaves (Boa Vista, Cap Vert) par Christophe Gressin
Enfant descendant une dune de la plage de Chaves (Boa Vista, Cap Vert) par Christophe Gressin

Et quoi qu’il en soit, respectez l’image des personnes que vous photographiez : recueillez éventuellement les autorisations de publication si vous souhaitez diffuser vos images ou faites en sorte que les personnes ne soient pas reconnaissable, interdisez-vous en toute circonstance les situations dégradantes ou ne serait-ce que gênantes.

Notez également que certains lieux interdisent la photographie (monuments religieux de toute nature, installations militaires, etc.) ou, si ce n’est pas explicitement interdit, il est fortement déconseillé de sortir un appareil photo (j’ai par exemple rencontré ce cas à Bamako, capitale du Mali, ou la population craint que le photographe ne « vende la misère » et ne supporte pas de voir un occidental prendre des photos) : surtout, respectez cela. Si vraiment vous voulez faire des images, allez voir les responsables et discutez, posez la question. J’ai ainsi pu faire des photos de la mosquée de Djenné, toujours au Mali, alors que ce monument est habituellement réservé à la prière des pratiquants musulmans.

Il est possible de visiter certains monuments à condition de disuter avec les responsables par Christophe Gressin
Il est possible de visiter certains monuments à condition de disuter avec les responsables par Christophe Gressin

PROFITEZ de vos vacances !

Parque das Dunas - Village vacances à Boa Vista (Cap Vert) par Christophe Gressin
Parque das Dunas – Village vacances à Boa Vista (Cap Vert) par Christophe Gressin

Cela peut paraitre évident, mais cela reste l’essentiel !

Alors, bien sûr, lorsque l’on va à l’autre bout du monde on a envie d’en voir le plus possible, mais justement, profitez-en, faites les photos au moment où vous êtes sur place et si vous ne faites pas à ce moment LA photo, ces clichés resteront emprunts d’émotion pour vous et ceux qui vous accompagnent.

PARTAGER
Article précédentUn nouveau coup de peinture sur Pyrros.fr
Article suivantLe Tour de France passe dans les Pyrénées
Christophe Gressin est un photographe professionnel spécialisé dans la photographie de paysages. Amateur de nature, il s’efforce de mettre en valeur la beauté de l’environnement, que ce soit celui de sa région toulousaine d’adoption ou la richesse que propose le monde, en particulier le continent Africain.Christophe dispense également des formations photo (de la prise de vue au développement des photographies numériques) ainsi que des stages - avec une petite surprise en préparation, suivez son actualité cet été ! Enfin, Christophe collabore également avec l’éditeur DxO Labs pour la rédaction de tutoriels et l’animation de webinaires.

34 COMMENTAIRES

  1. Ah c’est pas mal le truc de chercher le cimetière : je note pour plus tard 🙂
    Pour moi, le plus difficile reste de concilier photos et vacances en famille, surtout quand les enfants sont petits : dur dur de pouvoir faire des photos pendant les Golden ou Blue Hour :-/

    • @Seb
      les goldens et blues hours ne sont pas les seuls moments propices pour faire des photos, la nuit on peut photographier le ciel ou les paysages éclairés par la pleine lune. Le jour il y a d’autres moments qui permettent de faire des photos, ou quelques ruses comme l’utilisation d’une boite à lumière pour faire des macro en plein soleil

    • @Pyrros : on en reparlera quand tu auras des enfants 😉
      @christophe : tout a fait 😉 C’est tellement difficile de concilier photos et vacances en famille :-/ En 15 jours de vacances avec 2 enfants en bas âge (moins de 3 ans), j’ai fait moins de photos qu’en un week-end de 2 jours en couple !! Mais bon, chaque période de vie a ses priorités 😉

    • @Seb
      J’ai publié sur le site des photos, nombreuses, qui ont été réalisées avec des enfants sous ma responsabilité. Mais j’ai toujours fait en sorte de pouvoir faire des photos avec eux (ou pas) dans le champs.
      Il est certain que cela est parfois contraignant mais rien n’est impossible 😉

    • Seb, tout à fait, il faut « composer », préparer en conséquence, mais également peut-être, comme dit Pyrros, réfléchir à d’autres photos que l’on peut faire 🙂

    • Je partage ton avis, ce n’est pas simple de concilier photo et famille quand on est en vacances. Je trouve que la meilleure solution c’est de se lever tôt, et de profiter d’une petite heure de balade solitaire avant que tout le monde se réveille (touriste et famille). Plus simple à dire qu’à faire, mais ça offre souvent de belles opportunités photographiques.

