Les policiers sont fatigués à Toulouse

Après les câlins de janvier 2015, la haine ?

1

Comme partout en France, les policiers se sont regroupés devant l’hôtel de Police de Toulouse pour dénoncer la succession de manifestations, source de fatigue et la haine « anti-flic » avec ses violences.

Un peu avant midi ce sont 200 fonctionnaires de police qui se sont regroupés sur le parvis du commissariat central de Toulouse. Nombre d’entre eux avaient un drapeau de leur syndicat.

Pour garantir un certain calme la station de métro qui débouche juste devant l’Hôtel de Police de Toulouse avait été fermée à la surprise de nombreux toulousains. Dans les rues adjacentes du commissariat et à proximité des autres stations de métro des agents de police ont été disposés pour empêcher l’accès à d’éventuels fauteurs de trouble.

200 policiers se sont regroupés devant le commissariat central de Toulouse pour protester contre la "haine anti flic"
200 policiers se sont regroupés devant le commissariat central de Toulouse pour protester contre la « haine anti flic »

Regroupement de policiers sous surveillance

En arrivant à une grosse centaine de mètres du regroupement, des policiers filtraient les passants, fouillaient les sacs et interdisaient si nécessaire l’accès au parvis du commissariat. De l’autre coté du Canal du Midi un petit groupe de manifestants a pu installer une banderole et plusieurs pancartes pour dénoncer les « violences policières ».

Sur les barrières des accès à l’Hotel de Police des banderoles ont été installées par les syndicats des forces de l’ordre. Au micro se succédaient les leaders syndicaux pour expliquer pourquoi les policiers sont en train de se regrouper. Ils parlent de la succession des manifestations, de l’état d’urgence et de vigipirate qui empêchent aux forces de l’ordre de se reposer. Ils protestent contre l’attitude de certains groupes de manifestants qui cherchent le conflit à chaque manifestation ce qui engendre de nombreuses blessures parmi les policiers sans parler des outrages dont sont victimes les policiers lors de leurs interventions.

Les policiers sont regroupés sous les drapeaux de leur syndicat
Les policiers sont regroupés sous les drapeaux de leur syndicat, devant le commissariat de Toulouse
Devant l’Hôtel de Police de Toulouse, une personne a inscrit sur son tee shirt : "La Police Nous Protège, Soutenons la"
Devant l’Hôtel de Police de Toulouse, lors du regroupement contre la « Haine Anti Flic »une personne a inscrit sur son tee shirt : « La Police Nous Protège, Soutenons la »
Pancarte des forces de l'ordre qui demande notamment l'utilisation plus fréquente des canon à eau.
Pancarte des forces de l’ordre qui demande notamment l’utilisation plus fréquente des canons à eau.

Alors que le regroupement des forces de l’ordre se terminait, de l’autre côté les policiers ont confisqué les pancartes et autres banderoles aux manifestants venus protester contre les « violences policières ». Au même moment se déroulait une manifestation devant la préfecture, réunissant des syndicalistes et des membres de Nuit Debout pour dénoncer les « violences policières ».

Les policiers repoussent les manifestants venus protester contre les "violences policières"
A Toulouse, les policiers repoussent les manifestants venus protester contre les « violences policières » face au regroupement des forces de l’ordre qui dénoncent la « Haine Anti-Flic »

Les forces de polices ne se reposeront pas encore

D’autres manifestations sont d’ores et déjà prévues notamment jeudi à 14h30 pour dénoncer une nouvelle fois la loi travail et l’utilisation du 49.3. Dès le matin des blocages auront lieu avec l’aide des routiers. Le SNCF sera une nouvelle fois en grève et les contrôleurs aériens ont déjà annoncé que 15% des vols seront annulés.

A moyen terme les forces de l’ordre seront déployées pour assurer la sécurité de l’Euro 2016. Les policiers ne sont pas prêts de pouvoir se reposer.

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE