Le MD 312 Flamant vole dans le ciel de Francazal

4

Le Flamant ou Marcel Dassault 312 Flamant (MD 312 Flamant) est un avion à double commande, prévu pour la formation des pilotes et la réalisation de liaisons aériennes à la fin des années 1940. Les Flamants sont retirés de l’armée de l’air en 1982, certains exemplaires sont vendus à la Tunisie, à Madagascar, au Cameroun et au Sud Viet Nam.

Ils ont servi notamment pour des missions d’attaques armés de mitrailleuses, bombes et roquettes lors de la guerre d’Algérie.

Il existe 3 versions du MD Flamant, le 311, 312 et 315. Le MD 311 Flamant dispose d’un nez vitré pour l’entrainement à la navigation et au bombardement. Le MD 312 Flamant dispose de doubles commandes pour la formations des pilotes et la réalisation de liaisons aériennes et le MD 315 Flamant est armé pour des missions d’appui tactique. 318 exemplaires toutes versions confondues ont été assemblés dont 25 équipés pour l’aéronavale.

Le Marcel Dassault N°189 s'envole dans le ciel de Toulouse
Le Marcel Dassault N°189 s’envole dans le ciel de Toulouse

Le Marcel Dassault 189 ou MD 312 Flamant

Venu de la banlieue de Lyon (Corbas) pour le meeting des étoiles et des ailes cet appareil appartient aux Ailes Anciennes de Corbas. Immatriculé F-AZVG c’est le numéro de série 189. Il a principalement servi sur la base de Villacoublay pour le transport de personnalités civiles et militaires. Retiré du service en 1983, il arrive sur en vol à l’aérodrome de Corbas en juillet 1983.

Sur le parking exposé aux 4 vents, il va lentement se dégrader jusqu’en 1998 où l’association des Ailes Anciennes de Corbas disposera de son propre hangar lui permettant de lancer une grande rénovation de l’appareil. De nombreux éléments de l’appareil sont touchés par la rouille et certaines pièces sont à remplacer.

Le MD 312 Flamant « 189 » vole à nouveau en 2003, après 15 ans de parking et 5 années de restauration.

Il est peint comme les MD 315 Flamant de l’Escadrille d’Outre Mer 86 Hoggart dont on retrouve l’emblème sur le coté gauche de l’appareil. Le choix s’est fait surtout parce qu’il apparait que 7 des avions de l’escadrille avait un « nose art« , un des 7 nains du conte de Blanche Neige et les 7 nains. Grincheux fut choisi et est donc le nain qui apparait sur le flanc droit du fuselage.

Des Flamants ont volé régulièrement à Toulouse puisque le CIET (Centre d’Instruction des Equipages de Transport) dans le cadre des ses missions de formations disposait de plusieurs appareils basés à Francazal.

4 COMMENTAIRES

    • @Seb
      Je crois que le grincheux avait la tremblotte 🙂 à moins que ce ne soit le photographe.
      Le seul gros plan que j’ai de potable est barré par de la rubalise (bandeau rouge et blanc).

    • @celin
      chaque avion à sa beauté 😉 Sans doute parce que chaque avion à son histoire, ces hommes et ces femmes qui l’ont construit puis ceux qui l’ont piloté et aujourd’hui ceux qui le maintiennent en état de voler.

LAISSER UNE RÉPONSE