      Drôle d’idée le cimetière, mais c’est vrai qu’il est souvent bien placé !

    • @David
      La pression immobilière n’était pas la même qu’aujourd’hui au moment ou les plus anciens cimetières ont été construits …
      Dommage dans les grandes villes il est impossible de rentrer dedans aux bons moments pour faire des photos car certains ont des vues imprenables

    • David, c’est en effet souvent ainsi que je fais, surtout que dans ma famille ce ne sont pas des lève-tôt 😀
      Quant aux cimetières, dans les grandes villes c’est souvent plus compliqué avec l’urbanisation, mais en dehors on trouve de superbes points de vue ; et comme dit Pyrros, le lieu lui-même est souvent sympa pas pas toujours accessible au « bon moment ».

  2. Merci Christophe pour ce superbe article, que de bons conseils ! Le coup du cimetière est surprenant mais astucieux, pareil pour le fait de discuter avec les responsables pour essayer d’obtenir une autorisation, je n’aurai jamais osé 🙂

  3. Absolument Thomas, c’est justement ce que tu me disais dans l’autre article, que je ne fais pas… et dans le cas présent ici c’est le contraire, c’est ce que je trouve « cocasse » 🙂

  4. Je suis totalement d’accord avec vous de belles photos découlent bien souvent d’un appareil de qualité ! J’avoue être un perdu dans le choix d’un bon appareil, vous auriez des bon rapport qualité prix à me conseiller ?

    • @David M.
      Il existe 4 familles d’appareils photos si on exclue les téléphones portables. Le tarif s’échelonne de quelques dizaines d’Euros à plusieurs milliers d’euros pour un appareil et ses accessoires.
      Pour pouvoir vous conseiller il nous faut donc savoir la famille de matériel que vous ciblez, votre budget et ce que vous attendez de votre boitier. Mais il ne faut pas se leurrer une bonne photo ne dépend pas uniquement du matériel, elle dépend aussi de l’œil du photographe, de ses choix techniques et du post-traitement qui sublimera les photos.

    • @Pyrros : Merci du complément d’informations, j’ai relu mon commentaire, je me suis peut être un peu mal exprimé, je suis bien conscient que l’appareil ne fait pas tout, mais comme on dit un bon ouvrier travaille avec de bons outils !

  5. J’aime bien l’astuce du sac pour dissimuler le reflex: en fait j’utilise moi aussi un simple sac en bandoulière Kipling pour mettre mon reflex (avec sa pochette) car je n’ai qu’un petit format. Je trouve que les sacs de reflex sont très moches en général et semblent indiquer haut et fort « je contient une petite fortune, volez-moi! ».
    Bref si quelqu’un connait un site où l’on peut acheter des sac de reflex avec un peu de style, je suis preneuse!

    • @Milla
      Concernant les sacs pour reflex malheureusement je crois qu’il faut faire un choix entre le pratique et le style. Meme si sur certains de mes sacs on peut vite reprer leur fonction ils n’en sont pas moins protégés, meme si je sais qu’ils ne résisteront pas très longtemps face certaines agressions

    • @Milla
      Merci pour ce billet, meme si il présente majoritairement des modèles féminins.
      Le choix d’un sac ne doit pas seulement se faire sur des critères esthétiques mais aussi sur des critères pratiques et ici on est loin des capacités d’emport de mes « sacs moches ».
      Je ne doute que certaines ou certains photographes trouveront leur compte mais pour moi le coté pratique prime.

  6. Oui, effectivement ces sacs demandent un compromis quand même, et je ne veux surtout vexer personne préférant les sacs noirs!
    Je présente seulement une solution alternative, voire même complémentaire (selon l’occasion, prendre l’un ou l’autre).

    • @Milla
      Chacun est libre de faire ce qu’il veut 😉 et il est intéressant de présenter des solution alternatives.
      Pour le changement de Sac il faut de la discipline car c’est un coup à oublier du matériel en cours de déménagement

  7. Quel sac choisir ? Lorsque l’on débute en photographie, c’est une question récurrente et il peut même devenir passionnant de rechercher le sac parfait, certains allant jusqu’à en faire la collection. Aujourd’hui j’utilise régulièrement 5 sacs différents qui ont toutes leurs caractéristiques avec des avantages et des inconvénients. Le choix intervient en fonction du sujet à photographier et cela nécessite une bonne préparation. Je ne pense pas qu’il existe un sac adapté à la fois pour la photographie en pleine nature, pour la discrétion en vacances et pour des shootings dans les bureaux d’une grande société.

LAISSER UNE RÉPONSE