L’orage tant attendu à Toulouse est enfin arrivé

18

Dans la nuit du 18 au 19 juillet 2015 un orage est passé sur Toulouse. Celui ci était accompagné localement de fortes précipitations, de grêle et parfois de vents forts.

Depuis la fin juin et l’installation d’épisodes caniculaires successifs les toulousains s’impatientaient de voir arriver cet orage synonyme de fraîcheur. Tous les chasseurs d’orages scrutaient le ciel dans l’attente d’un orage à photographier.

L’orage a pris naissance dans le Béarn avant de remonter depuis Tarbes sur Toulouse continuant sa route vers Rodez ou Aurillac. Une forte activité électrique est signalée par les détecteurs de foudre du réseaux Blitzortung.org .

Il suffit de suivre sur les cartes l’évolution de l’orage pour prendre place. J’aurais aimé rejoindre le centre ville mais je détecte aussi de la pluie et l’arrêt du métro me pénalise dans mes déplacements dans le centre de Toulouse. Je reste donc proche de chez moi pour tenter de faire des photos.

La foudre parcoure de longues distances et semble tisser une toile d'araignée
La foudre parcourt de longues distances et semble tisser une toile d’araignée

Alors que je m’installe au pied de l’Obélisque de Jolimont j’aperçois une zone de forte précipitation s’approcher de ma position. J’ai juste le temps de rejoindre un espace de repli que le vent se lève et les premières gouttes se font sentir. Je suis au pied d’un immeuble où le vent est puissant, la pluie arrose la lentille de mon objectif et faire des photos est compliqué. J’ai, dans le champ, des éclairages publics et des bâtiments qui masquent l’orage.

La chasse à l’orage comporte des risques soyez prudent ! (voir mes conseils)

Non loin de moi, dans un immeuble, des gens observent depuis leur balcon l’arrivée de l’orage. Ils se dépêchent de fermer les volets dont certains claquent violemment alors que le vent se montre particulièrement puissant. Le thermomètre de la pharmacie indique une perte de près de 10 degrés en quelques minutes. Au loin j’entends des barrières tomber et glisser sur le sol, ce sont les barrières d’un chantier qui se font secouer par le vent. L’eau dans le caniveau au lieu de descendre vers Marengo remonte l’avenue George Pompidou.

Un ramifié tombe derrière des bâtiments alors que je m'abrite du vent et surtout de la pluie
Un ramifié tombe derrière des bâtiments alors que je m’abrite du vent et surtout de la pluie

La pluie et le vent se calment enfin. Il ne pleut presque plus. Moi qui juste avant pensais rentrer, je cherche l’orage du regard il est en train de filer. Je profite de cette accalmie pour rejoindre mon spot de chasse au pied de l’Obélisque. Un homme dans sa voiture est déjà présent c’est un spectateur qui durant la tempête est venu voir la foudre s’abattre sur Toulouse.

Le gros de l’orage est en train de s’échapper vers le Nord-Est mais il y a encore quelques impacts de foudre qui m’incitent à déployer mon trépied. Des nombreux impacts de foudre tombent au loin et sont noyés dans les nuages et les précipitations mais par deux fois j’arrive à capturer des spiders qui zèbrent le ciel. Un autre spectateur de l’orage vient me rejoindre et discuter avec moi. On parle de nos expériences de l’orage et des risques que la chasse à l’orage comporte.

La foudre parcoure de longues distances et semble tisser une toile d'araignée
La foudre zèbre le ciel de Toulouse

Les spiders sont des impacts de foudre qui parcourent le ciel en se ramifiant et forment une sorte de toile d’araignée éphémère. On les aperçoit le plus souvent en fin d’orage.

La pluie revient m’arroser … l’orage est de plus en plus faible je rentre chez moi. Je constate sur les cartes que je n’ai pu ouvrir sur mon smartphone que l’orage se dirige à une vitesse folle vers le Nord Est. Il fait plus frais que lors de mon départ mais la pluie s’évapore rapidement et la chaleur cède sa place à une certaine moiteur.

En 3h ce sont 15mm de précipitations qui sont tombées selon la station météorologique de Blagnac. Plus de 1000 impacts de foudres ont été recensés sur la région Midi-Pyrénées.

18 COMMENTAIRES

  1. génial !
    la première surtout est fantastique, la composition de la seconde est incroyable, on dirait que l’éclair a bien voulu se positionner au bon endroit, bravo !

    juste un truc la nuit du 19 au 20 juillet n’est pas encore passée…

    pour la première fois je remarque les tags sous tes articles, et notamment le fait que tu utilise un 70D… c’est le boîtier que j’envisage pour remplacer mon 600D (peut être pour mon anniversaire de 40 ans, donc encore un peu plus d’un an). Avec le recul tu es content de ton choix, ou si tu avais su que la sortie du 7DII était proche tu pense que tu aurai du prendre ce dernier ? Je trouve l’écart de prix incroyable entre les deux.

    • @ary
      La seconde (qui est réalisée avant les autres) est effectivement un vrai coup de chance, sur une autre photo j’ai un poteau juste devant la foudre, mais ici ca fonctionne bien.
      Les spiders sont toujours impressionnants à voir et à photographier et je suis content d’avoir pu enfin en capturer dans de bonnes conditions.

      j’ai corrigé la date des la nuit de cet orage. Merci de me l’avoir signalé 😉

      Concernant le 70D j’ai changé de boitier car le 40D me limitait trop notamment en faible luminosité. A l’époque le 7D² était l’arlésienne et il me fallait un nouveau boitier.
      Aujourd’hui je ne regrette pas mon changement. Et je dois avouer que parfois je lorgne sur les FF.

  2. Très belles images ! Tu as eu raison de sortir le chasser…
    J’ai fait le flemmard et je suis resté depuis mon balcon, mais j’en ai deux trois des jolis aussi. La compo en revanche est bof, tu verras sur facebook.
    Donc bravo pour ce set d’images très réussies 😉

    • @celine
      actuellement je suis un peu coupé du centre ville,le métro est à l’arret pour des travaux et un service de bus de substitution est mis en place mais en soirée il est largement insuffisant et je ne voulais pas prendre le risque de ne pas pouvoir revenir chez moi. Je parle même pas de la durée du transport qui est multiplié par 4 ou 5 autant dire que le temps de rejoindre un spot en centre ville l’orage serait passé sans me laisser le temps de faire la moindre photo.

    • @celine
      Le centre ville de Toulouse se ferme de plus en plus à la circulation automobile et stationner devient un véritable sport. Le métro est donc la meilleure solution pour pouvoir se déplacer rapidement

  3. Il était temps qu’il arrive cet orage ! On sent d’ailleurs bien la différence, il fait bien meilleur ! Cela va faire du bien à tout le monde 🙂 Les photos sont très jolies en tout cas.

  4. Toujours aussi plaisantes ces photos d’éclair. J’ai eu l’occasion d’essayer il y a 2 jours, mais rien de concluant : les éclairs ne s’impriment pas ou très très peu sur le capteur. Hâte de pouvoir réessayer 😉

LAISSER UNE RÉPONSE