Orage à Toulouse, encore un rendez vous manqué

10

Toulouse avait rendez vous avec l’orage mais encore une fois ce fut un rendez vous manqué. Depuis plusieurs jours les prévisions annonçaient un risque d’orage marqué sur la région Toulousaine. Au fur et mesure que l’on approchait de cette journée les probabilités semblaient confirmer ce risque orageux. Météo France avait classé Midi-Pyrénées en alerte orange pour un risque orageux.

En cette veille de rentrée je préparais quelques articles pour plus tard en gardant un œil sur l’évolution de la météo. J’hésitais même par deux fois à me préparer pour rejoindre un de mes spots mais les orages qui arrivent par le Gers mouraient avant d’arriver à Auch.

J’avais bien évidement prévu de rejoindre l’un de mes spots pour 19h30 pour voir arriver la grosse cellule orageuse. Avant de prendre le métro sur les radars, je voyais un orage très actif se rapprocher de Toulouse, il était encore au niveau du Gers et de Jolimont (quartier en hauteur à Toulouse) personne n’ayant les informations n’aurait parié sur l’arriver d’un orage dans l’heure qui suit.

La foudre tombe à l'ouest de Toulouse entre Colomiers et Leguevin
La foudre tombe à l’ouest de Toulouse entre Colomiers et Leguevin

La chasse à l’orage est une activité à risque !

J’avais prévu de me rendre sur les bords de Garonne, toujours en quête de l’orage qui m’offrirait la photo que je convoite. Sur place je n’étais pas le seul chasseur d’orage, le ciel était encore très lumineux et des groupes d’étudiants fêtaient déjà leur rentrée. Ma cellule de déclenchement détectait quelques impacts lointains puis petit à petit on a vu la cellule orageuse formant un arcus apparaître au-dessus de l’Hôtel Dieu Saint Jacques. Cette cellule semblait vouloir se diriger vers Montauban où des rafales de vent furent mesurées à 135km/h, le vent soufflait encore du Sud vers le Nord, la luminosité déclinait rapidement et il fallait en permanence ajuster le temps d’exposition. Quelques éclairs se faisaient détecter mais ne sortaient pas des nuages.

Soudain le vent tourna. Le vent venait du Nord vers le Sud. Le pluie se faisait de plus en visible et je me fis rapidement tremper. Mes chaussures pourtant imperméabilisées étaient pleines d’eau, mon pantalon était lui aussi trempe des genoux jusqu’aux chevilles. La lentille de mon boîtier était elle aussi arrosée par la pluie et je devais régulièrement l’essuyer. La Grande Roue de Toulouse Plage venait d’être plongée dans le noir. L’activité électrique se divisait, une partie prenait la direction du Sud de Toulouse et tandis que le reste se dirigeait au Nord de Toulouse. L’activité électrique fut concentrée en périphérie de la ville invisible depuis ma position mais Toulouse subit le vent et la pluie  durant toute la durée de l’orage.

Le vent change de direction et soulève la poussière, la temperature diminue rapidement
Le vent change de direction et soulève la poussière, la température diminue rapidement

Rapidement la route au pied du Pont Neuf était inondée, il y avait au plus fort de l’orage jusqu’à 2 cm d’eau sur la chaussée. Heureusement l’eau fut rapidement évacuée. De nombreuses personnes s’inquiétaient de ce phénomène soudain et il fallait retenir les personnes qui voulaient rentrer chez elles en urgence malgré la pluie et surtout le vent qui soufflait toujours aussi fort faisant tomber quelques branches des platanes.

Photographier un orage est une activité dangereuse ! 

J’étais à l’abri mais la foudre se cachait dans la pluie, puis après avoir contourné ma position en centre ville, elle tapait dans mon dos à l’Est de Toulouse. Je profitais alors d’une accalmie pour prendre place sur Pont Neuf et capter cet éclair au dessus de la Basilique Notre Dame de la Daurade.

Un impact se dessine au dessus de la Basilique Notre Dame de la Daurade
Un impact de foudre se dessine au dessus de la Basilique Notre Dame de la Daurade

L’orage était passé et je rentrais me sécher et surtout me réchauffer. Je prenais toutefois le temps de regarder les radars des sites météos que j’utilise pour voir quelle tournure prenait cet orage attendu par de nombreux chasseurs d’orages. En 1h entre 20h et 21h la température a chuté de 10 degrés, le vent tournait et des rafales étaient mesurées à 87km/h ! ce sont 15mm de précipitations qui ont été mesurés sur la station de l’aéroport de Toulouse Blagnac. L’orage a perturbé le fonctionnement de l’aéroport obligeant certains avions à attendre avant de les laisser atterrir.

