Pirates de photos, les excuses bidons

67

Dans un article je vous parlais des excuses en bois des pirates pris en faute. A chaque fois ce sont des arguments que l’on a tous entendu au moins une fois, en voici des copies anonymes, aucune retouches n’est apporté au texte.

A chaque fois que je détecte une photo piratée j’envoie un mail de ce type (son contenu et légèrement différent selon l’interlocuteur supposé et le but de la manœuvre) :

Vol de photos, quand les pirates repondent
Vol de photos, quand les pirates répondent

Bonjour,

Je découvre à l’instant que vous utilisez l’une mes photos. A aucun moment je n’ai reçu de votre part de demande d’utilisation de photos ce qui s’apparente à de la contrefaçon.

De plus cette photo est recadrée et il manque les crédits de cette photo.

Dès lors je vous demande de supprimer la photo suivante dans les plus brefs délais : 7 jours après la réception de ce message.

>>Lien vers la photo volée et description de celle<<

Passé ce délai l’utilisation des photos sera facturée (voir facture type en pièce jointe)

Rappel de la loi Code de la Propriété Intellectuelle :

Article L121-1 : l’auteur jouit du droit au respect de son nom (en d’autres termes : le nom du photographe doit obligatoirement apparaitre à coté de ses photographies)
Art L122-4 alinéa 1er :Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayant droit ou ayants cause est illicite.
Art. L335-2 :Toute édition d’écrits, de composition musicale, de dessin, de peinture ou de toute autre production imprimée ou gravée en entier ou en partie, au mépris des lois et règlements relatifs à la propriété des auteurs, est une contrefaçon ; et toute contrefaçon est un délit.
La contrefaçon en France d’ouvrages publiés en France ou à l’étranger est punie de trois ans d’emprisonnement et de 300 000 € d’amende (*).
Seront punis des mêmes peines le débit, l’exportation et l’importation des ouvrages contrefaits.
Lorsque les délits prévus par le présent article ont été commis en bande organisée, les peines sont portée! s à cinq ans d’emprisonnement et à 500 000 euros d’amende.
(*) L’aggravation des peines a été introduite par la loi n° 2004-204 du 9 mars 2004, JO 10 mars 2004.

 

Vous souhaitant bonne réception, je reste à votre disposition pour plus d’informations.

Loïc TRIPIER (webmaster et photographe de Pyrros.fr)

J’ai souvent une réponse rapide du « Pirate » généralement dans les 24h qui suivent l’envoie de ce mail, mais les réponses sont parfois surprenantes, en voici un florilège :

Je ne suis pas un pirate c’est un autre :

Bonjour Monsieur Tripier
Je viens à l’instant de lire votre message et vous réponds immédiatement!
Quand j’ai vu cette photo sur le Net, sur un site qui n’était pas le vôtre, je vous assure que je n’ai pas vu votre signature, sinon, je ne me serais pas permise de la prendre sans avoir fait de lien avec votre site que j’ai mis dans mes favoris pour aller le visiter plus longuement, et je vous l’assure de bonne foi, je vous en donne ma parole !
Je demande toujours quand la photo n’est pas de moi si je peux la mettre sur mon site et je fais un lien de retour si la personne me donne la permission et est d’accord.
Je l’ai donc supprimée à l’instant, voilà!
Toutefois, si vous êtes d’accord, je peux la mettre mais avec votre permission et en laissant cette fois votre signature, je vous remercie de me le faire savoir et vous présente toutes mes excuses par avance.
Je vous prie de me croire et vous l’assure, il n’y avait pas de signature quand j’ai trouvé cette photo sur le Net !
Très cordialement : Prénom du responsable […]
Dans le cadre de mon activité principale c’est l’excuse classée numéro un qui ne marche jamais mais que tous les gamins essayent de pratiquer. Le « C’est pas moi » essaye de faire porter la faute sur un autre, mais dans le cas présent tout va de travers, il n’y a aucune trace de lien ou de crédit vers le site d’origine même si c’est un autre site. Dans le cas présent la sanction est sans appel : facture et pénalités malgré la suppression de la photo.

