Orage d’avril à Toulouse pour ouvrir la saison 2016

La saison commence pour les chasseurs d'orages

24

Depuis longtemps les chasseurs d’orages toulousains ont les yeux rivés sur les cartes météo afin de savoir quand aura lieu la première véritable chasse. Dans certaines régions les chasseurs d’orages ont déjà fait quelques photos, mais à Toulouse nous sommes nombreux à attendre cet orage d’avril, le premier de la saison.

Durant l’hiver, la plaine toulousaine a bien vu passer quelques petits orages à l’activité électrique relativement faible, les conditions nécessaires pour une vraie chasse à l’orage n’étaient alors pas réunies.

Depuis 3 jours, le 12 avril semble réunir ces bonnes conditions et cela se confirme plus on se rapproche de la date. Dans la journée la chaleur est présente sur Toulouse, il fait jusqu’à 21.4°C sur le thermomètre de la sonde météo de l’aéroport de Toulouse Blagnac mais le thermomètre des voitures affiche parfois beaucoup plus.

Sous un Arcus (nuage) un impact de foudre ramifié tombe à côté du dôme de La Grave à Toulouse
Sous un Arcus (nuage) un impact de foudre ramifié tombe à côté du dôme de La Grave à Toulouse

Un orage en avril, impossible !

Quand j’informe mes contacts que je pars à la chasse à l’orage certains ne me croient pas, les nuages sont rares dans le ciel de Toulouse, pourtant les prévisions et les radars confirment qu’un orage se prépare. L’activité électrique commence à apparaître sur la carte de Blitzortung. Mon application sur le smartphone m’indique que la foudre tombe à moins de 100 kms de ma position et certains de mes contacts gersois me confirment que 2 cellules orageuses vont d’Est en Ouest.  La première passe au Nord d’Auch et suit une ligne qui va de Fleurance à Montauban. La seconde commence à s’activer sur Mirande et vient mourir à Toulouse.

/!\ La Chasse à l’orage est une activité qui comporte des risques /!\

Direction le métro pour rejoindre un spot bien connu, le bord de Garonne je veux assurer cette première chasse et c’est le spot qui en plus de m’offrir un large panorama fait un très bon premier plan. Quand je m’installe les nuages sont encore rares dans le ciel toulousain, mais c’est certain l’orage arrive.

2 cellules orageuses pour le prix d’une

La première cellule, celle plus au nord, passe sur Beaumont de Lomagne et file vers Montauban. Petit à petit un arcus se dévoile et offre un peu d’activité électrique. La luminosité est encore importante et les (bonnes) photos sont rares, quand soudain les voilà, mes premières foudres de la saison. L’orage est trop loin pour se faire entendre, ces premiers impacts tombent à plus de 40km de ma position.

Un impact de foudre zèbre le ciel avant de frapper à 30km de Toulouse
Durant l’orage un impact de foudre zèbre le ciel avant de frapper à 30 km de Toulouse

Sur le portable je vois que la seconde cellule semble stagner sur L’Isle Jourdain. Je concentre toute mon attention sur la première cellule quand soudain sous l’immense arcus, un flash.

/!\ Découvrez mes conseils pour chasser les orages en réduisant les risques /!\

Sur les quais comme sur la digue de la Garonne, les toulousains qui profitent de cette fin de journée sont surpris. Certains passants comprennent alors ce que je suis en train de faire et me questionnent sur le matos, la sécurité l’évolution de la météo dans les minutes à venir etc.

Lentement l’Arcus passe son chemin et un nouvel impact zèbre le ciel. Il frappe le sol à 30km de ma position. Il y a d’autres impacts mais ils sont ou trop loin ou noyés par la pluie.

