Google Image veut tuer les photographes et les créateurs de contenu

34

Depuis quelques jours Google déploie un nouveau système d’affichage des recherches dans Google Images.

 

Avant ce nouveau système, il était possible pour le visiteur d’afficher le résultat dans une Frame que nous (webmaster) court-circuitions avec le plugin de Cédric Girard. Mais aujourd’hui ce nouveau système ne nous permet plus d’agir ainsi. C’est donc une perte de visiteurs et pour certains créatifs, dont le modèle économique repose sur la publicité, c’est une perte de revenu. Les photographes américains qui  ont testé subit ce nouveau système annoncent entre 25 et 50%  de visiteurs en moins.

Le nouveau Google Image veut tuer les photographes.
Le nouveau Google Image veut tuer les photographes.

Ce ne sont pas les boutons mis en place à coté de la photo qui apporteront des visiteurs. De plus le système favorise le piratage des photos qui sorties de leur contexte n’affichent pas les mentions légales associées à la photo. Tout juste pouvons nous lire un pathétique « L’image peut être soumise à des droits d’auteur.« . Google serait donc incapable de lire les champs IPTC que nous remplissons et qui comportent toutes les informations à ce sujet.

Boutons du nouveau Google Image
Boutons du nouveau Google Image (Avec autant de place il ne serait pas surprenant d’y voir s’afficher des pub)

 

Dans les résultats de recherches les photos sont affichées selon la résolution de l’écran de l’utilisateur mais sont envoyées via le système du hotlink en plein format ce qui permet au « pirates » de photos de se servir allègrement des photos qui sont diffusées au même format que celui de la source.

Google diffuse les photos plein format vie des hotlink. C'est la double peine pour les photographes.
Google diffuse les photos plein format vie des hotlink. C’est la double peine pour les photographes.

Même si la solution du filigrane ne plait pas à tout le monde c’est pour le moment la seule qui freine le vol de photos. Peut etre que c’est celle qui donnera aux photographes la possibilité d’attirer encore quelques visiteurs sur leur site.

 

Un moteur de recherche doit à mon sens donner envie au lecteur d’aller plus loin dans sa lecture en affichant un extrait ou aperçu, de texte, de vidéo ou d’image pas la totalité en excluant de fait le créateur de contenu. Et vous quel est votre avis sur ce nouveau Google Image ?

34 COMMENTAIRES

  1. Tu connais déjà mon avis mais bon…

    Il faut reconnaitre à Google que cette nouvelle interface est superbe ET pratique.
    Pratique pour naviguer dans le contenu et pratique pour récupérer du contenu sans ce soucier du droit d’auteur.

    Cependant, comme pour les éditeurs de presse, je pense qu’on ne peut pas demander le beurre et l’argent du beurre.
    A savoir, on ne peut pas demander à Google de nous faire un agréable moteur de recherche et lui reprocher d’indexer (et présenter) notre contenu.
    Bien sûr que nos images sont reprises ici et là sur le web. Mais c’est le web ! C’est un outil de partage, c’est ce qui fait sa force !
    Si on ne veut pas voir son image en bonne qualité sur Google Images, on ne la met pas en bonne qualité sur le Web.
    Et si on n’est pas d’accord avec Google, il suffit de bloquer son indexation avec une simple ligne dans son site web :

    Le web existe, le web a ses bons et ses mauvais côtés.
    A nous, éditeurs du web de s’adapter à lui et à son utilisation, de trouver de nouveaux moyens de diffusions intelligents, d’inventer des « filigrammes » intelligents.
    Pourquoi devrions-nous interdire une jolie interface de recherche à tous les utilisateurs du web pour quelques-uns d’entre nous ?
    Arrêtons de nous plaindre. Evoluons !

    • @Salvi
      Loin de moi de reprocher à Google de faire son travail de référencement, ce que je reproche c’est de rediffuser à son compte l’intégralité d’un contenu permettant au lecteur de se passer du site d’origine.
      Dans le cas de photo il serait pour moi logique que Google diffuse un aperçu de la photo mais en aucun cas la version pleine résolution. C’est pour ça que j’avais un plugin « anti-frame ».

      A l’avenir je vais faire quoi ? Je donne directement mes photos à Google et je l’utilise comme FlickR ?
      Ca ne sert à rien que je fasse des choix (présentation du site, texte etc) pour présenter mes photos si google vient à se comporter comme une banque d’images ça ne sert plus à rien.

      Tu le sais comme moi on ne peut pas se passer de Google pour obtenir des visiteurs, si on veut gagner des visiteurs il faut que les fichiers de photos aient une certaine qualité sans quoi google les envoie très loin dans les pages de résultat. Le cercle est vicieux.

  2. Ah oui, j’oubliais…

    Google Image ne veut pas « tuer les photographes et les créateurs de contenu » mais juste faire rester les utilisateurs plus longtemps sur son site pour vendre plus de pubs.
    Nuance.