La faute du stagiaire (pirate) :

Bonjour Loïc
Notre stagiaire a rectifié le tir depuis son lieu de vacances…
Encore désolé pour cette erreur.
Prénom du responsable […]
Une association qui utilise mes photos mais qui rejette la faute sur un stagiaire, bravo !! Je croyais que les stages servaient à apprendre de manière encadrée mais ça ne semble pas le cas, dans ce cas on devrait parler de personne débutant son métier et se faisant bien avoir.
Quoi qu’il en soit facture avec pénalités

Il n’y avait pas copyright / J’ai trouvé la photo sur Google :

Bonjour Monsieur LOIC TRIPIER,
L’image a bien été supprimée du site.
Celle ci avait été trouvée sur google image, et je n’ai vu à aucun moment de copyright.
En m’excusant et vous souhaitant une bonne continuation.
Administrateur de […]
Ne pas pas voir le Copyright je veux bien, ça n’existe pas en France mais ne pas voir le filigrane qui est apposé sur toutes les photos de Pyrros.fr, il faut le faire exprès car oui dans le cas présent la photo est bien diffusée avec la signature du site.

Entreprise commerciale donc facture et majoration

T’es qu’un con et autres propos insultants :

Tu dois avoir un sacré melon pour venir me faire chier à ce point je ne pirate rien ni personne en utilisant cette photo, j’ai vu la même ailleurs.

toutes mes excuses pour ce préjudice involontaire qui n’était autre que la mise en valeur d’une photo superbe !!!
j’ai supprimé votre photo,
désormais je ne mettrai que les photos prises par mes amis amateurs qui ont beaucoup de talent si ce n’est plus !!! mes excuses pour vous avoir perturbé,
L’insulte et la vulgarité sont les réactions les plus classiques, signe d’un manque d’arguments valables et acceptables pour l’auteur de ce type de message.
Facture avec pénalités impossible de négocier.

Quand les voleurs de photos se font attraper
Quand les voleurs de photos se font attraper

Je voulais faire de la pub :

Cher Monsieur,
Nous venons donc de supprimer notre article di blog.
Nous sommes desolés de cette erreur et d autre part nous pensions très sincèrement qu en proposant sur le blog quelques de vos photos avec votre nom clairement visible et un lien vers votre site, cela vous ferez de la publicité.
Sincerement desoles.
nom de l’association […]
Si je veux de la publicité, je fais appel à un spécialiste, la photo mis en ligne une semaine avec le lien de Pyrros.fr n’a engendré aucune visite, une pub tu parles !! un vrai vol de contenu …
Facture et pénalités.

Je suis sur la photo je fais ce que je veux, je ne suis pas un pirate :

Sache que […] sur la photo c’est moi !!!
Je ne t’es jamais donné l’autorisation de me prendre en photo et encore moins de la diffuser sur ton site ou ailleurs. Cela s’apparente à une atteinte à la vie privé, en ma personne… De ce fait cette photo m’appartient et j’en fais ce que je veux…!!!
Il n’y a pas de quoi se mettre en colère, moi je ne le suis pas et pourtant je pourrai l’être…Keep cool !!!
Le sujet n’est pas le propriétaire de la photo, dans le cas présent la personne ne pouvait ignorer mon intention annoncée, ni ma présence puisque sur la photo il regarde dans ma direction, la photo est réalisée avec un ultra-grand angle et il est facile de s’opposer à la diffusion de la photo.

Le pirate menaçant :

Va voir les flics et porte plainte MAIS surtout évite moi !!!
Et vu que tu t’es comporté comme un vrai « connard »sache que je vais en faire autant !!!
Publication large sur la toile style Facebook, Picassa et autres, avec quelque amis on aiment piraté…
On rogne le nom et Hop on publie…
Va falloir être vigilant il va y en avoir partout en distribution libre HIHAA !!!
C’est la monnaie de ta pièce MAIS MAINTENANT comme tu as eu ce que tu voulais, photo supprimée, ne t’attends pas à de la bonne pub, bien au contraire.
Tu vas être content, le pire tu ne sera même pas où tes photos circulent, c’est con.
Allez au plaisir de ne jamais te croiser il pourrait y avoir des étincelles !!!
Lui il n’a pas du lire mon tuto sur les méthodes pour retrouver les photos volées, il ne m’a sans doute jamais rencontré. En tant que particulier il a pris un avertissement et une facture type la prochaine fois la facture sera salée.

