Le moustique commun, un insecte mal aimé

22

Le moustique commun hante nos nuits et parfois nous dévore jusqu’au sang, Culex pipiens de son petit nom ou maringouin est le moustique que l’on retrouve le plus en France et qui habite souvent jusque dans les villes. Comme chez tous les moustiques c’est la femelle qui pique pour pouvoir produire jusqu’à 200 œufs, les animaux et particulièrement les oiseaux sont les premières cibles mais dans les milieux urbains ce sont les hommes qui se font dévorer. La femelle du moustique, pour trouver sa proie, est capable de détecter les odeurs, la chaleur et le dégagement de CO2 du corps.

Il existe de très nombreuses sous espèces que l’on ne peut différencier qu’avec un microscope, ces sous espèces du moustique commun Culex pipiens sont parfois endémiques ou n’apprécient qu’un type de milieu.

Entre 5 et 7mm de longueur, les différences sexuelles chez le moustique sont peu visibles, les antennes en plumeau chez les mâles est un indicateur. La femelle après s’être gorgée de sang a son abdomen déformé prenant parfois une couleur rouge caractéristique d’un bon repas. La femelle du moustique porte tous les maux de l’espèce en plus de piquer, c’est elle qui produit ce bruit qui nous empêche de dormir la nuit, il a pour effet d’attirer les mâles en vue d’un accouplement.

Moustique commun (Culex Pipiens), Mâle, photographié à Toulouse
Moustique commun (Culex Pipiens), Mâle, photographié à Toulouse

Le mode de vie du moustique commun :

Le moustique commun habite à proximité des zones de reproduction, il ne vole pas très bien et se montre un peu fainéant dans ses déplacements, le vent est un allié de taille quand il doit se déplacer sur de longues distances. Il apprécie les étendues d’eau stagnante plutôt chaude. En foret on le trouve dans les fossés et les flaques d’eau. En ville, le Culex pipiens vit dans les évacuations d’eau pluviale et les sous coupes des pots de fleurs où l’eau est stagnante. Tous ces milieux sont des gites larvaires.

Les larves de moustiques se développent dans l’eau, une eau riches en nutriment mais souvent pauvre en oxygène. Entre l’œuf et la forme volante, sonore et parfois douloureuse s’écoule une dizaine de jours et 4 mues. Au cours des 3 premières mues, le moustiques respire dans l’eau par un tube respiratoire qui se trouve à l’opposé de sa tête. Le moustique commun peut pondre jusqu’à 200 œufs, 2 fois par semaine.

Les larves sont particulièrement appréciées par les poissons, les Guppys et autres Gambusie en raffolent et sont souvent utilisés comme moyen de lutte dans les pays chaud contre toutes les espèces de moustiques, en France ce sont les amphibiens qui mangent les larves (tritons, grenouilles, crapauds et salamandres). Malheureusement les larves de moustiques se développent aussi dans les flaques et seuls des prédateurs terrestres (hirondelles et chauve-souris) peuvent alors limiter la population de ces insectes adultes.

Le moustique, un insecte utile :

Malgré les nuisances qu’ils provoquent et parfois les maladies qu’ils transmettent, les moustiques ont un rôle important dans l’écosystème. Les larves sont capables de filtrer jusqu’à 2 litre d’eau par jour participant à la bio-épuration. Les moustiques adultes se nourrissant de nectar de fleurs participent activement à la pollinisation des végétaux au même titre que les « jolis papillons » et les utiles abeilles. Les larves et les adultes servent de nourriture pour leur prédateurs.


 
 

Lutter contre le moustique commun :

La lutte contre les moustiques est presque impossible à moins de fermer toutes les zones de reproduction potentiel pour le moustique. Au fil des générations, les moustiques développent des résistances aux divers produits chimiques.

La lutte biologique, en favorisant les prédateurs du moustique permet de contrôler le nombre de moustiques, mais en villes les amphibiens ne trouvent pas toujours des terrains qui leur sont favorable quant au oiseaux les nids des Martinets et Hirondelles sont souvent détruits pour éviter les dégradations, quand leur implantation n’est pas impossible à cause de l’architecture lisse des bâtiments modernes.

