Orage du 8 juin à Toulouse

12

Toute la journée j’ai gardé un œil sur les radars pour essayer de comprendre l’évolution de la météo, la veille un orage est passé à l’Est de Toulouse avant de filer vers le sud de la Ville Rose, aujourd’hui ce fut le même schéma.

Vers 18h30 je surveillais 2 cellules orageuses, une au Nord Est de ma position et une autre dans le Gers c’est à dire à l’ouest de Toulouse. J’ai un moment pensé que l’orage du Gers viendrait jusqu’à Toulouse mais il s’est éloigné de Toulouse préférant les Landes. C’est donc la cellule orageuse qui se trouvait au Nord Est qui est passé sur Toulouse filant lentement vers le Sud.

Comment photographier les orages

Ce n’est pas la situation la plus habituelle lors des orages et mes spots pour photographier les orages qui se déroulent à l’Est et au Sud Est de Toulouse sont plutôt rares. Généralement les cellules orageuse se forment dans le Golf de Gascogne avant de venir vers la Haute Garonne mes spots sont donc pour la majorité orientés vers le l’ouest.

Cela ne peut pas m’empêcher de chasser l’orage au moment du couché du soleil. Le ciel prend alors des couleurs inhabituelles parfois surprenante il ne me reste plus qu’à capter un bel impact de foudre. Hélas pour moi de nombreux éclairs sont des intra-nuageux qui ne se révèlent pas très photogéniques. Sur ces photos on distingues parfois un rideau de précipitation.

Orage à Toulouse sous le ciel en feu
Orage à Toulouse sous le ciel en feu

Soudain le vent s’invite à la fête, la température chute rapidement et un grand flash lumineux zèbre le ciel rougeoyant. Le tonnerre se fera entendre quelques secondes plus tard, le grondement sourd vient de loin. J’ai au moins une bonne photo.

La chasse à l’orage comporte des risques, prudence !

Lorsque mon écran s’illumine j’ai juste le temps d’apercevoir que ce n’est pas un seul éclair que j’ai eu la chance de capture mais 2 impacts sur la même photo.

J’arrive à photographier d’autres impacts de foudre mais ils sont plus éloignés de ma position, parfois ils se cachent derrière des arbres, le ciel à perdu ses couleurs, les photos partent donc à la corbeille.

C’est la pluie, un véritable rideau de pluie qui met fin à ma séance photo, l’averse sera brève mais la quantité d’eau m’oblige à me replier. Je commence même à avoir froid, je suis parti de la maison il faisait 32° je rentre et le thermomètre affiche 10° de moins.

12 COMMENTAIRES

  1. Superbes couleurs sur cette photo!
    Effectivement, ça fait deux soirs de suite que la luminosité au coucher du soleil est très particulière…bravo pour avoir su capter cette ambiance!

    • @Donlope
      On a la chance en ce moment d’avoir des nuages au moments du couché de soleil c’est qui nous offre ces couleurs. Les orages sont la cerise sur le gâteau 😉

  2. super photo, bravo !
    tu nous en dis plus sur  » la LPT2 de P67world.com – HW & SW Engineering un outil efficace » évoqué sur Facebook ?
    OU ça fera l’objet d’un article a part ?

    • @ary
      Merci,
      Tu le sais je n’ai pas pour habitude d’étaler mes achats en réalisant des « tests de produit » qui ont plus la saveur de « regarder ce que j’ai acheté » plutôt qu’un vrai test objectif comparant les différents matériels disponibles.
      Sur FB c’était l’occasion de faire un coucou à certains de mes contacts qui hésitent encore à s’équiper.
      La LPT2 que j’utilise est une sonde de déclenchement qui permet de faire une photo en fonction d’un événement lumineux. C’est une sorte de télécommande dont le temps de réaction permet avec un appareil photo suffisamment rapide de photographier un impact de foudre avec un temps de pose relativement court comme cela nous est imposé lors d’un orage diurne. Cela est possible car un impact de foudre est composé de 2 impulsions lumineuses (en simplifiant) la première servant de déclencheur pour photographier la seconde.
      Prochainement je mettrai à jour mon article sur la technique pour photographier les orages et j’y détaillerai un peu plus le passage sur ce matériel.

    • @ary
      chez moi les orages arrivent généralement au moment ou le soleil décline et j’ai des « vitesses souvent rapides » On a aussi de petits orages qui ne sont pas réguliers avec lesquels on enchaine les pauses longues sans tomber juste. C’est donc pour moi la solution à ces problèmes.

  3. En tous les cas, ces deux éclairs ont été saisis au bon moment, ce qui n’est vraiment pas évident… Je vais relire ton explication sur comment photographier les nuages. J’ai lu aussi ta réponse à Ary et même si le matos ne fait pas tout, j’imagine qu’il aide grandement ans ce genre de situation. En tous cas, c’est super net. Le rouge c’est dû au soleil qui était présent ? Belle ambiance bien saisie, bravo.

    • @sylolive
      Ici la cellule de déclenchement est presque indispensable. La luminosité était trop importante et l’orage n’était pas cadencé, c’est à dire avec des frappes régulières.
      Sur cette photo il y a peu de post traitement, c’est le couché de soleil qui donne cette couleur au ciel

    • @sylolive
      Le déclencheur que j’utilise permet d’éviter de déclencher inutilement ou sans cesse. Ici j’ai un temps de pose de l’ordre de 1s j’ai passé 1h1/2 ça aurait fait beaucoup de déclenchements pour rien

    • @Franck
      Comme je l’ai dis dans un précédent commentaires il y a très peu de post-traitement sur cette photo. C’est le couché du soleil qui donne ces couleurs à la photo.

LAISSER UNE RÉPONSE