J’ai trouvé la photo sur Google ou Facebook :

Bonsoir,
Je suis désolé d’avoir utiliser vos photos, je les ai trouvé sur la page Facebook du […], dans les actualités et sur google images. Ayant mis un lien dans mon article vers la page ainsi dite, je ne pensais pas que cela poserais un soucis.
Malgré ça, je m’excuse sincèrement pour la gène occasionnée, et je retire de suite les photos de mon blog. Je ne voulais en aucun cas « voler » votre travail, comme dit précédemment, je met toujours les liens de crédit photo en bas de mes article, je pensais cela suffisant.
Prénom[…]
Tu voles le reportage en entier, il ne faut pas s’étonner de ma réaction.
Demande de suppression avec présentation de la facture majorée pour information, ça fait réfléchir.

Proposée par Joëlle Verbrugge : L’avocat :

« Une autre réponse originale, reçue il y a peu dans un dossier dont j’étais en charge, venant de l’avocat d’un adversaire, qui relayait les remarques de son client suite à ma mise en demeure :
« Mon client n’a pas délibérément copié votre photo. Il s’est « inspiré » de la plaquette d’une autre exploitation du même type que la sienne, plaquette papier sur laquelle se trouvait la photo.
D’ailleurs celle-ci ne contenait pas d’exifs ! »
Amusant non ??
Chercher des exifs dans un prétendu scan de plaquette papier….  mais au final, le site web en question, celui de  l’adversaire de ma cliente, affiche bien une photo numérique contenant… devinez… les exifs de la photo d’origine.. avec le nom de ma cliente comme auteur..
C’est beau le progrès.. c’est fou ce qu’on trouve comme informations dans la plaquette papier d’un concurrent qu’on n’a pas délibérément l’intention de copier non plus 😉

 

Vous aussi vous avez rencontré une réponse surprenante de la part d’un pirate, n’hésitez pas à m’en faire pour une prochaine éditions.

67 COMMENTAIRES

  1. Salut Pyrros. Étonnant que les gens passent du temps à surfer, chiner, glaner et qu’ils ne font pas un minimum de démarches pour envoyer un mail (si simple et rapide)… Très bon article ( les coulisses du blog)

    • @thierry974

      Braver l’interdit peut sembler plus simple à certains … d’autres ne se rendent pas compte de ce qu’il font. enfin certains sont justes pas malins …

  2. Perso je ne me fait plus autant chier, pour l’instant j’envoie tout à mon avocate, et si jamais c’est moi qui envoi la facture
    je ne me prend plus la tête .. les gens se servent sans permission, je leur envoi la somme à payé sans demandé un accord de leur part

  3. Impressionnant certaines réactions ! J’adore (enfin, si on peut dire) le « c’est moi sur la photo, donc la photo m’appartient ! »

    A ce sujet, ça serait intéressant de faire un article sur le droit à l’image, et surtout ses limites. Je crois que dans certains cas (manif publique) il est limité.

    • @arnaud
      effectivement il faut que je m’attaque à cette montagne qui cache de nombreuses particularités et jurisprudences.

      Les réactions sont parfois drôles, récemment j’ai une personne qui me demandait des photos que je n’ai jamais diffusées, parce que sinon elle n’allait pas avoir de photos pour son profil FB…

    • nan c’est assez simple,
      quand c ‘est une manifestations et que tu fais des photos ça peut être considéré comme de la liberté d’expression ou artistique, il faut juste faire attention à ce que l’image de la personne ne soit pas dénigré ( sinon elle peut attaquer)
      après le droit à l’image est surtout remis en compte quand tu prends une photo et que tu fais ton business avec

    • @GregB

      les jurisprudences créent de nombreux recoins qui compliquent souvent la chose…
      Mais il est vrai qu’une fois que l’on connait le sens général du droit à l’image on s’en sort déjà mieux

  4. Je ne m’y connais absolument pas dans ce domaine, et donc je ne comprends pas : n’est-il pas possible que certains soient de bonne foi et aient juste « trouvé » la photo en question, et sans connaître quoi que ce soit à ce qui se fait ou pas, l’ont utilisé sans penser à mal? C’est une vraie question, je ne prends pas la défense de quiconque, je cherche juste à comprendre =)