La cellule orageuse passé sur L'Isle Jourdain n'a pas eu grosse activité électrique en arrivant sur Toulouse
La cellule orageuse passée sur L’Isle Jourdain n’a pas eu grosse activité électrique en arrivant sur Toulouse

Les premières gouttes se font sentir, le matos est protégé et moi aussi mais je préfère me replier car très exposé au vent, et la pluie va tâcher mon optique. Je fais quelques pas et la pluie semble se calmer aussi vite qu’elle est arrivée alors je redéploie mon trépied en direction de la cellule restée sur le Gers et j’ai cet intra-nuageux avant de rentrer.

En retour quelques impacts zèbrent le ciel, ceux là se font entendre mais sont peu visibles, ils sont noyés par la pluie qui arrose Toulouse après cette chaude journée.

24 COMMENTAIRES

  1. waow, Pyrros, Super photos !
    Quelles belles couleurs, rendu des nuages, vraiment impressionnant !
    La première notamment est vraiment spectaculaire, bravo !
    La saison commence bien…

    • @David
      C’est pas souvent que l’on arrive à avoir tous les éléments d’une telle photo, la bonne heure, la bonne lumière, les bonnes conditions météo etc … C’est ce qui donne cette photo. C’est pour cela que l’on affronte la météo dès qu’il y a une alerte.

    • @Fab
      Merci,
      Pour prévoir mon orage j’utilise les modèles de Keraunos, sur le terrain j’utilise essentiellement blitzortung lightning monitor et météo60 sur mon vieil android, j’utilise aussi beaucoup twitter pour avoir des observations en temps réel.

    • @Nico
      Comme je l’explique dans le tutoriel en lien dans l’article, pour faire les photos de foudre la journée j’utilise une cellule de déclenchement.
      Il faut pour que cela fonctionne correctement pouvoir avoir une vitesse inférieure à 1/20 de secondes.

  2. Extraordinaire, j’ai appris le sens de l’expression faire une plaque et je crois qu’aujourd’hui je en présence de l’une de ces plaques. La photo est magnifique, cela ressemble presque à une peinture avec ces couleurs qui donnent un relief incroyable à cette photo d’orage.

    • @Le stagiaire
      Merci, ca faisait longtemps que je n’avais pas entendu cette expression. Je n’ai pas encore l’impression d’avoir fait une plaque mais ton commentaire m’aidera peut être à me convaincre 😉

  3. Ces photos sont magnifiques, mais je ne comprends vraiment pas la toute première: le nuage du premier plan passe derrière le dôme de La Grave, mais devant les arbres à droite???

    • @Aya
      C’est un effet d’optique, les arbres sont coupés de telle sorte qu’il y a une sorte de renfoncement sur lequel passe le nuage. C’est ce qui donne cette impression.
      On voit bien la forme des arbres sur la seconde photo.
      Sur la première photo le bord du nuage est à plus de 30km de ma position trop loin pour passer devant les arbres qui ne sont qu’à une petite centaine de mètres de ma position

  4. Comme le stagiaire je pense aussi que c’est une plaque. Mais comme toi ça fait bien longtemps que je n’avais pas entendu cette expression, à peu près depuis l’arrivée du numérique.

    J’espère que tu pourras en faire d’autres

    • @Grégory
      La saison commence fort déjà 4 soirées durant lesquelles on peut avoir les orages, certains passent un peu loin de Toulouse d’autres comme hier viennent y mourir mais cela est encourageant

    • @Yann
      Ce ne sont pas des informations très intéressantes car elles dépendent de nombreux facteurs. Dans ce genre de situation n’importe quelle optique fera parfaitement le job, mais le plus difficile c’est le travail du photographe qui va anticiper et se positionner au meilleur endroit suivant les conditions et le rendu choisi. Une fois la photo faite l’étape de post-traitement est incontournable. Même si cette étape est légère c’est celle qui transforme la photo et lui donne plus de vie.
      J’ai utilisé le Canon 10-22mm, avec des réglages du genre 100iso F9 1/4. Photo déclenchée à la cellule.

LAISSER UNE RÉPONSE