Chasse à l’orage nocturne au dessus de Toulouse

6

Voila un moment que je n’avais pas pu chasser l’orage. J’ai bien fait une rapide sortie fin Mai mais je n’avais pu obtenir de bonnes photos de l’orage, elles sont sur mon disque dur. Ma précédente chasse à l’orage réussie remonte au mois d’avril.

Depuis de la début de la semaine je guette le ciel. Il y a eu l’épisode de chaleur au début de la semaine mais les prévisions sont formelles, les orages vont venir « rafraîchir » le France. Effectivement les températures ont baissé dès mercredi. J’attendais à ce moment là un premier orage, mais comme plusieurs des orages que j’ai vu venir, l’activité électrique s’est arrêtée en arrivant en Haute Garonne.

Cette nuit Météo France a placé le département en alerte orage. Toute la journée j’ai affûté mes prévisions à l’aide des modèles de Keraunos, il y avait un léger risque d’orage vers 00h00 mais je savais que la suite arriverait plus tard vers 3h00 voire plus tard.

9 impacts de foudre frappent au nord de Toulouse(Réalisé sans trucage)
9 impacts de foudre frappent au nord de Toulouse (Réalisé sans trucage)

Une courte nuit avant l’orage

Avant d’aller me coucher en fin de soirée je jette un dernier regard sur les cartes et je vois qu’une cellule orageuse commence à prendre forme au Sud de Pau. habituellement les orages parcourent Pau-Toulouse en un peu moins de 3h. Je sais déjà que la nuit va être courte.

/!\ La Chasse à l’orage est une activité qui comporte des risques /!\

Vers 3h00 du matin mon portable commence à sonner. L’appli (pour android ou pour iphone) que j’utilise pour surveiller les orages m’envoie de nombreuses notifications. C’est le signe qu’un orage approche de Toulouse. La cellule orageuse est encore sur le Gers mais cela me permet de sortir de mon lit et de me préparer. Je sais déjà quel spot je dois rejoindre, il n’est pas loin.

Je prends quelques minutes pour regarder les dernières cartes météo. Je constate que la pluie ne sera pas un problème sur Toulouse. Je vois aussi que l’orage évolue lentement. C’est le signe que je vais avoir le temps de faire des photos. Parfois les orages traversent le département sans perdre de temps, mais ce n’est pas le cas cette nuit.

Un orage passe au Nord de Toulouse, alors que la ville dort encore
Un orage passe au Nord de Toulouse, alors que la ville dort encore

Sur le chemin de l’orage

En rejoignant mon spot, j’entends Toulouse encore endormie, il est 3h00 et l’activité humaine est très réduite. J’ai l’impression que la ville respire d’un respiration lente et profonde. Rares sont les fenêtres des appartements à être éclairées, mais elles sont nombreuses à être grandes ouvertes. Ce doit être la fête pour les moustiques.

Sur le chemin j’aperçois les premiers éclairs, ils sont encore loin noyés dans les nuages. Je hâte le pas, de nulle part sort un chat qui me toise un long moment. J’arrive sur mon spot, déploie mon trépied et installe mon matériel. Je n’ai pas le temps de brancher la cellule de déclenchement ou l’intervallomètre que je vois le premier impact tomber.

Un orage passe au Nord de Toulouse, alors que la ville dort encore
Un orage passe au Nord de Toulouse, alors que la ville dort encore

La chasse à l’orage en sécurité

/!\ Découvrez mes conseils pour chasser les orages en réduisant les risques /!\

L’orage est un peu loin à mon goût mais c’est une bonne chose pour ma sécurité. L’application sur mon smartphone indique que les impacts de foudre tombent à plus de 20km. Cela tombe bien sur ce spot la limite de sécurité que je me suis fixée est de 10km. Ce qui n’empêche pas les frayeurs en Mai sous un rideau de pluie un impact est tombé à 200m de moi sortant complétement de la cellule orageuse.

Un orage passe au Nord de Toulouse, alors que la ville dort encore
Dans le ciel toulousain un impact de foudre se tortille avant de frapper terre

Des photos de l’orage

Les premières photos sont réalisées à la cellule, puis rapidement je la remplace par l’intervallomètre. Les impacts se suivent en cadence. Le tonnerre ne se fait pas entendre, cela confirme la distance qu’il peut y avoir entre les impacts et mon spot.

Photographier un orage est une activité dangereuse ! 

Lentement les impacts sont de plus en plus visibles. La cellule orageuse se déplace doucement de l’Ouest de ma position vers le Nord, de L’Isle Jourdain vers Montauban. Chaque déclenchement de l’appareil photo capte un impact de foudre qui zèbre le ciel. Certains impacts semblent particulièrement puissants d’autres se font timides et sortent tout juste des nuages.

En tout ce sont 80 photos qui ont été enregistrées

Un orage passe au Nord de Toulouse, alors que la ville dort encore
Un orage passe au Nord de Toulouse, alors que la ville dort encore

L’orage passe et file vers le Nord Est

Vers 5h00 l’orage est passé, je regarde une dernière fois l’application sur mon portable qui m’indique qu’il reste une faible activité électrique. Cela ne vaut pas la peine d’attendre, je rentre tranquillement et pour une fois le retour après une chasse à l’orage se fait au sec. Contrairement à certaines informations qui ont pu circuler la veille, il n’y a pas eu de pluie, juste quelques gouttes. J’ai mis la cape surtout pour rester au chaud

Seul face à l'orage, lors d'une chasse à l'orage au dessus de Toulouse
Seul face à l’orage, lors d’une chasse à l’orage au dessus de Toulouse

Toulouse se réveille lentement. Au loin vers la Gare Matabiau, on entend des ouvriers déjà en train de s’activer sur un chantier. Le quartier est envahi d’une douce odeur de chocolatine et autres viennoiseries. Les premiers réveils font entendre leur sonnerie. Les oiseaux commencent eux aussi à chanter. Dans une heure il fera jour, pour le moment on aperçoit encore la pleine lune.

En écrivant cet article je surveille tout de même comment se déplace la faible activité orageuse au Sud Ouest de Toulouse. Je découvre au passage le nombre impressionnant d’impacts de foudre. Je vois aussi que les précipitations ont, elles aussi, suivi une ligne comprise entre L’Isle-Jourdain et Montauban.

6 COMMENTAIRES

  1. Wow, tes photos sont magnifiques, superbes! Je n’ai jamais photographier les éclairs… Oui, ici au Québec, la pleine lune de juillet (notre mois le plus chaud de l’année) se nomme la pleine lune du tonnerre… Merci pour ton passage chez moi! Bisou et bon vendredi dans la joie et la tendresse!

LAISSER UNE RÉPONSE