    • Ils peuvent être de bonne foi, mais il faut savoir une règle importante, normalement en dessous de chaque photo il est obligatoire de mettre le crédit du photographe simplement du faite par son droit de paternité ( même quand on vent les droits, il garde son droit de paternité)
      Après le soucis, c’est qu’il y a beaucoup de photographe qui donnent les photos, ou qui « bossent » pour des boites « gratuites » et du coup nous photographe pro, nous nous devons d’éduquer les personnes avec cela

    • @GregB

      Effectivement nous nous devons d’éduquer les « nouveaux photographes » pour éviter que le pillage se développe un peu plus chaque jour.

    • Ah oui d’accord je comprends mieux, je pense que je confondais avec le cas des photographes que vous évoquez dans votre commentaire. Merci pour cette réponse =)

    • @dominique

      Oui les personnes peuvent être de bonne foi mais dans mon cas et dans celui que je présente ici la photo est signée, même en cas d’absence de crédits le « pirate » doit pouvoir revenir jusqu’ici. Il arrive parfois que la photo soit recadré pour faire disparaitre la signature, mais avec les outils actuel on se rend vite compte d’où vient le vol initial de la photo.
      La loi aujourd’hui ne permet pas de facturer l’usage de la photo volée par d’autres personnes au voleur initial pourtant ca pourrait leur faire les pieds

    • Oui bien sûr, si la personne en vient à supprimer la signature ou modifier la photo le cas parait très clair pour moi. Là c’est clairement volontaire, d’autant plus que la personne sait de quoi il s’agit puisqu’elle prend soigneusement le temps de modifier la photo =) Je parlais uniquement du cas où une personne tombait sur une photo et l’utilisait « bêtement » avec un copier-coller sans avoir conscience du reste =) Mais vos deux réponses m’ont parfaitement éclairé, merci beaucoup!

  5. Eh !
    Dis moi, je peux piquer tes photos parce que je suis en panne d’inspiration, que j’ai pas le temps et que tu es meilleur que moi ?
    Si tu dis non, je le fais quand meme, na !

    Merci d’avance

    • @Geoffroy
      Tout dépend ce que l’on attend, il y a plus a gagner en facturant plein tarif + pénalités mais ce sont des procédures qui ont un cout humain non négligeable, qui intègrent la recherche de photos, l’identification de la personne et la facturation, il y a parfois les courriers AR et le frais annexes (huissier et avocat) qui coutent aussi.

      Au final on ne trouve pas toutes les photos, mais en plus les couts annexes rendent la chose pas toujours très intéressante économiquement pour le photographe. Reste l’impact pédagogique sur le voleur qui délesté de son argent réfléchi à 2 fois avant de renouveler l’expérience du vol de photos.

    • Merci pour ta réponse.
      Je n’ai pour ma part encore jamais été confronté à cette situation (ou alors je ne le sais pas !!). Le sujet est plus qu’intéressant, et je me posais la question par rapport au recouvrement des factures après constatation de piratage.
      Merci en tout cas pour ces croustillantes réponses d’internautes.

    • @Geoffroy

      une facture bien accompagnée suffit très souvent pour les « petits voleurs » les entreprises avec plus de moyens se permettent plus de faire appel aux spécialistes, pour justifier leur salaires, mais même si la procédure est plus longue elle se termine toujours (ou presque) en faveur du photographe.

    • Et bien je viens de découvrir plusieurs photos sur une bonne quinzaine de site web … autant de mails et de factures envoyé ! Je vous remercie pour ce post qui m’a aujourd’hui concerné !!! J’attends les réponses 🙂

    • @Geoffroy
      Il est normal de s’aider dans ce genre de situation, sinon la fois suivante on me dira mais machin accepte que l’on utilise ses photos sans rien demander ni payer.

    • @Oussama Moursil

      Il y a aussi des gens qui s’invite dans des maison qui ne sont pas les leurs on les appellent des cambrioleurs … Ne pas demander à son voisin le droit d’utiliser sa voiture s’appelle aussi du vol… Ne pas demander l’autorisation d’utiliser des photos ou lire les crédits d’un site internet peut couter cher tant pis pour ceux qui ne voudront pas perdre quelques minutes de leur temps précieux.