    • @Salvi

      C’est donc bien la preuve que Google, première régie publicitaire sur internet, veut le beurre et l’argent du beurre en spoliant les créateurs de contenu.
      Les quelques centimes qui sont habituellement reversés aux créateurs via leur site seront directement gagné par Google.
      Google ne veut donc pas tuer les photographes mais les voler et si ils n’ont plus à manger ils iront faire autre chose que des photos.
      CQFD

    • C’est ce que je disais aussi dans mon commentaire.
      Ca marche très bien le blocage de référenceur, mais il est un choix risqué pour le site, c’est sûr !

    • C’est clair que c’est se tirer une balle dans le pied. 😉
      Dans ce cas, un filigrane sera une des solutions à envisager, hélas. Ou alors revoir son fil de production en évitant de fournir des images en haute def et se contenter de résolutions ne mettant vraiment pas en valeur son propre travail.
      C’est un long débat, en effet! 😉

  3. Comme chaque créateur de contenu, webmaster ou experts SEO, le but est AUSSI que nous existions sur le WEB. On le sait, cette existence passe pour beaucoup à être bien référencé dans Google. Ne pas être bien référencé par Google, c’est comme ouvrir une boutique dans le fin fond de la Creuse, là où il n’y a personne.

    Ce nouveau système, très bien expliqué dans l’article, fera en effet baisser les visites sur un site, comme cela semble être le cas aux US (J’aurai aimé les sources des chiffres annoncés, la perte entre 25 et 50% me semble sur-estimée). En revanche, on ne peut reprocher à Google d’améliorer l’expérience utilisateur, et de faire quelque chose de plus agréable.

    Alors peut être qu’il faudra en effet chercher à diminuer le travail d’indexation des photos, peut être coller un joli texte en travers avec la mention »Plus de photos sur mon site »… Et encore, sans être certain que ce soit une bonne idée.
    Aujourd’hui, il est peut être aussi temps de travailler un peu plus sur le SMO. Les réseaux sociaux sont une source de trafic importante. Je le vois avec Twitter…

    Je pense que ceux qui « volent » les photos, que ce soit sur Google ou sur nos propres sites, n’ont pas l’intention de les acheter et ne sont donc pas la cible de nos « business ». En revanche, celui qui est prêt à acheter une photo, lui, ne se contentera pas de rester sur Google.

    J’crois que, comme le disait Salvi, il faut s’adapter. L’existence du créateur de contenu sur Internet tient, comme je le disais, à sa visibilité. On peut faire des compromis, mais pas cracher sur Google sans en subir des conséquences.

    Ce n’est que mon avis, une réflexion à chaud, je ne dis pas que mes propos sont les meilleurs…

    • @YvesLyon
      source des chiffres (entre autres)

      Dans la diffusion des sites on ne peut pas mettre tous nos œufs dans le même paniers car tous les utilisateurs ne s’y trouvent pas. Le SMO se développe et grignote des parts au SEO mais faut il laisser faire quand on sait que la majorité de nos visiteurs vient toujours des moteurs de recherches.

      Concernant la cible il faut penser aux stagiaires à qui ont donne se travail de recherches d’images avec comme consigne un bon rapport Q/P. Depuis Google elles sont gratuites, pas depuis mon site ou ils pouvaient atterrir.

      Nous sommes encore des explorateurs, les colons d’un monde que peu de gens connaissent et maitrisent mais évitons de se marcher dessus les uns les autres.

    • Merci pour le lien sur les chiffres…
      Non, je ne dis pas évidemment d’oublier le SEO. Il ne faut négliger aucune source de trafic, c’est tout. Mais tout ça, c’est clairement un très gros travail, très chronophage.

      Ho tu sais, y’a aussi les iconographe qui se « servent ». Y’en un même un (d’un gros magazine français), qui m’a demandé de lui cédé gratuitement les droits car c’était pour illustrer un article « promotionnel » (un article sur des gites de la région de Bordeaux).

      Oui, nous sommes des « colons »… et loin de moi l’idée de marcher sur les autres. J’ai à de nombreuses reprises aidé des amis photographes sur leur site et je continuerai à les aider 🙂

    • @YvesLyon

      Quand je dis ne pas se marcher dessus je pense à tous les acteurs du web Google y compris.

      Hier je suis à 17% de pertes sur les requêtes d’images …

    • Pour réagir sur le lien laissé de Rue89 : j’ai ri jaune en voyant « professionnel en statut d’auto-entrepreneur »
      Chais pas comment il facture et comment il gère ses charges (rien que le matériel !)… enfin !

      Intéressant comme dit Pyrros, mais surtout déprimant 😉

    • @Seb F
      L’auto entreprise n’est pas incompatible avec le professionnalisme du photographe, ça peut servir de tremplin ou pour une activité complémentaire légale.
      Le seul bémol du statut d’AE c’est la limite de chiffre d’affaire annuel.

