Course de Caisses à savon à Toulouse

4

A bord de caisses à savon, drift trikes, street sleds, bob cars, rollers et autres objets roulants non identifiés ils ont descendu les côteaux de Pech David à Toulouse pour la troisième édition de la Toulouse Course Caisses à Savon (TCCC).

Dans les virages de la rue Thomas Edison fermée pour l’occasion par les organisateurs étudiants de la Toulouse Business School, les riders ont parcouru la grande descente et ses 3 virages en épingle à de nombreuses reprises. Dans la descente les riders faisaient preuve d’une grande concentration pour choisir la meilleure trajectoire.

Un jeune pilote avec prudence sa caisse à savon en forme de 205
Un jeune homme pilote avec prudence sa caisse à savon en forme de 205 dans l’un des virages de Pech David

Les pilotes de caisses à savon sont avant tout des bricoleurs, les plus jeunes sont souvent aidés par leur famille pour assembler ce qui ressemble tantôt à un char tantôt à une voiture plus conventionnelle. Même si certains utilisent un cadre de karting, d’autres ont choisi de réaliser tout eux même, ce qui explique parfois des formes un peu étranges ou des commandes peu habituelles, mais tant que ça roule et que l’on peut diriger et freiner sa caisse à savon il est possible de prendre le départ.

Avant de prendre le départ les participants doivent faire valider leur véhicule par des commissaires de courses. Chaque catégorie a ses normes dictées par la Fédération Nationale des Sports d’Inertie et il est indispensable de les respecter pour garantir la sécurité de tous.

Push Car dans la descente de Pech David à Toulouse
Push Car dans la descente de Pech David à Toulouse
L'équipage du Push car cherche à prendre le virage à la corde
L’équipage du Push car cherche à prendre le virage à la corde lors de la course de caisse à savon de Toulouse

A l’endroit le plus large de la piste un tremplin été mis à disposition des plus courageux notamment ceux à bord des drift trikes. Pour les spectateurs c’est l’occasion de voir les pilotes réaliser des sauts parfois impressionnants et parfois des chutes heureusement sans gravité. Les pilotes des caisses à savon prennent soin de ne pas passer sur le tremplin pour ne pas malmener leur monture.

Un drift trikes passe le tremplin dans la descente de Pech David
Un drift trikes passe le tremplin dans la descente de Pech David
Un drift trikes prend le virage en équilibre sur une roue
Un drift trikes prend le virage en équilibre sur une roue, dans la descente de Pech David

Les pilotes des machines sont plus ou moins âgés, les plus jeunes n’ont pas encore 10 ans et il y a quelques filles qui rivalisent dans les virages à coté des garçons. Certains des participants sont de Toulouse d’autres viennent de plus loin.

La pilote d'un drift trikes contrôle son virage sans ralentir en descandant des coteaux de Pech David
La pilote d’un drift trikes contrôle son virage sans ralentir dans la descente des coteaux de Pech David
Concentrée sur la route la pilote de cette caisse à savon veille à prendre la meilleure trajectoire
Concentrée sur la route, la jeune pilote de cette caisse à savon veille à prendre la meilleure trajectoire
Ce jeune pilote surveille les pièges de la route pour mener sa trotinnette sur la meilleure trajectoire
Ce jeune pilote surveille la route pour mener sa trottinette sur la meilleure trajectoire

Afin d’agrémenter la descente et aussi la remontée, certains ont monté sur leur machine des klaxons ou des arroseurs, qui servent à amuser les spectateurs venus assister aux descentes. Tout au long du parcours les spectateurs encouragent les pilotes et observent les machine. Certains accompagnent un ou plusieurs riders, d’autres sont de simples curieux.

La tête la première, au ras du sol ce rider tente de maitriser son street sleds
La tête la première, au ras du sol ce rider tente de maitriser son street sleds
Quelques rollermens profitent que la route soit fermée pour s'exercer dans les virage de la descente de Pech David
Quelques rollermen profitent que la route soit fermée pour s’exercer dans les virage de la descente de Pech David

Pour remonter les participants, les organisateurs ont prévu des véhicules qui servent de remonte pente. Les caisses à savon sont accrochées les unes aux autres tandis que les drift trikes doivent tenir une corde disposant de poignées, les autres riders montent dans le camion.

Un drift trikes chute en se réceptionnant après le tremplin
Un drift trikes chute en se réceptionnant après le tremplin placé sur la route par les organisateurs de la TCCS
Pour prendre une meilleure trajectoire ce pilote de street sleds pose un pied au sol en guise de frein
Pour prendre une meilleure trajectoire ce pilote de street sleds pose un pied au sol en guise de frein

Malheureusement la météo a tenu à jouer les trouble fêtes, en plus du vent d’autan la pluie s’est invitée, humidifiant très légèrement la route et obligeant certains riders à ralentir. Les organisateurs espéraient avoir plus de 100 participants mais les conditions météo ont démotivé certaines personnes.

En savoir plus sur la Toulouse course de Caisses à Savon

4 COMMENTAIRES

  1. thx Pyrros 😉

    Fabuleuse journée malgré le « vent des fous »

    Aurais tu d’autres clichés? notamment le sacré vautrage du « Hey’rcule »

    Merci à l’orga en tout cas 😉

    à la prochaine^^

    équipage mad max cagette^^ (dossard 08)

    • @piero
      J’étais malheureusement dans le virage précédent lors du vautrage du char « Hey’rcule », je n’ai découvert qu’un équipage était tombé quand les véhicules se sont arrêtés dans le virage.
      J’ai trouvé cette manifestation très photogénique et j’espère qu’il y en a aura d’autres.

LAISSER UNE RÉPONSE