      Un proverbe dit : « Le temps c’est de l’argent » et effectivement ne pas vouloir prendre 3 minutes pour envoyer un mail peut couter bien plus que de l’envoyer …

  6. Mais alors qu’en est il quand on hotlink une image ? parce-que l’essence d’internet c’est quand même le tissage de liens… hotlinker est il répréhensible par la loi ? Parceque la on en fini plus, images, téléchargements de freeware etc… Jusqu’ou va le droit sur internet ?

    • @Patricia
      Le hotlink d’une image est un double vol heureusement facilement blocable.
      C’est l’utilisation d’une photo sans autorisation et surtout le vol de bande passante qui pour tout les webmaster à un coup.

      Contrairement au partage de liens ce n’est pas un tissage de lien mais bien un vol…
      Contrairement à un logiciel libre mes photos sont visibles gratuitement sur Pyrros.fr mais pas ailleurs sans autorisation. Les limites sur internet sont aussi entendu par le droit d’auteur comme on l’entend pour la musique ou pour les films…

    • @Patricia

      Ce n’est pas que du troll car certains grands sites web font des procès et retirer du contenu de Google
      Mais l’intérêt dans le cas de google est bien plus important que la perte.

      Reste l’affichage en grand d’une photo qui n’affiche pas le site mais la photo dans un cadre isolant la photo du reste du contenu qui l’accompagne. Heureusement il est possible de limiter ce type de système via un antiframe

    • @Pyrros

      Puisqu’on trolle : une photographie numérique ne peut être volée du fait d’une copie, puisque pour qu’il y ait vol, il faut que le photographe ait été dépossédé de celle-ci. (Rôôô, inutile de contre-argumenter : je trolle gratuitement, par pur plaisir, dans la voie ouverte par Patricia.)

    • @Martin
      on peut aller plus loin si on considère que le vol est qualifié par un condamnation. Que ce soit un bien matériel ou immatériel seule la décision d’un juge permettra de parler de vol.

  7. Les excuses sont toujours pareilles, qu’il s’agisse de photos ou de textes. Aucun respect pour les auteurs. Pire, du mépris clairement affiché. Désolant.

    (J’aime beaucoup les photos illustrant le présent article. Surtout la seconde, à dire vrai, hé hé.)

  8. Certaine de ces réponses sont tout de meme gratinées… J’avoue que notamment celle mettant la responsabilité sur le stagiaire m’a coupé le souffle ….

    En tout cas merci pour ce billet très instructif!

    • @Françoise

      Malheureusement aujourd’hui tout le monde est stagiaire, ça coute moins cher qu’un professionnel. Certaines entreprises ne se cachent plus pour les employer à la place de vrai professionnel profitant du système. Il suffit pour le voir de constater le nombre d’offres de stages proposés par les entreprises.

  9. Je trouve que celle du stagiaire est vraiment la meilleure. La plupart des fautifs n’assument finalement pas leurs erreurs et manquent d’honnêteté, c’est dommage. En tous cas, je trouve ta réaction bonne d’envoyer la facture plutôt que de simplement menacer ou demander de retirer le visuel.

    • @nesk

      Quand certains n’ont pas été éduqués correctement et qu’ils sont désormais adultes une seule pédagogie peut se faire entendre celle du portemonnaie.

  10. Un article d’actualité.
    Par contre pour la photo avec la personne dessus, le cas est plus mitigé. En tant que photographe nous gardons la propriété de nos photos, mais en France il existe le droit à l’image pour les personnes prises en photo.

    On perd notre droit à l’image par rapport au droit à l’information, mais même dans ce cas il y a des règles. Par exemple il ne faut pas que la photo mette en évidence une personne en particulier dans la foule. Donc si la photo est prise en grand angle, même si la personne regarde le photographe, cela ne donne pas le droit de publier la photo sans son accord écrit. Donc dans l’exemple cité les deux parties sont en tord.