    • Autant pour une activité COMPLEMENTAIRE, je veux bien imaginer que des gens n’aient pas envie de se casser la tête (même si ça me défrise : le statut n’est pas adapté que ce soit en terme de charges dégrévables ou comme tu le dis en limite de CA).
      Si des gens ne font pas l’effort de choisir le statut adapté, comment peut-on parler de professionnels ?

      Dans l’article, il me semblait qu’il avait dépassé le stade de l’activité complémentaire en plus 😉

    • @Seb F
      Chaque situation est différentes il n’est donc pas possible de tirer des généralités, surtout quand on voit que les organismes de conseils ne sont pas cohérents entre les conseillés d’un même bureau.

  4. Jusqu’ici j’utilisais l’excellent plugin de Cédric Girard car je suis pas trop chaud pour les filigranes.

    Le problème avec Google c’est qu’il domine le marché et qu’aucun concurrent ne fait le poids pour venir prendre le contre-pied.

    • @Fabien

      Qui osera défier le géant, Free à bien essayé (en bloquant la pub) mais ils ont du bien se marrer à Mountain View, contrairement à ceux pour qui c’est important.

  5. Assez d’accord avec les commentaires de Pyrros : il y en a marre de ces géants qui veulent le beurre et l’argent du beurre sous le prétexte qu’en face « ce sont des petits, en plus sans organisation faîtière ».

    Maintenant définitivement d’accord que l’on doit tous évoluer avec son temps… Reste à trouver comment !
    J’aime particulièrement l’image du colon… et j’y collerais même plutôt l’ambiance Far-West à l’époque de la ruée vers l’or.
    Seuls ceux qui peuvent / savent se défendre survivront !

    • @Seb F.
      Esperons que quelqu’un soit suffisamment doué pour nous défendre.
      Mes compétences informatiques sont trop limités pour créer la solution.

  6. Aie, aie… Là, à part un gros,filigrane invitant à se rendre sur notre site, je ne vois pas trop quoi faire :-/ Je n’y connais pas grand chose, mais peut-être un double système : photos avec filigrane sur Google invitant à visiter le website, et photos sans filigrane sur notre site, mais non indexées par Google ?

    /HS : pour en revenir à cet article de Rue89, la forme de l’expo m’interpelle aussi quelque peu : des photos exposées à plat sur de grandes tables ???
    /HS

    • @Seb
      Oui la solution sera une double diffusion de la photo, une pour le site et une pour google, le tout est de savoir qu’est ce qu’on renvoie à google.
      Plus que le filigrane je pense qu’un aperçu de la photo serait plus judicieux, mais les photos seront elles aussi bien référencées ?
      On sait que Google donne une importance à la qualité et surtout à la taille des photos pour les référencer cela pourrait changer la donne, même avec un filigrane.

  7. Si cela peut faire bouger, les politiciens, déjà que google ne restera pas impuni(oui c’est un grand mot mais ça sonne bien) concernant le contenu de la presse qui est dupliqué et repris par Google,une lueur d’espoir peut-être…

    • Les éditeurs de presse (deja fortement aidé) ont eu gain de cause grâce à un puissant lobby.
      Pour les photographes ce lobby n’existe pas. La lutte est donc plus difficile.

  8. Ce que je vais dire ne va sans doute pas plaire, mais beaucoup trop de gens oublient que Google n’est pas un services publique. Chacun est libre de demander à Google de ne pas être indexé sur le moteur.

    Pour ce qui est des copyright non affichée je ne pense réellement pas que ce soit ça qui ai jamais empêché les pirates de photo de tenir compte ou pas des droits du photographe. Malheureusement de nos jours il est impossible d’empêcher de copier les photo que l’on accepte de mettre sur Internet. il suffit de regarder le code source pour télécharger la photo en plein format. La meilleures solution est de ne pas mettre de photo sur Internet. Le fait que les gens pirates les photos n’est en rien de la responsabilité de google, mais de l’incivilité des individus.

    Bref, je comprends que cela pose problème et que le nombre de visites risque de chuter sur nos site; mais malheureusement Google est maître chez lui. Le mieux est de blinder son robots.txt pour empêcher Google d’indexer le répertoire où l’on place les photo en grand format. Sinon libre à nous d’interdire à google d’indexer notre site.

    • @benoit
      Effectivement Google n’est pas un service public. Peut on aujourd’hui sur internet exister sans ses services ? Cela parait hautement improbable.
      Mais aujourd’hui le nouvel outil mis en place par Google simplifie le piratage.
      L’absence de « copyright » ne limitera pas le piratage mais cela entretient le flou dans l’esprit des utilisateurs de google qui l’utilisent comme une banque d’images « gratuites », perdus dans les diverses licences, libre, pas libre, CC etc …

  9. Alors là je trouve ça juste dégueulasse, si on résume la situation Google se sert de nos photos pour satisfaire ses visiteurs, utilise la bande passante de nos serveurs pour afficher l’image à celui qui la recherche mais ne renvoie pas de visite sur nos blogs. En bref comme tu dis il veut le beurre et l’argent du beurre et je trouve cela très égoïste…

LAISSER UNE RÉPONSE