Flashmob : bataille de polochons et d’oreillers

8

Pour cette bataille de polochons une quinzaine de participants, armés d’oreillers ou de polochons, se sont retrouvés pour se taper dessus les uns les autres. C’est à l’occasion de l’international Pillow Fight Day (jour des bataille d’oreillers) 2012 que les toulousains était invités par Flash Mob Toulouse à participer à cette bataille de polochons qui s’est déroulée place Saint-Georges.

 

Malgré une météo incertaine, des problèmes dans les transports toulousains, quelques courageux ont fait le déplacement pour partager ce moment de rire sous les regards amusés ou surpris, des visiteurs de la place Saint-Georges Toulouse.

 

Loin de l’organisation des hôteliers toulousains qui en 2010 avait organisé : « My Pink Polochon » afin de communiquer sur le dynamisme touristique de la ville rose, la manifestation d’aujourd’hui ne revendique rien, ne propose aucune publicité, mais permet aux participants de s’amuser comme ils le souhaitent.

 

Ce fut pour les participants un bref retour en enfance, rappelant les bataille de polochons épiques qu’ils connurent en colonie de vacances ou en internat.

L’un d’entre eux me racontait qu’il n’avait jamais eu la chance de pouvoir participer à l’une de ces batailles d’oreillers, les surveillant de son internat étant trop strict pour autoriser ce genre de loisirs. Pour un autre c’était l’occasion d’achever son vieux traversin usé par les années qui sera remplacé par un traversin neuf à l’issue du combat.

 

A la fin d’un combat désorganisé, les participants épuisés par près d’une 1/2 heure de combats acharnés, ont discuté un grand moment avant de quitter la place poussé par la pluie qui a su attendre la fin des combats.

Coup fatal en revers dans le dos
Coup fatal en revers dans le dos

 

Le but d’une bataille de polochons n’est pas de blesser mais de s’amuser, cela permet aussi d’aérer des traversins qui sont trop rarement secoués et d’en évacuer la poussière.

 

Sur les photos qui suivent point de plumes, les traversins et oreillers deviennent de plus en plus résistant et contiennent de moins en moins de plumes au profit de matières synthétiques moins allergènes.

Lors des batailles de polochons et d’oreillers, il est important de ne pas viser la tête pour éviter les risques de commotions qui restent très exceptionnelles en milieu ouvert mais qui peuvent survenir dans des chambres contenant plusieurs lits et notamment des lits superposés.

8 COMMENTAIRES

  1. EX-CEL-LENT.
    J’étais mort de rire à chaque image !
    Merci pour le partage plein de bonne humeur et pour ces photos pleines de vie !
    Je m’interroge sur ces manif’s : elles sont organisées par qui ? Je rêverais de proposer cela à ma municipalité !!!

    • C’est pas simple de faire des photos rendant correctement ce que l’on voit, il faut pouvoir éviter de prendre un coup surtout sur le matos et éviter de recevoir un participant pris dans le mouvement.

      La bonne humeur est un des objectifs de ce type d’événement.

  2. J’entends : Flash mob TOulouse, c’est une asso de particuliers, une entité de la municipalité, une « franchise » duplicable ailleurs ???
    Ca m’intéresse 😉

    • C’est une asso de particulier dont il est possible de dupliquer la franchise ou au moins d’en copier le modèle. Certains groupe font des flashmob pour une occasion particulière, un besoin de communication d’autres font ça de manière plus régulière en suivant les journées mondiales.

      Un flashmob s’organise un peu comme un « apéro géant »
      tu lances l’idée sur ton réseau qui relaye l’info … et qui attire des participants
      dès le départ il faut une information claire et un point de rencontre virtuel pour communiquer facilement avant et après.

      Il me semble opportun d’avertir la municipalité avant car certaines villes ont peurs de ce genre de manifestation …
      A Toulouse cela se passe plutôt bien mais le nombre de participants reste faible

  3. Si j’avais une petite critique, je dirais que l’ouverture est un peu petite, rendant l’arrière plan un peu trop parasite. Mais sinon ce sont de belles images !

    • @Arnaud

      J’ai fait le choix de la sécurité, en fermant un peu ça me donne la possibilité de garantir certaines photos
      Avec une ouverture plus importante je prenais le risque d’avoir des MAP aléatoires et donc encore moins de photos présentables.

      Durant la bataille il m’aura fallu jongler avec les participant pour les amener à ce mettre plus au centre de la place et ainsi les éloigner des éléments perturbateurs que l’on peut voir en arrière plan

LAISSER UNE RÉPONSE