C’est autour de Montauban, dans le Tarn et Garonne que les dégâts furent les plus importants, l’orage a fait 1 mort et 7 blessés, de nombreux foyers ont été privés d’électricité, des toitures et des arbres ont été arrachées par les fortes rafales de vent. Un peu plus tôt ce sont les Pyrénées Atlantiques et les Hautes Pyrénées qui subissaienit la violence de l’orage avec notamment d’importantes rafales de vent.

A chaque orage que je chasse je me rends compte des dangers que prennent les gens pour poursuivre leur activité, certains continuent de faire du vélo, d’autre font leur footing, les automobilistes ne réduisent pas leur vitesse malgré une route détrempée voire inondée. Pourtant avec un peu de bon sens il est possible de réduire le nombre de victimes que font les orages.

10 COMMENTAIRES

  1. J’ai aussi tenté une sortie hier, voulant me poster sur des hauteurs avant que les orages ne soient installés sur le Gers. Las, la pluie est arrivée de façon extrêmement rapide, alors que l’on commençait juste à apercevoir un début d’activité électrique.
    Je suis aussi rentré trempé (et bredouille), j’ai vu des branches sur la route (et une départementale coupée par un arbre en travers !) : j’ai aussi mesuré ce danger trop sous-estimé, j’avoue que, à 50 km/h sur les départementales du coin à cause d’une visibilité très réduite par la pluie et un gros risque de rencontrer des branches sur la chaussée, je n’en menais pas large !
    Une pensée pour cette jeune femme qui a perdu la vie, ainsi que ses proches.

    • @Christophe
      Souvent je dis qu’en matière d’orage la patience est une qualité indispensable. Il faut savoir prendre le temps de s’arrêter en sécurité surtout quand il y a des rafales de vents ou des arbres. Mais voila on vit dans un monde où nous sommes toujours pressés incapable d’attendre que la tempête passe. Hier il a fallut que je retienne une personne qui voulait partir en vélo pliable dans la tempête elle avait un RDV important !!!
      L’orage a pris la vie à un routier qui aurait été foudroyé sur une aire de repos. L’orage a aussi blessé plusieurs personnes et certains se retrouve dans la galère après la destructions de leur biens.

    • @Donlope
      Pour la photo que j’ai en tête ce n’est que partie remise 😉 Celle sans éclair montre parfaitement les conditions apocalyptiques que l’on a pu rencontrer quelques instant avant que la pluie ne nous arrose

  2. Ah mince. J’étais bien à l’abri, j’ai vu les avions qui étaient détournés, et je pensais qu’au centre ville, tu t’en donnais à coeur joie…
    Joli relief dans le ciel quand même!

  3. Déplorable de voir que quand certains souffrent d’autres vont faire des photos, n’avez vous rien de mieux à faire ? Pensez vous aux personnes qui se mettent en dangers en cas d’accident dont vous pourriez être victime ?
    Pensez à la souffrance de gens qui ont parfois tout perdu dans la tempête, pensez aux personnes en difficultés dans ces moments difficiles. Arrêtez vos conneries et restez chez vous quand il y a de l’orage

    • @babeth
      En lisant votre commentaire je me suis demandé si je n’avais pas affaire à un troll, mais je préfère prendre ce message au sérieux.

      Les Chasseurs d’Orages ne sont pas des inconscients et même si certains aujourd’hui pensent qu’il suffit d’appuyer sur un bouton c’est oublier bien vite que la majorité des chasseurs d’orages sont très à cheval sur leur sécurité et celle des autres.
      Nous savons tous garder une distance de sécurité avec l’orage pour ne pas nous faire foudroyer, Il n’y a à ma connaissance eu aucun accident impliquant des chasseurs d’orages en France car justement nous savons nous protéger des risques que comportent notre activité.

      Tous à notre niveau menons des actions d’informations de ces risques, que ce soit à travers nos diverses publications ou à travers notre présence sur le terrain.

      Personnellement je chasse en ville et lorsque je peux renseigner une personnes sur les risques de l’orage qui approche je le fais avec plaisir, de même je sais aussi interpeller les piétons et les cyclistes pour leur recommander de s’abriter et surtout où s’abriter pour ne pas se qu’ils se positionnent dans une zone dangereuse. C’est ainsi que lundi étant moi même à l’abri j’ai retenu une personne en vélo qui souhaitait braver les éléments pour se rendre à une rendez vous urgent. Sans mon intervention elle aurait probablement pu tomber à cause du vent ou recevoir les branches de certains platanes qui bordent la Garonne.

      Malheureusement les orages peuvent faire des victimes mais ce n’est pas en bâillonnant les chasseurs d’orages que l’on arrivera à réduire les comportements à risque, bien au contraire. Les orages peuvent occasionner des dégâts aux biens et aux cultures, peuvent causer des blessures et parfois la mort mais il ne faut pas rejeter la faute sur le dos des chasseurs d’orages consciencieux, préparés et entrainés (à force d’expérience) à réagir correctement dans ces situations.

LAISSER UNE RÉPONSE