Le photojournalisme est mort

1

Le photojournalisme est mort. Ce n’est pas le manque de vocations pour ce métier, ce n’est pas non plus le manque d’intérêt pour les photos-reportages, non non. Ce sont les photographes amateurs qui pour quelques minutes de gloire, et plus rarement contre quelques centimes, en sont la cause. Bien sûr toute la responsabilité ne leur revient pas entièrement. Les journaux et leurs responsables ont un rôle important dans cet assassinat, ils ne veulent plus financer les reportages ni prendre en charge le long travail d’éditing que cela demande.

 

Avec la démocratisation de la photo et encore plus avec l’apparition des « photophones« , tout le monde ou presque, peut s’improviser photo-journalistes. Ces nouveaux photo-journalistes qui proposent des photos à des prix défiants toute concurrence, sans respecter aucune règle de commerce, représentent le meilleur moyen pour les journaux de faire des économies.

Ainsi CNN a lancé, il y a quelques mois, un service (iReport) permettant à tout le monde de proposer ses photos afin d’illustrer le site de la chaîne américaine. Aujourd’hui, ce service a fait ses preuves pour obtenir des images rapidement, prise sur le vif, comble les manques liés à l’absence des vrais photos-journalistes qui ne peuvent être partout tout le temps. Mais il apparaît que les photos ainsi récupérées ne coûtent quasiment rien à la chaîne. Devant cette importante économie réalisée la chaîne a donc décidé de supprimer 12 postes de photo-journalistes.

 

En France de nombreux médias font aussi appel aux photographes et/ou vidéastes amateurs pour compléter leurs informations. Ils oublient souvent de préciser la source de ces documents. Je ne parle donc même pas de la rétribution de ceux-ci.

 

Après la mise en place des microstock, voici un nouveau coup dur porté à l’encontre des photographes professionnels. On peut s’interroger sur la qualité de ces photos, mais aussi et surtout sur l’intégrité de ces photos. Dans la course à la gloire n’est-il pas à craindre que certaines photos ne soient que des montages ou déforment la réalité faute de déontologie.

On peut aussi s’interroger sur l’avenir de la photo d’investigation quel photographe amateur prendra le risque de réaliser ce type de reportage ??? Mais si il n’y a plus de photo-journaliste comment ferons-nous ?

 

Pour aller plus loin sur la mort du photojournalisme :

1 commentaire

  1. […] Enfin après un an de photos, le Père Noël et ses lutins se diront que le reflex numérique n’était pas une bonne idée. Il envisagera alors sérieusement l’option du cintre en se demandant si il ne faut pas vous mettre en garde de ne pas changer armoire(s) et tenue(s) vestimentaire(s) pour entourer parfaitement la paire de cintres reçue à Noël. Il est peu probable qu’il vous apporte un cadeau en lien avec la photo :  le talent dont vous avez besoin pour réaliser des photos dignes des plus belles publications gratuites… […]

LAISSER UNE RÉPONSE