Souvenirs d’un lointain printemps : les mésanges

6

Quelques photos des mésanges, qui au cours de l’hiver passé, venaient régulièrement chercher quelques graines de tournesols dans la mangeoire du balcon.

Elles reviendront très prochainement … lorsque l’on remettra la mangeoire en place.

les mesanges du balcon
les mésanges du balcon

Impossible d’ignorer leur ballet aérien. Les mésanges du balcon viennent sur le balcon à la recherche de quelques graines oubliées. Tout au long de l’hiver, nous disposons sur le balcon de quoi nourrir les oiseaux qui luttent contre le froid. Mais l’été on les laisse se débrouiller.

Nous laissons aussi des noix cassées. Les oiseaux se battent pour emporter avec eux de quoi supporter le froid. Sur le balcon, nous pouvons aussi observer des mésanges charbonnières, parfois des rouges-gorges et des rouges queues qui montent jusque sur notre balcon. On a aussi pu observer de sittelles, un geai des chênes, une huppe, mais jusqu’à présent aucun vautour. Il faut dire que l’on ne cherche pas à attirer des rapaces même si la nuit on entend les chouettes hululer quand on a les fenêtres ouvertes.

Les mésanges et les autres oiseaux permettent de réguler les populations d’insectes. Lorsque l’été, il fait chaud, nous leur mettons une coupelle d’eau afin qu’elles puissent boire. L’hiver, nous laissons de l’eau et des graines, généralement du tournesol qui convient à de nombreux oiseaux.

La présence de tous ces oiseaux permet de lutter contre les moustiques et certains papillons qui s’attaquent aux fleurs du balcon, notamment quand la végétation est brulée par le soleil.

Nous disposons d’un nichoir sur le balcon, mais jusqu’à présent aucun mésange n’est venu y faire son nid. On croise les doigts pour qu’un jour un couple de mésange vienne s’installer chez nous.

6 COMMENTAIRES

  1. salut pyrros
    très beaux mâles et pour l’avant-dernière c’est une charmante demoiselle ( raie ventrale( médiane)
    plus fine, tu as beaucoup de chance pour l’immense diversité en espèces sur la France ou l’Europe et la migration, j’en ai pas beaucoup à la Réunion
    bonne continuation et n’oublie pas de mettre des boules de graisses 😉
    Thierry

    • Merci pour ces indications
      c’est en ce moment la guerre sur la mangeoire, il y a en effet un peu trop de monde à venir, sans doute parce que nous sommes encore sous la neige.

      Les boules de graisses ne servent pas à grand chose … les mésanges, rouges gorges et autres invités préfèrent les noix et les graines de tournesols.

      même si à la Réunion il n’y a pas les même espèces que par chez moi … je suis sur que tu as la possibilité de te faire plaisir facilement avec les espèces locales, tout particulièrement en macro

  2. Tant pis pour les boules alors 😉
    Je n’ai pas de macro encore. Je fais tout aux 18/55 mm de base et je débraille le focus (af) ou aux télés 55/250 mm donc c’est du sport, si tout va bien a mois aout j’aurai le macro 100 L de chez C… N
    en fait très peut d’espèces d’oiseaux partis rapport à la France mais question couleurs whaou
    Amicalement Thierry

    • Je ne doute pas que les couleurs doivent être autrement plus intéressante que les espèces classiques que l’on retrouve en France. Dans le centre ville toulousain, il y a quand même quelques perruches revenus à l’état sauvage après s’être échappées ou avoir été remis en liberté.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.