Orages à Toulouse 27 au 28 juin 2012

48

Plusieurs orages ont contournés Toulouse dans la nuit du 27 au 28 juin 2012, la première cellule orageuse est arrivée vers 23.30 et la dernière à libéré le ciel vers 2.00.

Après une longue journée de canicule, la nature nous a offert un spectacle puissant et effrayant pour certains, photogénique pour d’autres. Alors que la pluie ne voulait pas s’inviter à la fête j’ai pris mon trépied et mon matos pour aller capturer cet orage depuis le parc de l’Obélisque qui surplombe la Ville Rose.

Sur place j’ai retrouvé d’autres personnes qui souhaitaient observer ce spectacle magique hypnotisant et parfois surprenant, plusieurs photographes sont aussi passés pour prendre la foudre en photos.

Les cellules orageuses qui contournaient Toulouse sont passées par le nord vers Blagnac et par le sud vers Muret. Le danger minime dans le jardin de l’Obélisque (à la mémoire du 10 avril 1814) m’a permis de faire des photos pendant près de 2h avant que le dernier orage passé par le nord ne s’éloigne. Il était à ce moment possible d’observer les étoiles mais la pluie s’est rapidement invitée pour apporter un semblant de fraicheur.

Orage à Toulouse, dans la nuit du 27 au 28 juin 2012 plusieurs cellules orageuses contournent Toulouse.
Orage à Toulouse, dans la nuit du 27 au 28 juin 2012 plusieurs cellules orageuses contournent Toulouse.

Durant plus de 2 heures la nature nous a offert de nombreux éclairs ramifiés, rappelant parfois le système racinaire des arbres.

Ces orages puissants ont localement apporté la pluie et parfois la grêle, pour certaines personnes terrifiées par l’orage de Toulouse ou ne pouvant s’endormir sous les impacts de foudre la nuit aura été particulièrement longue, mais il ne faut pas oublier que les orages sont des phénomènes naturels et qu’il est impossible de lutter contre, si ce n’est s’en protéger.

L’orage s’est révélé particulièrement violent sur Blagnac et de nombreuses personnes habitant la ville qui accueille le siège d’Airbus ont été surpris par l’intensité de celui-ci.

Infoclimat a relevé dans son réseau français la température maximal de 37.1°C à Toulouse Blagnac durant la journée du 27 juin 2012.

Apprenez à photographier les orages en lisant le tutoriel suivant : Photographier les orages, comment faire ?

48 COMMENTAIRES

    • @Salvi
      La photo d’orage c’est comme pour un feu d’artifice
      Trépied, pose longue 10 à 30s selon l’ouverture pour capter l’environnement, une ouverture comprise entre 5.6 et 9 selon la puissance probable des impacts.

  1. je déteste les orages et c’est sous la couette que je les subis. Hier il faisait très chaud certes mais des fous ont eu le courage de se promener dans la nuit pour prendre quelques magnifiques photos d’éclairs. Merci Pyrros, j’essaierai de les regarder en face (peut être) car cela semble être un très beau spectacle ! pour ce beau reportage BRAVO !

    • @patapon

      Depuis ta maison ou ton balcon même derrière une fenêtre il est possible de voir ce spectacle. Plus que la lumière de la foudre, c’est le bruit qui impressionne.
      Si je fais ces photos c’est aussi pour permettre aux plus terrifiés de pouvoir observer sans le bruit un orage. Mais les conditions pour réaliser ces photos ne sont pas toujours simple à réunir.

    • @Neadkolor

      Merci, quand on fait des photos il faut toujours garder son matériel prêt à être utilisé, hier soir j’ai pris la décision de partir à la chasse à l’orage à 23:15 heureusement tout était prêt 😉
      Plus que le Kway tu dois surtout prévoir des zones de sécurité si la cellule orageuse vient à apporter de la grêle ou pire se dirige vers toi.

  2. Bravo, de très belles photos de foudre. Je ne m’y suis encore jamais essayé, mais ça m’a franchement motivé!
    Par contre, j’habite juste au Sud de Toulouse, et je n’ai même pas entendu cet orage, il devait être bien localisé!

    • @Donlope

      Pas si localisé puisque la foudre est tombée au sud et au nord de Toulouse mais selon les endroits on l’entendait plus ou moins. Parfois on entendait qu’un grondement sourd et à d’autres moments un claquement plus sec.
      N’hésite pas à essayer la photo d’orage, c’est assez simple il faut juste être au bon endroit au bon moment.

  3. […] A découvrir sur son site, ici : http://pyrros.fr/toulouse/orages-toulouse-27-au-28-juin-2012/ […]

  4. Bonjour , je suis absolument émerveillé par vos photos , je suis moi aussi passionné par les orages , je voudrais bien vous rencontrer , je travail à Air France et je suis pilote privé , je vis à Montastruc la C. , l’orage était au dessus de nous .
    Cordialement , Robert .

  5. Bonjour,

    j’avais essayé de faire des photo d’éclairs mais essai peu concluant.

    technique simple avec une pause longue, j’en prend note, mais encore faut-il arriver à prévoir où va tomber l’éclair et dans combien de temps ?

    bravo pour ces beaux clichés qui n’ont pas du être si facile à saisir.

    Aymeric

  6. Ce sont des photos magnifiques. Moi j ai tres peur des orages et souvent je me demande sur qui cela peut bien tomber.

    J’espere que nous n’aurons pas trop d’orages chez moi cette annee

    • @pierre

      Merci
      la chose sur laquelle tombe la foudre est au courant 😉
      Au contraire j’espère pouvoir faire d’autres photos d’orage, mais je comprends cette peur souvent liée à la surprise du claquement de l’orage.