    Si on veut que les gens respecte nos droits d’auteur, il faut que l’on respect leur droit à l’image ;o)

  11. Ah je pense qu’il y a confusion sur mes propos, j’ai dû mal m’exprimer.

    Déjà pour être certain que l’on parle de la même chose je parle de l’exemple donné sous le titre « Je suis sur la photo je fais ce que je veux, je ne suis pas un pirate ».

    Je ne disais pas que la personne sur la photo a le droit de l’utiliser sans l’autorisation du photographe, je disais que le photographe n’a pas non plus le droit d’utiliser une photo où une personne est identifié comme sujet principal sans son « autorisation écrite ». En France la loi et la jurisprudence sont bien équilibrées entre le droit d’auteur et le droit à l’image.

    L’exemple donné suite à mon intervention est un cas qui n’a rien à voir puisque « Joëlle Verbrugge » expose un cas ou le photographe a une acréditation pour un spectacle (donc un accord écrit pour prendre des photos), Si c’était le cas pour le cas présenté dans votre article, ce n’est pas précisé. De plus dans son exemple le photographe n’a pas donné son accord pour une « utilisation commerciale » de sa photo, ce qui n’était pas le cas de la personne sur votre photo (enfin ce n’est pas précisé).

    Je vous renvois vers cet autre article de la même auteur qui appui mes propos, mais je pourrais vous en trouver plein : Droit à l’image et autorisation tacite les limites

    La plus part du temps, lors qu’une personne prise en photo et dont la photo est publiée sans son « accord écrit », porte plainte, le jugement lui est favorable. Le fameux accord tacite est vraiment très limité dans l’interprétation de la loi. Dans 99% des cas il est reconnu un accord tacite uniquement si la personne pose réellement pour le photographe. Un accord tacite ne se résume pas du tout à un regard jeté vers le photographe. Sans compter qu’en photo, il faut réussir à prouver que l’accord tacite ne se résume au fait que le regard du sujet croise l’objectif du photographe au moment de la prise de vue, ce qui est quasi impossible à prouver et donne donc raison au plaignant et pas au photographe.

    Donc autant la personne prise en photo n’a pas le droit d’utiliser la photo sans l’accord du photographe, autant l’inverse est vrai aussi sauf dans des cas très exceptionnels et très encadrés qui doivent réellement prouver l’accord tacite ou l’intéret informatif du sujet qui effacerait le droit à l’image.

    • Nous parlons effectivement delà même chose et la photo est diffusée dans le cadre très encadré. Le sujet pose pour le photographe et ne peut ignorer son intention, de plus la photo est à caractère informative.
      Je ne peux pas en dire plus ici, on ne sais jamais la personne pourrait finir pas se faire reconnaitre.

    • @Xavier Delorme
      Nous avons tous vécus ce genre de situations et je ne doute pas que certaines réflexions puissent donner aux photographes des idées pour mieux se défendre.

    • @snash

      Si cela peut t’être utile 😉 J’espere que les « voleurs » comprendront et ne renouvelleront pas ce genre de choses.
      Mais au fait comment les as tu découverts ?

  12. Excellente idée de présenter les réponses des pirates sans scrupules, pour la plupart. Y’en a des salées, quand même, ça montre bien l’état d’esprit des gens face aux notions de propriété. Affligeant!

    • @Laurent

      Ce matin j’ai découverts des avis sur l’utilisation des photos qui m’a fait froid dans le dos je donne le lien demain dans la revue de web de la photo.
      On a encore du travail pour ne plus se faire voler.

  13. Certain de mes collègues me reproche d’être un peu trop possessif… J’ai eu un cliché qui était utilisé en clip vidéo pour une musique bretonne, d’ailleurs je ne vois pas le rapport entre une photo d’orage et la Bretagne, bref… J’ai signalé le problème à Youtube (video supprimé le jour même) Et j’ai procédé pareil sur Facebook, une de mes photos était utilisée en couverture de quelqu’un (la même que sur le clip vidéo). Bien sûr dans les 2 cas, pas nom de l’artiste car cela provenait d’un site qui avait gentiment détouré l’image d’origine pour enlever le nom. Je lui ai envoyé le même courrier type que le vôtre présenté ici et le webmaster s’est senti agressé. Je lui fait comprendre que retirer le nom sur une photo, c’est « malpoli » 😉
    Ai-je bien fait… le doute m’habite.

