[RDW]Les funestes séquelles des premiers photographes de Tchernobyl

4

Il n’y a pas que les ouvriers (liquidateurs) et les techniciens présents à Tchernobyl lors de la catastrophe du 26 avril 1986 ou après pour décontaminer la zone qui ont subit les conséquences de la radioactivité.

Alors que la catastrophe avait déjà eu lieu des photographes furent envoyé sur place pour documenter ce qu’il venait de se passer. A bord d’un hélicoptère ils ont survolé le cœur du réacteur mis à nu par l’explosion de celui ci se retrouvant exposés à la radioactivité à des taux bien supérieur à ceux habituellement toléré par le corps humain.

Les conséquences sur leur santé ont été nombreuses et la plupart des photographes qui ont documenté la catastrophe ont souffert de cancers liés à la radioactivité.

Sur le plan photographique, les photos ont le plus souvent été retenues par les autorité de l’URSS qui contrôlait l’information et donc la diffusion des photos montrant le résultat de la catastrophe. Le monde découvre peu à peu la catastrophe, ce n’est que le 28 avril 1986 que la suède détecte les premières radiations anomales, le 29 les médias commencent à parler d’un accident de gravité moyenne. Aujourd’hui il ne reste que peu de photos réalisées dans les premières heures qui suivirent la catastrophe de Tchernobyl.

Au moment de développer les clichés, les photographes ont constaté que certains photos étaient voilées par les radiations. Certaines photos étaient inutilisables tandis que d’autres présentaient des traces blanches.

30 ans après, Tchernobyl intrigue toujours, de nombreux photographes ont photographié les ruines de Pripyat la ville voisine évacuée peu après l’explosion du réacteur 4 de Tchernobyl. D’autres ont réalisé des reportages sur les habitants de la régions et notamment sur les personnes qui aujourd’hui sont en charge de la construction d’un nouveau sarcophage chargé d’éviter la propagation des radiations.

Le réacteur numéro 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl est éventré après avoir explosé photo : Anatoly Rasskazov
Le réacteur numéro 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl est éventré après avoir explosé photo : Anatoly Rasskazov

Il existe peu d’images des premiers instants de la catastrophe : les conditions extrêmes, la censure des autorités soviétiques et la radioactivité elle-même rendirent le travail des photographes aussi difficile que dangereux.

Source : Les funestes séquelles des premiers photographes de Tchernobyl

Lire aussi : La mort d’Igor Kostin, l’œil de Tchernobyl

4 COMMENTAIRES

  1. Très intéressant ! Et triste aussi pour eux. A l’époque, ils n’avaient quasiment pas de protections efficaces. Si c’était arrivé plus tard, des photos satellites auraient pu être produites voire des drones !

    • @Anne LANDOIS-FAVRET
      Aujourd’hui les choses pourraient etre différentes. Il faut aussi se souvenir que l’information à mis beaucoup de temps à émerger. Si les premiers intervenants avaient eu l’info comme on peut l’avoir aujourd’hui avec twitter sans doute s’y seraient ils pris différemment, malheureusement même les ingénieurs sur place n’ont pas trop ébruité ce qu’il se passait réellement.

LAISSER UNE RÉPONSE