    • @Pitch

      Je sais que c’est le bruit qui fait peur. Pourtant c’est une information importante lorsque l’on fait des photos d’orage ça permet de calculer la distance de l’orage et donc de pouvoir s’en protéger.

      La lumière se déplace à 300 000 km/s, on peut considérer que l’on voit l’éclair instantanément, le son se propage à 340m/s, en 3s il parcourra 1020m, soit à peu près 1km.

  7. les orages sont à la fois impressionnant et captivant je rêve de faire des photos mais j’ai pas l’équipement ….en tout cas cette nuit là je suis restée un bon moment à regarder ces fabuleuses illuminations du ciel ! merci pour tes belles photos merci la dépêche du midi pour nous les avoir fait découvrir.

    • @Anne

      Il suffit d’un appareil qui permet de regler sa vitesse d’obturation un bridge voie un compact suffit. Il faut ensuite un point d’appui stable, le mobilier urbain peut être utiliser comme support à la place d’un trépied.

  8. Bon je sais ce que je vais essayer de m’offrir cette année pour mon anniversaire un appareil photo le mien étant trop fatigué ….mais je ne pense pouvoir rivaliser !!!!!!………bonne continuation très beau travail..

  9. Magnifique et terrorisant. Quelle puissance contenue dans ces explosions lumineuses et auditives !!!
    Ne trouvez vous pas que ces éclairs immenses font penser aux tracés des systèmes circulatoires ou nerveux du corps humain ??? L’énergie de la vie en somme.

    • @Gerdan

      Effectivement on peut trouver dans les éclairs ramifiés des ressemblances avec le système circulatoire ou le système nerveux, d’autres y verront des tracés rappelant les racines d’un arbre ou rappelant les galeries d’une fourmilière. Dans tous les cas cela représente la force de la nature et donc de la vie 😉

  10. Magnifique reportage, merci ! J’arrive ici suite à l’article de la Dépêche.
    Mercredi soir j’ai « vu » l’orage arriver vers l’aéroport tout proche de chez moi, c’était géant ! Cela craquait, claquait de plus en plus violemment, illuminait et m’a rappelé mon enfance où petite à Dakar, je me mettais sous la table de la cuisine pour les voir par la fenêtre !
    Et j’ai toujours en tête dans ces moments ce que mon père nous avait appris : « multiplier par 3 les secondes après l’éclair pour connaître la distance approximative de l’orage ».
    Je suivrais votre tutoriel ! Mes essais avec mon compact n’ont pas réussi, il ne déclenchait pas assez vite et temps aléatoire entre les éclairs !
    Bien cordialement.

    • @Catherine

      Vous avez été nombreux à venir découvrir mon billet et plus largement mon site suite à l’article de La Dépêche.
      Toute la fascination ou la peur de l’orage se construit durant l’enfance, j’adore ces histoires mêlant curiosité (voir l’orage) et peur (sous la table) qui montre bien que l’orage ne laisse pas indifférent.

      Je ne comprends pas ces familles où les parents sont sources de peur face à la nature en adoptant des comportements parfois hystériques voir dangereux.

  11. J’arrive un peu après la guerre, mais la série est juste magnifique… Tu oses sortir toi ? Moi je reste chez moi à l’abri de mon balcon… Du coup ca limite grandement les points de vue et cadrages possibles 😉
    Ah, et c’est un lien pour les yeux ca, sans autre 😉

    • @Seb F.

      Bien sur que je sors … tant que la cellule n’est pas sur moi je n’ai pas de soucis et j’en profite
      Depuis la voiture on est protégé, elle forme un sorte de cage de faraday et permet de faire des photos avant que la pluie n’arrive.

      En transférant les photos je savais qu’elles avaient une chance pour le prochain « lien pour les yeux » 😉

  12. J’aime entendre le tonnerre voir les éclairs mais un jour en montagnes ariegeoises du cote de merens

    je me suis trouvé comme cerné par eux à en devenir sourd,çà dechirait les entrailles de la

    terre’je n’emmenais pas large mon baton de montagne je ne savais pas dans quel sens le tenir

    avec la pointe ferrée ,les miches à zero mais seul et je jubilais

    • @Jymy

      En montagne selon le relief au claquement produit par la foudre s’ajoute l’echo. Il ne fait pas bon à rester dans une zone de montagne où l’orage se dirige.

      Mais lorsque l’on est protégé comme dans un refuge le spectacle que la nature nous offre est parfois exceptionnel comme la nuit d’orage que j’ai pu passer au refuge de l’Escalette avec les éclairs qui tombaient sur les sommets en face du refuge ou dans la vallée.

  13. J’ai récemment essayé de prendre la foudre en photo, mais le plus gros problème est pour faire le focus. Comment régler son focus sur des éclairs qui ne « durent » qu’un dixième de secondes?
    Merci d’avance.

  14. Whaou! Une très belle série qui en met pleins les yeux! Bravo.
    J’ai jamais pris ce genre de photos, mais là ça me donne envie…même si, quand il fait ce temps, on est mieux au chaud! 🙂

    • @Jean-Didier
      Ce soir là impossible de rester au chaud il faisait bien trop chaud (38° à 16h) jusqu’à ce que la pluie arrive (22° vers 3h)

LAISSER UNE RÉPONSE