    • @Xavier Delorme

      Il est normal d’être un peu possessif de ses photos, surtout quand on prend du temps, de l’argent et des risques pour pouvoir les réaliser.
      Si la photo ne fait pas mention ni de ton nom ni de lien vers ton site web elle ne sert aucunement ta cause. Il est donc normal de le rappeler aux webmasters, il faut parfois taper fort, généralement au portefeuille pour le message passe bien.
      Avec le courrier je recommande de l’envoie d’une note fictive ou bien réelle (selon l’interlocuteur), ça permet de sensibiliser en profondeur les voleurs, surtout quand la note est plus élevée que les bénéfices publicitaires du voleur.
      Si cela ne suffit pas il faut trouver 2-3 photographes eux aussi volés et le leur faire savoir pour mener une action commune d’information et de facturation contre le site.

    • Merci pour ces encouragements. Oui comme vous avez pu le constater mon sujet photographique est un gourmand en ressource.
      En tout cas, votre lettre est effectivement efficace. Les contrevenants se sont vite manifestés et n’ont pas eu de souci à coopérer.

      Merci encore pour votre aide.

  14. Je tenais à témoigner pour ma part de l’accaparation de crédits photo par la presse. Prenant régulièrement de photos de groupes de bénévoles ou de spectacles. Souvent ces bénévoles me demandent un exemplaire à envoyer à la presse pour illustrer leur actualité. Les journalistes ayant généralement d’autres chats à fouetter font leurs interviews par téléphone et demandent une photo. Quelle surprise par la suite de voir l’article de presse avec la photo attribuée en crédit à l’auteur de l’article ou au nom du journal en question, surtout quand l’organisateur a bien spécifié les crédits photo au journaliste. Mail systématique à la rédaction des journaux incriminés et réponses toujours aussi évasives en guise d’excuses. Si même la presse ne respecte pas la propriété intellectuelle, il n’est pas étonnant que les particuliers en fassent de même. Ils rectifient les crédits sur la version web et PDF, mais la version papier ne bénéficie pas de la même rectification. C’est sûr, on ne va pas dire aux lecteurs que le journaliste n’a même pas daigné se déplacer pour venir prendre les photos !!! Je pense que je vais faire comme toi Loïc, je vais envoyer une facture type avec ma demande de rectification, histoire de les faire réagir rapidement et efficacement. Quand on te fait le coup une fois, ça passe, tu es content de voir ta photo dans le journal, mais quand l’histoire se répète plusieurs fois dans l’année, ça a de quoi fâcher.

    • @Philphoto68
      Je dirais que la première fois j’étais partagé entre satisfaction d’avoir fait la photo qui est publiée le regret d’avoir pris la place d’un autre photographe.
      A l’heure ou 20 minutes se sépare de ses photographes il convient à tous de ne pas se laisser voler par des actionnaires

  15. Bonjour, qu’en est-il de la responsabilité d’un site communautaire qui publie liens et infos concernant la communauté en question, lorsque l’un de ses membres ayant un site par ailleurs publie un flyer signé sur lequel on trouve une photo volée ailleurs et représentant des gens à visage découvert et n’ayant aucun rapport avec le thème du site? Qui sera tenu pour responsable? Le site d’origine qui a fabriqué ce flyer illégal ou le site communautaire relayant les infos que les membres envoient?
    Etant membre du site communautaire en question j’ai alerté l’administration du site, qui semble, elle, penser que seul le membre qui a signé ce flyer est responsable, j’aurais aimé savoir ce qu’il en est exactement? Merci d’avance pour votre réponse et bravo pour votre site, je suis moi même photographe amatrice et je surveille toujours ce qui peut se passer avec mes photos, par principe.Cordialement

    • @axelle
      Sans être spécialiste je sais que certains sites ce dédouanent de leurs responsabilités de diffuseurs, toutefois il me semble possible de les poursuivre, libre à eux de poursuivre le membre indélicat par la suite.
      Généralement les sites communautaire pour ne pas subir les foudres des instances sont réactifs et suppriment les publications litigieuses.

LAISSER UNE RÉPONSE