 

Les grandes claques dans la tronche de madame moustique (photographiée par Laura Jonneskindt) a encore de beaux jours devant elle à moins que vous me confiez votre secret de lutte anti-moustique dans les commentaires.

22 COMMENTAIRES

  1. Article original et fort bien documenté 😉
    Mais comme le dit ton titre, en ce qui me concerne, il restera le mal-aimé, surtout avec l’été qui approche à grands pas 😉

    • @Marie
      Pas de maisonnette pour les moustiques, mais pour les insectes en général et pour les araignées qui font de bons anti moustiques en plus c’est parfait pour faire quelques photos macro.
      J’habite à coté d’un cimetière et les pots de fleurs sont de vrais nids à moustiques pas besoin de leur donner encore plus la possibilité de venir me bouffer.

      Ce billet est bien la preuve que l’on peut parler des moustiques 😉

  2. J’en connais un piège traditionnelle qui se compose d’une bouteille en plastique vide: on coupe le haut de la bouteille, on verse de l’eau et du sucre dans l’autre moitié de la bouteille, on remet le haut à l’envers dans deuxième moitié et on attend 😉
    Je découvre le nom Culex pipiens, je pouvoir dire : Attention un culex pipiens derrière vous !:-)

    • @celine
      cette méthode n’attire que les moustiques affamés avec un peu de levure de boulanger il est possible d’attirer les femelles en quête d’une recharge de sang.
      Avant de pouvoir lancer le nom du moustique commun dans une conversation il faut s’assurer que c’est bien un Culex pipiens.

  3. Original cet article 🙂 Je ne savais pas que les moustique participaient aussi à la pollinisation des fleurs, par contre je sais que le moustique est l’animal qui provoque le plus de mort ! (plus que le requin !!!).

    Il restera un mal aimé encore looooooongtemps 😉

    • @Thomas Benezeth
      Avec toutes les saloperies qu’ils peuvent inoculer à l’homme je ne suis pas surpris que les moustiques aient le titre de « serial killer ».

  4. Pour lutter contre les moustiques qu’est ce que tu nous conseils de prendre parmi ces 6 produits
    sachant que je vais passer 3 semaines en Tunisie en Août et je ne sais pas qu’est qui m’attend là-bas !

  5. Contre les moustiques, je trouve que la meilleure méthode, c’est la prévention. A la nuit tombée, on ferme les fenêtres, on met des manches longues et on sort l’encens à la citronnelle.

    • @Jordan
      Si seulement je pouvais fermer mes fenêtres la nuit, mais les températures grimpent vite chez moi et on est obligé de ventiler la nuit pour refroidir l’appartement. .
      Je ne suis pas trop fan de l’encens, mais j’utilise parfois de la citronnelle.

  6. Bonjour,
    Certes on ne peut pas éradiquer totalement les moustiques mais on peut : utiliser des répulsifs naturels comme du citron dans le quel on plantera des clous de girofle (à mettre dans les chambres), dégager toutes les zones du jardin (mauvaises herbes, mares boueuses etc.) et utiliser un moustiquaire.

    • @RebmanMargurite
      Seule l’eau est indispensable pour que les moustiques puissent se reproduire, la mauvaise herbe présente ou absente ne changera rien 😉

  7. Bonjour,

    Je tombe sur l’article par hasard (et sur le site aussi) et j’ai bien lu que les moustiques ont aussi leur utilité ? Eh ben quelle agréable nouvelle si je puis dire ! En tout cas, merci pour l’article, je me suis bien régalé en instruction en le lisant. À bientôt.

    Jean Luc

    • @Jean Luc Boeuf
      Effectivement le moustique à une certaine utilité, mais on apprécierait tous que cela se fasse sans piqures.
      Au plaisir de vous retrouver bientôt 😉

  8. […] Maintenant la pleine lune se cache derrière les épais platanes qui la journée me font de l’ombre mais sa lumière continue de me parvenir. Je pourrai presque lire sans allumer la lumière qui attire les moustiques. […]

LAISSER UNE RÉPONSE